Semer du maïs : quand et comment le planter ?

Semer Mais
En Amérique du Nord comme en Amérique du Sud, le maïs est couramment cultivé par les particuliers. Dans nos potagers, pourtant, il reste relativement rare. Voilà qui est dommage ! Car le maïs est succulent, et riche en glucides, ainsi qu’en vitamines et en minéraux. Facile à semer et à cultiver, il peut même protéger le potager en faisant office de coupe-vent. Autant dire qu’il serait dommage de s’en priver !

Quand semer du maïs ?

Le maïs bénéficie d'une croissance rapide. Un seul impératif : il doit être semé dans une terre riche et, surtout, suffisamment chaude. Il est possible d'échelonner les semis du mois de mars au mois de juin :

  • De mars à avril, on optera pour un semis à chaud, en repiquant dehors en mai ;
  • En mai et juin, on optera pour le semis en place.

Dans les régions où le climat est doux, il est possible d'effectuer un dernier semis en place en juillet et de profiter d'une récolte à l'automne.

Quelles variétés choisir ?

Si on le consomme volontiers comme un légume, le maïs appartient à la famille des graminées. On recense de très nombreuses variétés, mais certaines sont exclusivement cultivées pour nourrir le bétail ou pour fabriquer de la farine. Au potager, on optera pour le maïs doux, le seul que l'on puisse consommer – crû ou cuit.

Les hybrides F1

Le maïs hybride F1 est issu du croisement de deux variétés. S'il est très productif, il ne produit pas de graines pouvant être semées l'année suivante. Les variétés les plus répandues sont :

  • L'épi d'or F1, facilement identifiable à ses longs épis dorés ;
  • Le Sweet Scarlet F1, qui produit des grains tirant sur le rouge, à la saveur sucrée ;
  • L'Artic Sun F1, dont les épis sont blancs.

On citera également le maïs à épis miniatures. S'il est impropre à la consommation, il est très décoratif. On utilise ses épis colorés pour composer des bouquets secs, ou on les dépose simplement dans un panier ou une coupe en guise de décoration.

Les variétés anciennes

Les variétés anciennes sont les plus appréciées, car elles produisent un maïs à la saveur douce, fondante et plus prononcée que celle des variétés hybrides. Il est par ailleurs possible de conserver des graines pour un semis prochain. Parmi les variétés anciennes les plus connues, on retiendra tout particulièrement :

  • Le Golden Batam, qui produit des épis longs dont les grains se dégustent volontiers en salade;
  • Le Maïs doux Miner, tout particulièrement savoureux cuit à la vapeur ;
  • L'Arc en Ciel Incas, aux grains multicolores et aux tiges tirant sur le violet, dont la hauteur peut atteindre 3 m.

Plusieurs variétés : attention, danger ?

Il est conseillé de ne cultiver qu'une seule variété de maïs à la fois. En effet, deux variétés auront tendance à s'hybrider au cours de la période de pollinisation. Ce phénomène pourrait altérer la saveur de votre maïs !

Que faire avant de semer du maïs ?

Pour réussir vos semis, il est important de bien préparer le sol. Le maïs appréciera un sol meuble, bien drainé et riche. La parcelle doit donc être soigneusement bêchée à la fin de l'automne. Pour un développement optimal de vos semis, amendez la terre 10 semaines avant de procéder au semis ou au repiquage.

Comment le semer ?

Semis à chaud

  1. Remplissez les godets de terreau pour semis ;
  2. Disposez une graine par godet ;
  3. Arrosez en pluie fine.

Placez les godets à la lumière, dans un environnement chaud (18°C). Afin de maximiser vos chances de réussites, vous pouvez ajouter un peu de corne broyée dans chaque godet. Repiquez en carré, en respectant 35 à 40 cm d'espace entre les rangées, et 20 cm entre chaque pied alignés.

Semis en place

  1. Creusez des sillons de 3 à 4 cm de profondeur, en les espaçant de 35 à 40 cm ;
  2. Placez une graine tous les 10 cm, en l'enfonçant simplement au doigt ;
  3. Recouvrez de terre au râteau, en évitant de trop tasser;
  4. Terminez par un arrosage copieux, en veillant cependant à ne pas déplacer les graines.

Un semis en poquet est envisageable. On dispose alors 2 à 5 graines tous les 30 cm, toujours en rangs espacés de 35 à 40 cm. Cette technique peut cependant se révéler frustrante au moment de sélectionner les sujets à conserver, car il est fréquent qu'ils se développent tous très bien.

Où planter le maïs ?

Le maïs appréciera un emplacement très ensoleillé. Le vent est un facteur clé, puisqu'il exerce une influence directe sur la pollinisation. Pour plus de sécurité, on le sème donc en carré sur plusieurs rangées.

Le maïs se plaira tout particulièrement à proximité de la courge et du haricot. Il peut d'ailleurs exercer une fonction pratique, en tenant lieu de tuteur aux variétés grimpantes. Ce n'est pas la seule utilité du maïs, puisque sa hauteur varie de 1,40 à plus de 2m. Il fera donc aussi bien office de pare-vent que de brise-vue !

Comment l'entretenir ?

Si la terre est assez chaude, la levée se fait généralement en 10 jours. Il est alors temps d'éclaircir, en conservant 1 pied tous les 20 cm. Une fois que les pieds atteignent 40 à 45 cm, buttez-les pour les renforcer, puis paillez afin d'optimiser l'arrosage en limitant l'évaporation de l'eau. Veillez à désherber exclusivement à la main, car les racines superficielles du maïs sont vulnérables.

Comment arroser le maïs ?

Le maïs réclame un arrosage généreux et régulier, au moins une fois par semaine. L'arrosage se révèle tout particulièrement important lorsque les épis font leur apparition. L'idéal est d'arroser le soir, en vérifiant au préalable l'humidité du sol. Bon à savoir : le maïs préfère un sol légèrement acide, et il n'appréciera guère une eau trop calcaire.

Récolter le maïs : quand et comment faire ?

Recolter Mais

Le maïs se récolte lorsque ses grains sont crémeux et bien sucrés. Il faut compter 3 à 4 mois après le semis, en fonction de la variété que vous avez choisie. En cas de doute, fiez-vous à ses soies : la couleur tourne au jaune lorsque l'épi est à maturation parfaite.

L'idéal est de cueillir le maïs le soir et de le consommer dans la foulée, pour profiter pleinement de sa saveur. Les épis se conserveront tout de même quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Pour le conserver plus longuement, il est indispensable de le cuire : vous pourrez alors préparer des conserves ou le congeler.

Les maladies du maïs et que faire ?

Du fait de sa hauteur, le maïs offre une prise au vent importante. Il est aussi vulnérable aux intempéries violentes, notamment la grêle. On opte donc pour la prévention, principalement en buttant les pieds et dans quelques cas extrêmes, en les tuteurant. Mais le maïs craint surtout les ravageurs.

La pyrale du maïs.

Ce papillon a la particularité de forer les tiges, introduisant de ce fait des agents pathogènes qui nuisent à la qualité du maïs produit. La seule solution consiste à couper, broyer et enterrer les pieds qui ont été infectés, afin d'éviter que les larves ne se développent.

Le puceron du maïs.

On distingue 3 espèces de pucerons :

  • Metopolophium dirhodum est le plus précoce. Il attaque les jeunes plants, dont il ralentit la croissance, une invasion massive pouvant être mortelle et il faut alors user d'un aphicide pour en venir à bout ;
  • Sitobion avenae affaiblit les pieds sans les tuer, et il disparait généralement de lui-même ;
  • Rhopalosiphum padi apparait lors de la floraison, et i est extrêmement dangereux : il est indispensable de réagir vite, et l'aphicide se révèle là encore incontournable.

Encore plus de plantations :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.