Comment arroser son potager ?

Arrosage Potager
Tous les légumes du potager n’ont pas besoin de la même quantité d’eau et c’est là , la principale difficulté d’un arrosage réussi. En fait ce qui dicte le besoin en haut de vos plants de légumes, ce sont leurs racines et la profondeur à laquelle elle peut aller la puiser. La fréquence d’arrosage joue un rôle important : plus vous arrosez souvent et moins il faut de quantités conséquentes. Comment faire pour bien arroser son potager ? Voici quelques repères pour vous aider.

Généralités à propos du besoin en eau de vos légumes

Tous les légumes n’ont pas forcément besoin du même apport en eau. Les légumes racines sont moins demandeurs en eau à l’exception des radis et des navets qui sont plus gourmands et qui deviennent sinon creux et plus piquants. Les légumes feuilles, les fruits et les légumes graines sont plus exigeants. Il faut donc faire attention à bien respecter leurs besoins qui peuvent également différer selon le stade de culture.

On appelle « chameaux », les légumes qui peuvent se passer d’arrosage, sauf en cas de sécheresse importante, après la plantation ou le semis. Cela n’aura de conséquence que sur leur taille.

Les « sobres » désignent ceux qui ont besoin d’un apport en eau peu conséquent, mais de manière régulière, elles peuvent même tolérer éventuellement de courtes périodes de sécheresse sans pour autant que leur saveur ne soit altérée et sans faire chuter les quantités.

Les « exigeants », ce terme ne veut pas dire qu’ils aient besoin de quantités d’eau importantes, mais plutôt qu’ils sont  demandeurs en termes d’état du sol de manière générale. Il doit rester frais, sans excès, pour limiter les montées en graines ou la fibrosité par exemple.

À lire aussi : Réussir son potager : notre guide complet pour y arriver

Le cas des salades

Les feuilles de la salade sont très tendres et elles ont des racines en surface, c’est sans doute pour ces raisons qu’elles ont un besoin en eau assez conséquent. Suivant la manière dont vous les achetez : en petites mottes (elles s’enracinent alors moins bien), avec des racines nues que vous repiquez ou en semis, elles n’ont pas les mêmes besoins en eau. Il arrive que des pluies trop abondantes disséminent des pieds de salades. Il faut donc que la dose soit parfaitement maîtrisée.

Arroser Potager
© istock

La profondeur : elle joue un rôle important

Les salades développent des racines à 20 cm au maximum, en revanche, les haricots et les choux développent leurs racines jusqu’à 50 cm de profondeur et celles des tomates ou des asperges arrivent à 1.20 mètre.

Cet état de fait vous permet de mieux comprendre pourquoi on n’arrose pas tous les légumes de la même manière. La couche de terre superficielle (les premiers 20 cm) a tendance à se dessécher plus rapidement. Il faut alors arroser plus fréquemment.

Pour la couche moyenne située entre 50 cm et 1.20 mètre, il faut arroser moins souvent, mais en quantité plus importante. L’eau pénètre alors plus en profondeur. Un apport de 10 litres par m² est par exemple nécessaire pour atteindre les racines profondes des tomates. Dans ce cas, l’arrosage sera moins fréquent.

La qualité de l’eau

L’eau de pluie est évidemment celle qui est recommandée pour l’arrosage des légumes, mais si c’est impossible, placez de l’eau du robinet dans un grand contenant et laissez-la reposer quelques jours afin qu’elle perde de sa teneur en chlore. Elle s’enrichit également en micro-organismes.

Si vous avez un puits et que votre sol est très calcaire, l’eau sera alors calcaire et vos légumes risquent de ne pas apprécier. L’eau de pluie a l’avantage de ne pas modifier le pH du sol, donc son acidité. Il vaut mieux l’utiliser si vous le pouvez en la récupérant dans de grands contenants, fûts, tonneaux, ou encore des citernes enterrées pour conserver cette eau.

À lire aussi : Comment arroser les tomates ?

Éviter les sols nus

Si vous laissez votre sol nu, il est évident que l’eau s’évaporera facilement. Il est donc préférable de mettre un bon paillage en place. Couvrir votre sol, avec des déchets verts et autres déchets comme les tontes de gazon, permet d’empêcher cette évaporation. Vous pourrez ainsi arroser moins souvent et économiser de l’eau. De plus, les plantes sont protégées contre les variations des températures.

Durant une grosse averse, la pluie ne tasse pas la terre de la même manière et les rayons du soleil ne brûlent pas les jeunes salades. Le principe consistant à ne pas laisser la terre nue est inspiré par l’observation de la nature à l’état sauvage. Sur les terrains nus, les plantes dites pionnières viennent envahir la parcelle, c’est le cas du pissenlit, du chardon et de bien d’autres.

Arrosage Potager
© istock

À lire également : Comment arroser le jardin pendant les vacances ?

La bonne manière d’arroser

Il est important également de savoir comment arroser. Plusieurs méthodes sont disponibles : soit vous remplissez des arrosoirs et vous apportez de l’eau au pied de la plante sans jamais en mettre sur le feuillage, soit vous arrosez au goutte-à-goutte que vous raccordez à la citerne qui vous permet de récupérer l’eau de pluie. Il faut faire attention aux feuilles surtout dans le cas des tomates, des concombres et des poivrons. Si vous mettez de l’eau dessus, ils risquent d’attraper un champignon. Vous le constaterez, car le feuillage va noircir et les plantes finissent par pourrir.

Notre conseil : en plus de l’apport hydrique nécessaire et bien dosé, certains légumes gourmands qui s’enracinent très profondément, comme les tomates, nécessitent également une fertilisation supplémentaire, en milieu de croissance. Ce n’est pas une obligation, mais cela permet d’obtenir de meilleurs résultats. Il faut dans ce cas employer un engrais liquide comme le purin de consoude ou d’orties.

Les légumes tels que les épinards, les salades et les herbes aromatiques n'ont pas besoin d’engrais, ce sont des légumes qui apprécient les sols pauvres en nitrates. Vous en tiendrez compte d’ailleurs au moment de la plantation et du choix du substrat.

À lire également : Comment enrichir une terre pauvre ?

Le dosage de l’arrosage en fonction du développement :

L’arrosage varie également selon le stade de développement de vos plants. Les arrosages sont obligatoires après la plantation, mais elles augmentent en termes de quantité au fil du temps et du développement des plantes. Si vous voulez des légumes plus forts en goût, évitez de mettre trop d’eau. Quand il fait chaud, arrosez plutôt le soir, cela permet de limiter l’évaporation de l’eau. Quand les nuits sont fraîches, arrosez plutôt le matin et couvrez le sol d’un paillis.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.