Quand mettre du fumier dans son jardin ?

Fumier Jardin
Le fumier permet d’amender le sol afin d’améliorer sa structure et sa qualité. Lorsqu’il a été décomposé ou composté, il offre la possibilité aux sols pauvres de devenir fertiles grâce à sa teneur en matières organiques qui le revitalise. Il apporte de l’humus à la terre, favorisant ainsi la vie microbienne. Il faut cependant savoir quand et comment l’utiliser.

Comment choisir son fumier ?

Tous les fumiers d’animaux, qu’ils proviennent des moutons, des poules, des vaches, des chevaux, sont bons pour l’équilibre et l’enrichissement de votre sol. Il faut tout de même s’assurer de leur origine et privilégier les élevages plutôt traditionnels. Pour faire le bon choix, il est utile également de bien les connaitre afin de profiter pleinement de leur qualité. Le fumier de mouton ou de poule est riche en azote, tandis que le fumier de cheval est bien équilibré. Le fumier provenant d’ovins ou de caprins a tendance à alléger les terres lourdes. A contrario, celui qui vient des bovins est plutôt destiné à améliorer les sols légers. Les fumiers d’équidés chauffent plus, mais moins longtemps que ceux qui viennent d’animaux à cornes.

Comment utiliser le fumier ?

Le fumier ne doit jamais être utilisé frais, il faut qu’il ait été composté durant un an au moins avant de l’employer. Il faut l’entreposer en tas et le laisser tranquillement se décomposer. Pour rééquilibrer un sol, le fumier de cheval sera préféré aux autres. Il faut également savoir que le fumier ne peut pas être utilisé pour tous les légumes. Les carottes, les oignons, les échalotes ou les ails ne supportent pas le fumier, tandis que les légumes gourmands et au cycle long l’apprécieront. C’est le cas notamment des tomates, des courgettes, des melons, des concombres, des courges et des choux.

À savoir : vous n’enfouissez jamais le fumier sous la terre. En effet, il dégage en fermentant, des substances toxiques pour les racines des plantes. Il est préférable de le mettre en couche sur un engrais vert.

Fumier Istock
© istock

À quelle période utiliser le fumier ?

Le fumier est utilisé dans le potager le plus souvent durant la période hivernale entre octobre et mars. Il vous permet alors de faire des apports réguliers qui permettent d’entretenir votre sol.

Le fumier pailleux comprenant litière et déjection, et frais sera étalé sur le sol en fine couche. Selon la quantité de pluie et les températures, il va se composter tout seul en nappe, en quelques semaines. Il suffit ensuite de labourer de manière superficielle, sans retourner la terre pour que les restes s’incorporent. Cette opération se fait à la fin de l’hiver.

Il est également possible d’ajouter du fumier frais sur le compost pour faire office d’activateur totalement naturel et biologique.

Le fumier, une fois bien composté sans être brûlé, peut être employé au printemps, juste avant les semis et les plantations. Il faudra alors le mettre sur la couche superficielle du sol, c’est surtout une méthode que vous utiliserez au potager, cependant, plantes et fleurs peuvent également bénéficier de ce traitement. Il est également idéal pour enrichir les trous qui sont destinés à la plantation des arbres.

Le fumier permet d’enrichir considérablement le sol en apportant de la matière organique en quantité importante. Il faut savoir cependant que comme dans le cas du compost, il agit sur le long terme sur la structure. Il faut continuer les apports durant quelques années avant d’en voir les bénéfices et de constater un changement véritable.

Il faut savoir que le fumier fait également office d’engrais. En effet, l’apport d’azote est limité, mais les déchets végétaux et la paille qu’il comprend libèrent des taux de potassium importants, comparables à ceux des engrais que vous pouvez acheter dans le commerce.  

Comment faire pour composter le fumier frais ?

Si vous avez récupéré du fumier frais, surtout n’en faites pas des petits tas isolés et irréguliers, il se décomposera difficilement et mal. Il perd de l’azote, ce qui le rend moins efficace. La solution offrant les meilleurs résultats est de le mettre en amas, durant au moins 18 mois pour le composter correctement. Il faut faire un tas de fumier sur les branchages, cela permet au jus de s’évacuer et ensuite recouvrez-le de paille. Au bout de 18 mois, durée idéale, vous obtenez un compost d’excellente qualité que vous pouvez utiliser en paillage ou en fumure durant toute l’année.

Il faut juste faire attention à ne pas saturer le sol en matières organiques.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.