Semer des haricots nains : quand et comment les planter ?

Haricots Nains
Les haricots sont de  légumes qui sont très appréciés, car ils se marient à différents repas. Haricots mangetout, haricots beurre, ou autres variétés se retrouvent fréquemment dans les jardins. Le haricot nain est appelé ainsi, car il atteint tout juste 40cm contrairement au haricot à rames qui peut culminer à deux mètres.

Quand semer les haricots nains ?

Les haricots nains se sèment dès que les températures moyennes dépassent 10°C. En effet, cette annuelle de culture rapide redoute le froid. Il est donc préférable d’attendre que le printemps s’installe avant de procéder au semis. De mai à juillet-août et même septembre, quand le climat est doux, constitue la bonne période pour se lancer. Vous pouvez de cette manière échelonner vos récoltes de l’été à l’automne.

Cette plante fleurit à la fin du printemps présentant alors de jolies fleurs papilionacées blanches qui se transforment ensuite en été en gousses vertes pour les haricots mangetout, jaunes pour les haricots beurre ou même violettes, c’est aussi cette diversité qui fait le succès de ce légume. Riches en sels minéraux, en vitamines et en oligoéléments, et très peu caloriques, les haricots sont des légumes pleins d’atouts. Ils se cuisinent très facilement à la vapeur ou à l’eau et accompagnent aussi bien vos salades que vos plats chauds avec juste une petite pointe de beurre frais.

Quelles variétés choisir ?

Dans la grande famille des haricots nains, on distingue deux catégories principales :

  • Les haricots à parchemin: ils peuvent être récoltés jeunes ou à maturité selon vos goûts. Cueillis jeunes, l’avantage c’est que ce sont des haricots sans fil. À complète maturité, ils présentent un atout si vous mangez les graines.
  • Les haricots sans parchemin: ils se cueillent une fois qu’ils sont bien charnus et avant la formation de graines. On retrouve dans cette catégorie, les haricots mangetout à gousses vertes et les haricots beurre, jaunes et sans fils, c’est certainement pour cette raison qu’ils sont très appréciés.

Dans la famille des haricots mangetout sans fil, on retrouve plusieurs variétés. De manière générale, ce sont des haricots assez gros, dont la paroi reste fine et agréable en bouche. On retrouve deux variétés en particulier :

  • Le contender: c’est un hâtif rustique, très productif. Il se présente sous la forme de longues gousses sans fil. Il se sème entre avril et août et vous le récoltez de juillet à octobre. Il est parfait pour être mis en conserve, à déguster frais ou à congeler.
  • Le castandel : est en quelque sorte une variété améliorée du cotender. Ses gousses sont un peu moins longues, il est très productif et plus rustique encore. Il résiste très bien à la sécheresse et aux maladies et il se conserve très facilement.
  • Le haricot nain maxi vert: il est idéal pour la congélation et la conservation. Ses graines proviennent de l’agriculture biologique.
  • L’amethyst : il est très précoce et donne de très belles gousses pourpres aux excellentes propriétés gustatives. Il est particulièrement productif et sa récolte est étalée. Il se conserve parfaitement bien et il résiste facilement aux maladies, il est issu du Purple Queen.
  • Le beurre de Rocquencourt : il est également très précoce. Ses longues et fines gousses sont jaune doré et très savoureuses. Il offre une récolte très généreuse.

Les haricots nains à filets sont des haricots mangetout qui sont récoltés à l’état de filets, ce qui signifie qu’ils sont tout jeunes et récoltés tous les deux ou trois jours. Ils sont très tendres et ils sont également très goûteux. On retrouve dans cette catégorie, différentes variétés :

  • Le fin de Bagnols: il est semé entre avril et août et récolté entre juin et octobre. Il offre une belle production groupée et abondante, il résiste aux maladies et il est très savoureux. Il convient parfaitement au début et à la fin de saison.
  • Le triomphe de Farcy: c’est un haricot fin qui est semé entre avril et août pour une récolte jusqu’en octobre. Il est long à prendre le fil et il est assez peu sensible au froid. Il est de plus très bon.
  • Le Morgane : il est résistant aux maladies du haricot, sa production est lente à prendre le fil. Ses gousses sont très fines et présentent une saveur délicate.
  • L’aiguillon: il résiste bien également aux maladies, ses gousses sont pleines de saveurs et sa production est groupée et importante.

Les haricots nains, de la famille des extra-fins, sont généralement ceux qui sont plébiscités par les enfants, ils sont sans fil pour la plupart. On retrouve différentes variétés :

  • Le braimar: sa particularité tient au fait que ses longues gousses poussent au-dessus des feuilles. Il résiste bien à l’anthracnose et il est productif. Il se conserve facilement. C’est un précoce.
  • Le calypso : on aime sa production remontante et étalée et sa parfaite résistance aussi bien à la sécheresse qu’aux maladies. Il est de plus particulièrement savoureux.
  • L’organdi: il plait beaucoup aux enfants et aux adultes ayant un palais délicat. Il se sème entre avril et août et se récolte de juin à octobre. L’organdi AB est celui dont les graines sont issues de l’agriculture biologique.
  • Le cupidon : il est très productif et sa production est groupée. Ses gousses sont fines et longues.
  • Le Talisman : ses gousses sans fil sont très appréciées, il est précoce et sa récolte est généreuse, entre juin et octobre. Il résiste bien aux différentes maladies pouvant toucher le haricot. Le Talisman AB est celui dont les graines proviennent de l’agriculture biologique.
  • Le Delinel: il est semi-précoce et présente d’excellentes qualités gustatives. Il se conserve très bien et sa production est abondante. Il résiste facilement aux maladies.
  • Le Crockett : c’est un nain précoce et une variété assez récente et qui ne présente que peu de feuilles. Les gousses sont très fines et vert foncé, la production est échelonnée et abondante. Il offre une saveur agréable et résiste bien aux maladies.

Les haricots nains beurre : la principale variété est le Carson qui présente une gousse jaune, qui est semé entre avril et août et récolté entre juin et octobre.

Que faire avant de semer les haricots nains ?

Pour préparer au mieux votre sol avant de planter vos haricots, vous prendrez soin de passer le râteau ou le croc. Vous n’avez pas besoin d’amender le sol, cela est inutile dans le cas des haricots. Si vous l’aviez fait pour des cultures précédentes, assurez-vous que le sol n’est pas trop humide avant de semer.

Tracez les sillons en conservant au moins 50 cm entre chaque rang pour faciliter la récolte et éviter certaines maladies.

Comment les semer ?

Haricots Nains En Ligne

Les haricots nains se sèment de préférence quand le sol a eu le temps de se réchauffer. Il faut que le taux d’humidité soit parfaitement équilibré, en effet sur un sol trop sec, ils ne germent pas et sur un sol trop humide, les graines pourrissent. Il faut donc soigneusement doser l’arrosage avant de semer.

Ensuite, vous les semez en lignes espacées, mettez une graine tous les 5 à 10 cm sur la ligne. Vous pouvez également semer en poquets de 5 à 6 grains distants de 40 cm. Il faut ensuite légèrement recouvrir les graines avec de la terre.

Quelques jours après la levée, binez une première fois et ensuite attendez trois semaines avant de recommencer en les buttant un peu.

Tant qu’ils n’ont pas germé, veillez à ce que les graines soient toujours recouvertes d’une fine couche de terre.

Où planter les haricots nains ?

Plantez vos haricots nains dans une partie ensoleillée de votre potager. Le sol doit être humide, mais pas gorgé d’eau. Si vous le pouvez, enrichissez le sol à cet endroit de compost avant l’hiver.

Comment les entretenir ?

Dès que les haricots nains arrivent à 15-20 cm de hauteur, il est recommandé de biner et de butter la terre jusqu’aux deux premières feuilles. Une fois que vous les avez buttés, il faut les arroser avec parcimonie.

Tous les 30 cm, vous pouvez mettre des tuteurs (des rames) en bambou, en châtaignier, en noisetier… Vous les inclinez vers l’intérieur de la parcelle et vous les liez au sommet.

Vous n’avez pas besoin d’ajouter d’engrais à vos haricots, en cours de croissance. En effet, sa richesse en azote et ses racines suffisent à enrichir le terrain. En fin de saison, mettez les déchets au compost, et surtout évitez de replanter vos haricots nains au même endroit l’année suivante.

Vous n’avez pas besoin de tailler les haricots nains, au contraire, le feuillage en poussant permet de protéger les gousses du soleil. C’est grâce à cela que vous pouvez récolter sur une période assez longue. Biner permet d’éliminer les mauvaises herbes qui pourraient pousser autour du pied.

Comment arroser les haricots nains ?

Pour bien arroser les haricots, il ne faut surtout pas mouiller le feuillage, surtout dans le cas des haricots à filets ce qui évite les fils.

La fréquence des arrosages : il est préférable d’arroser une fois par semaine quand le sol est paillé, sinon, vous pouvez passer à 2 ou fois par semaine entre le début de la floraison et le moment de la récolte.

La qualité de l’eau : elle ne doit pas être trop calcaire.

Les signes de déshydratation : en cas de déshydratation, vous la repérez aux feuilles qui flétrissent, les haricots à filets ont alors plus de fils.

Comment procéder à l’arrosage : par aspersion : il faut un apport abondant pour que l’eau arrive au sol.

Paillage : si le climat est assez changeant, il est préférable de pailler vos haricots nains. Il est ainsi plus simple de conserver une humidité constante et efficace durant les périodes les plus chaudes et les plus sèches.

Récolter les haricots nains : quand et comment faire ?

Récolte Haricots

Les haricots sont cueillis en moyenne deux mois après les avoir semés. Les filets peuvent être récoltés un peu plus tardivement, tandis que les variétés plus anciennes le seront avant qu’ils arrivent à maturité complète. Pour éviter les fils, cassez un haricot en deux et vérifiez qu’il n’en est pas encore. Vous ramasserez vos haricots tous les trois ou quatre jours.

Les haricots à filet doivent être récoltés tous les deux jours pour éviter les fils.

Quand vous cueillez vos haricots, faites bien attention de ne pas tirer dessus, mais veillez à couper proprement son pédoncule. Cela vous évitera de casser les bouquets qui portent les fleurs et qui sont de ce fait productifs durant encore deux à trois semaines en fonction des variétés.

À savoir : conserver quelques pieds de haricots que vous conservez dans leur état jusqu’à ce que le feuillage soit parfaitement sec. Vous récoltez alors les gousses et vous les égrenez. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à garder les graines dans un  lieu aéré et sec pour les ressemer au printemps prochain.

Les maladies des haricots nains et que faire ?

Le haricot peut être plus ou moins sensible aux maladies et aux attaques parasitaires. Il faut réagir vite et les surveiller en permanence.

Les maladies du haricot nain :

  • Graisse: la graisse se reconnait aux taches huileuses et jaunes qui apparaissent sur le feuillage. Elle apparait généralement à la suite d’une période humide, puis chaude. Le traitement préventif avec de la bouillie bordelaise s’avère très efficace.
  • L’anthracnose : elle s’identifie facilement grâce aux taches brunes ou noires qui se forment sur les feuilles. Les variétés persistantes sont beaucoup moins sujettes à cette maladie. Si vos plants sont infectés, pulvérisez-les de bouillie bordelaise ou de prêle avant que les gousses se forment.
  • La rouille : elle se manifeste par l’apparition de pustules sur la face interne des feuilles. Des taches brunes peuvent également se former sur les gousses. Pour éviter la rouille, espacer les rangs de haricot pour une meilleure aération qui limite les attaques des champignons. Les plants atteints seront ôtés, mais ne les mettez pas au compost. La décoction de prêle reste assez efficace en traitement préventif surtout en fin de saison, moment où le haricot est plus vulnérable. Vous pouvez, en cas d’attaque vraiment importante, utiliser un fongicide portant bien la mention : « emploi autorisé au jardin ».

Les parasites du haricot nain :

  • La mouche des semis ;
  • Tétranique : c’est un acarien ;
  • La bruche des haricots : les larves se développent dans les grains. Le froid étant capable de les tuer, il faut mettre les haricots 5 jours au congélateur après écossage.
  • Le puceron des racines ;
  • La limace et l’escargot ;
  • Le puceron noir de la fève : vous serez dans ce cas obligé d’arracher les pieds envahis par les pucerons noirs. Pour les éviter, plantez des capucines à côté.

Pour éviter la plupart de ces nuisibles et parasites, vous pouvez planter du basilic à proximité, c’est une technique qui fonctionne très bien.

Pour les limaces et les mouches, mettez du ferramol sur le sol autour des semis. N’hésitez pas à mettre du purin d’ortie pour renforcer les jeunes plants.

Pour les acariens, le mieux est de faire entrer les auxiliaires de culture, consommateurs d’acariens. Il faut également réduire un peu l’arrosage et paillez et si vraiment la terre est trop sèche, procédez par brumisation.

Pour éloigner les pucerons, installez des tagètes à proximité des pieds.

Encore plus de plantations :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.