Semer des artichauts : quand et comment les planter ?

Artichauts
L’artichaut est un légume délicieux et apprécié le plus souvent de tous. Contrairement aux idées reçues, il est assez simple à cultiver. Que ce soit en semis, en œilleton ou grâce à la plantation de plants, il est assez facile d’obtenir de très beaux artichauts violets ou verts.

Quand semer les artichauts ?

À partir de mi-mars, vous pouvez mettre en place les œilletons, les œilletons étant les rejets à la souche, qui contiennent radicelles et bourgeons. Si vous êtes dans le sud de la France, il est possible de les planter en août. Il faut les semer à un mètre les uns des autres, former une cuvette et arroser généreusement ensuite.

Pour les semis : vous attendrez février ou mars avant de les semer en godet, en semis d’intérieur ou en serre chaude.

Pour les plantations : elles sont réalisées en mars ou avril ou en septembre et octobre. Il est plus simple de les réaliser en mars ou avril, le plant reprend mieux et vous écartez les risques de gel.

Quelles variétés choisir ?

Vous trouverez en France deux grandes catégories d’artichauts : les blancs et les violets. Ils sont ensuite divisés en variétés différentes.

Les artichauts blancs

  • Le Camus appelé également camus de Bretagne : c’est l’artichaut le plus gros. Il se cultive essentiellement en Bretagne et ses feuilles sont gris-vert en forme d’écailles et mates. Il aime les terroirs riches en limon. Le cœur de cet artichaut est fondant et son goût est subtil.
  • Le Castel : c’est la variété la plus proche du Camus. Il est assez volumineux et présente une forme ronde et des feuilles vert tendre. Ses feuilles quand l’artichaut est frais sont craquantes, bien cassantes et très serrées. Après cuisson, elles sont très tendres. Il a une saveur subtile et légèrement sucrée.
  • Le blanc hyérois : il présente des feuilles très vertes, longues et étroites contrairement aux autres variétés et il est cultivé dans les Pyrénées orientales et un peu en Provence. Il est récolté entre avril et juillet.
  • Le gros vert de Laon est également appelé vert d’Italie ou tête de chat : C’est un artichaut très proche du Camus, mais qui supporte beaucoup mieux le froid. Il est de ce fait facilement cultivé dans les régions de l’Est et du Nord.
  • Le Macau : c’est une variété très proche du vert de Laon et du Camus qui est cultivée le plus souvent en Gironde. Sa tête est volumineuse et ses écailles sont charnues. Son feuillage est plus clair, mais il offre les mêmes qualités de saveurs que son cousin de Laon.

Les artichauts violets

  • Le violet de Provence ou bouquet : Ses feuilles sont assez petites et joliment teintées de vert et violet. Sa forme est conique et on le trouve surtout dans le sud de la France, dans les Pyrénées orientales et en Bretagne, car il est sensible au froid. On l’apprécie, car il fond dans la bouche tellement il est tendre. Il présente une saveur tellement fine qu’il se suffit à lui-même. Il peut être mangé cru ou cuit quelques minutes seulement dans l’eau bouillante. Il est produit de mars à mai et de septembre à décembre.
  • L’épineux : on le reconnait à sa forme fuselée et il doit son nom à la forme épineuse de l’extrémité de ses bractées. Il est cultivé dans les régions de Nice, de Sicile, de Sardaigne et de Gêne, essentiellement au printemps. Il est craquant et tendre, et il convient parfaitement aux palais aiguisés grâce à sa saveur tout en subtilité.
  • Le vert de Provence : c’est une variété facilement cultivée dans le sud de la France qui peut être consommé cru à la poivrade. Il possède une saveur délicate et il se récolte en août et septembre, il est de plus très décoratif.
  • Le vert Globe : c’est une variété rustique qui supporte très bien le froid et qui présente une taille moyenne. Il se consomme aussi bien cru que cuit. Il se récolte également en août et septembre. Il est vivace et très décoratif. Sa saveur délicate enchante tous les palais, il est proche du Cardon et son feuillage est vert gris sur la face supérieure blanc argenté sur la face interne.
  • Le Salambo : est une variété qui se plait beaucoup dans les régions généreusement ensoleillées, c’est pourquoi elle est souvent produite dans le Roussillon et en Provence. Il présente une forme fuselée et des épines robustes et longues. Sa couleur violette est très esthétique et c’est le plus petit des artichauts. Il se déguste cru ou cuit. Il est recommandé pour diminuer le taux de cholestérol et les troubles digestifs.

Que faire avant de semer les artichauts ?

Artichauts Vert Rosé
© Pinterest

Comme pour toutes les cultures, il faut parfaitement bêcher le sol en profondeur contrairement à d’autres plantations et ôter toutes les racines anciennes ou les mauvaises herbes qui empêcheraient l’artichaut de se développer. Il aime les sols humifères, légers et bien drainés. Il est également nécessaire de l’enrichir par un apport conséquent de compost et d’azote organique. Ce dernier peut être réalisé en avril ou mai.

Comment les semer ?

Le semis :

C’est une méthode économique quand on souhaite cultiver de l’artichaut en grosse quantité. Il est réalisé entre février et avril, si vous dépassez cette période, l’artichaut ne sera pas encore assez développé pour passer l’hiver dehors. Voici les différentes étapes du semis :

  • Remplir des godets d’un terreau universel mélangé à du sable ou d’un terreau réservé spécifiquement à cette culture. Le godet devra faire environ 7 cm. Le substrat sera filtrant, léger et sans engrais.
  • Réaliser trois avant-trous sur 1 cm de profondeur.
  • Déposer trois graines dans chaque pot,
  • Recouvrir les graines, puis tasser légèrement.
  • Arroser en pluie fine avec un arrosoir à pomme.
  • Laisser les godets à environ 20°C.
  • Les graines seront levées une semaine plus tard environ.

Dix jours plus tard, vous commencerez à voir les cotylédons et les premières feuilles. Vous pouvez alors parfaitement procéder au premier repiquage :

  • Dépoter les godets et récupérer les plants avec leurs racines blanches.
  • Repiquez-les dans des godets légèrement plus grands ou de la même taille en utilisant le même type de terreau toujours sans engrais.
  • Les jeunes artichauts seront disposés à l’abri de la lumière et à une température un peu plus basse, cela permet de les endurcir et de les rendre plus résistants.

Le second repiquage :

Une fois que les artichauts se sont développés dans les godets, ils sont rempotés dans des pots de 12 à 15 cm dans un terreau universel enrichi et placés sous abri hors gel (châssis, tunnel, serre froide). Les plus beaux sujets sont ensuite mis en terre deux mois plus tard à raison d’un plant par mètre dans un endroit bien exposé, puis amendez la terre.

La plantation

Les œilletons sont prélevés sur les pieds des adultes à l’automne ou au printemps de l’année précédente. Ils sont ensuite plantés en mars-avril dans un sol bien amendé et riche. Il faut les espacer d’environ une dizaine de centimètres sans trop les enterrer. Il faut ensuite les arroser généreusement afin que la reprise se passe bien.

À noter : l’artichaut peut rester en place durant 3 à 4 ans, cependant, il est assez gourmand et il épuise le sol si vous le laissez plus longtemps. Il est préférable ensuite d’attendre 4 ou 5 ans avant de le remettre au même endroit. Il se plait avec le chou, le radis, l’oignon, le haricot nain, le pois, la fève et la laitue.

Où planter les artichauts ?

L’artichaut apprécie les endroits bien ensoleillés à condition toutefois que la terre reste fraîche en été. Le sol doit être riche en humus, parfaitement bêché et léger. La terre sera préparée l’automne précédant la plantation. Il faut choisir des variétés rustiques dans les régions les plus froides, dans l’est et le nord de la France notamment. Dans ce cas, il sera protégé par un épais paillage et un buttage en hiver. Il se cultive très bien sur la façade atlantique.

Comment les entretenir ?

Artichaut
© F. Boucourt

Pour entretenir vos artichauts, voici quelques conseils utiles :

Binez et sarclez de manière régulière

À l’approche de l’hiver, si le climat est assez rude, coupez l’extrémité de feuilles, rassemblez-les en bouquets que vous ferez tenir avec un lien souple. Buttez le pied sans mettre de terre au cœur de la plante pour éviter les risques de pourrissement. Emballez la touffe avec du voile d’hivernage.

Durant les saisons d’automne et hiver, protégez le pied avec un paillage et découvrez-les dès que les risques de gel sont écartés. Il faut également découvrir les pieds durant les averses pour ne pas que la plante emmagasine l’humidité qu’elle n’aime pas.

Chaque année, conservez 4 œilletons par pied, prélevez ensuite les autres pour les planter ailleurs, de cette manière vous renouvelez votre culture tous les trois ans.

Comment arroser les artichauts ?

Effectuez des arrosages réguliers, mais pas en grande quantité, l’humidité est un ennemi pour l’artichaut, car elle entraine son pourrissement. Ne laissez jamais d’eau stagnante.

Récolter les artichauts : quand et comment faire ?

L’artichaut se récolte entre mai et octobre, selon les cycles de production, avant la floraison et quand les feuilles sont encore tendres, fermes et jeunes. Si vous ne les récoltez pas au bon moment, ils vont former une fleur bleue très décorative. Un pied donne 3 à 4 gros sujets, la première année, puis 6 à 10 gros sujets, les années suivantes.

Vous les couperez en conservant une tige assez longue. Ce légume présentant de nombreuses vertus, notamment digestives et étant riches en vitamines et oligo-éléments, il peut être consommé aussi souvent que vous le souhaitez.

Les maladies des artichauts et que faire ?

L’artichaut est sujet à différentes maladies ainsi qu’aux attaques de parasites :

Les maladies de l’artichaut

  • Le mildiou: il faut le repérer très tôt avant qu’il n’ait fait des dégâts trop importants. Il est ainsi recommandé de bien surveiller ses cultures au printemps afin d’agir très vite dès les premiers symptômes. Sur les jeunes plants et les bourgeons surtout, vous repérez facilement la maladie grâce aux fructifications blanches. Pour l’enrayer, généralement une pulvérisation de bouillie bordelaise est suffisante.
  • La ramulariose: elle se présente sous la forme de taches nécrotiques grisâtres sur les feuilles. Elle aime particulièrement les températures élevées et apparaît quand la chaleur est importante. La bouillie bordelaise est un fongicide qui marche bien surtout à titre préventif. Mettez-en quand les chaleurs se prolongent et sont importantes.

Les parasites appréciant l’artichaut

  • Les pucerons noirs: les pucerons noirs sont néfastes à la culture, car ils aiment s’installer dans les capitules. Dès que vous repérez leur présence, il est important d’agir. Il faut alors procéder à des pulvérisations d’insecticide anti-pucerons à base de pyrèthre, à la rosée du soir de préférence.
  • Les pucerons verts prennent place dans le feuillage. En général, vous n’avez pas besoin de traiter, car ce sont les insectes auxiliaires qui s’en chargent et en particulier les chrysopes et les coccinelles.
  • Les mollusques : ils adorent les artichauts, si vous souhaitez éviter qu’ils envahissent vos artichauts et se nourrissent de leur feuillage, il est conseillé de mettre en place des pièges anti-limaces et anti-escargots ou de les ramasser régulièrement à la main.

Encore plus de plantations :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.