Peindre un mur sans trace : comment faire ?

Peindre Un Mur Sans Laisser De Trace Min

Peindre un mur est à la portée de tout le monde, en revanche, le peindre en ne laissant aucune trace peut être un peu plus compliqué quand on ne sait pas exactement comment s’y prendre. Pour ne laisser aucune trace de pinceau ou de rouleau, il faut connaitre les techniques essentielles. Voici quelques conseils pour vous aider dans cette entreprise.

Le matériel nécessaire

Matériel De Peinture
© Maisonentravaux

Préparer tout le matériel nécessaire avant le démarrage du chantier permet de réaliser ces travaux sans avoir à chercher partout l’accessoire ou l’outil, dont a besoin durant une étape.

Voici la liste du matériel indispensable :

  • Des bâches en plastique pour le sol et des vieux draps pour les meubles
  • Du ruban de masquage
  • Un seau
  • Du papier de verre dans les trois grains : fin, moyen et gros
  • Une éponge
  • Des gants
  • Cristaux de soude ou lessive efficace
  • Enduit de rebouchage pour bien lisser les surfaces abimées
  • Sous-couche ou primaire d’accroche
  • Peinture que vous avez sélectionnée
  • Pinceau de 25 mm de largeur
  • Brosse à rechampir
  • Pinceau plat
  • Rouleau adapté à la peinture
  • Bac pour verser la peinture et égoutter ses outils
  • Escabeau
  • Diluant comme le White-Spirit si nécessaire

La préparation du chantier

La préparation du chantier est une étape cruciale pour mener à bien vos travaux.

Le plus simple est d’enlever tous les meubles de la pièce que vous allez peindre, si ce n’est pas possible, réunissez-les au milieu et protégez-les. Les recouvrir avec une grande bâche plastique vous évite de les tacher.

Protégez votre revêtement de sol soigneusement avec des feuilles de plastique que vous collez avec de l’adhésif, des vieux draps ou des cartons dépliés.

Retirez tous les tableaux, les étagères, les décorations murales, les rideaux et si vous ne souhaitez pas ôter les appliques, enfermez-les dans un sac plastique bien fermé.

Protégez les prises ou enlevez la partie qui se voit, faites de même pour les interrupteurs.

Mettez de vieux vêtements, des chaussures anciennes et un foulard ou une casquette pour épargner vos cheveux.

Préparation du mur en lui-même :

- Un mur déjà peint :

Ôtez toutes les taches éventuelles, car elles pourraient réapparaitre sous la peinture. Utilisez pour cela soit une lessive spéciale comme la Saint-Marc, soit de l’eau chaude additionnée de cristaux de soude et une éponge. Il faut ensuite rincer correctement et laissez sécher.

- Mur de papier peint :

Si votre mur est couvert de papier peint, deux solutions sont possibles : soit il est parfaitement posé, ne se décolle pas et ne présente aucun défaut et vous peignez dessus, soit vous le décollez avant.

Une fois que ces opérations sont faites, il faut retirer les chevilles et les clous et ensuite bouchez les fissures et les trous avec un enduit de rebouchage :

Appliquez l’enduit de rebouchage sur les trous et les fissures que vous aurez ouvertes, avec un couteau à enduire. Enlevez le surplus et lissez, laissez sécher et ensuite passez du papier de verre grammage 80 pour ôter toutes les imperfections et le surplus.

Votre mur est maintenant parfaitement lisse et prêt à recevoir la peinture.

Quelle peinture choisir ?

Peintures
© Futura Sciences

Le choix de la peinture dépend de la pièce concernée par ces travaux, de l’effet souhaité et de vos gouts, mais également de son exposition et de l’état des murs.

Tout d’abord, il est nécessaire de privilégier :

Une peinture de qualité : du prix dépend souvent la qualité de la peinture, il ne faut donc pas choisir des peintures premiers prix. En effet, celles-ci contiennent généralement beaucoup d’eau et elles ont de ce fait tendance à laisser des traces. Vous serez obligé d’appliquer trois ou quatre couches de peinture et finalement, vous ne faites pas d’économie.

Investir dans une sous-couche : certains supports sont très abimés ou poreux, c’est le cas des peintures très anciennes ou quand vous peignez directement sur le papier peint, dans ce cas, il est préférable d’appliquer tout d’abord une sous-couche qui vous permettra ensuite de peindre sans défaut et beaucoup plus facilement.

La peinture est une chose essentielle, mais les pinceaux et rouleaux le sont aussi pour obtenir un résultat optimal. Investissez dans du matériel de qualité, les pinceaux qui perdent leurs poils n’offrent pas un résultat parfait. Les rouleaux peu chers s’usent très rapidement et vous êtes obligé d’en changer. Tournez-vous vers du matériel de qualité.

>> À lire aussi :Comment peindre un plafond sans trace ?

La nature de la peinture

Une peinture est composée de résines ou de liants, de pigments, de solvants, d’additifs et de matériaux de charge. Les liants ou résines sont présents pour offrir l’adhérence à la peinture, ils durcissent en séchant et assurent une bonne tenue au support, la durabilité et la cohésion des différents composants. Les pigments apportent la couleur à la peinture et sont solides et non solubles.

Les matériaux de charge permettent de donner de la matière, ils augmentent le pouvoir couvrant et épaississent votre peinture.

Les solvants sont des composants liquides, ils liquéfient la peinture et augmentent sa viscosité, c’est de ces composants que dépend le temps de séchage.

Les additifs offrent une meilleure adhérence, un séchage rapide, un meilleur tendu pour un résultat plus net, ils facilitent la pénétration dans le support, peut avoir des qualités hydrofuges et anti-moisissures. Ils se présentent sous la forme liquide ou solide.

Peinture acrylique ou à l’eau : ce sont les plus répandues, elles n’ont pas d’odeur et sont pratiques pour peindre à l’intérieur. Leur temps de séchage est plus court, moins de 30 minutes au toucher et ils conviennent à tous les outils y compris le pistolet à peinture. Elles ont un pouvoir couvrant plus fort et elles s’appliquent facilement. Il faut en revanche préparer correctement le support. On ne peut pas les appliquer directement sur une ancienne peinture glycéro, elles ne tiennent pas et s’écaillent. Il faut la poncer avant, la lessiver et éventuellement poser une sous-couche. Les peintures acryliques certifiées Écolabel Européen sont les plus respectueuses de l’environnement. La dilution et le nettoyage des pinceaux ou rouleaux se font avec de l’eau.

La peinture à l’huile ou glycérophtalique : elles présentent un pouvoir opacifiant important, se dilue ou de nettoie au White-Spirit, elles offrent un excellent tendu et beaucoup de résistance. Elle est particulièrement plébiscitée dans les pièces d’eau comme la salle de bain ou la cuisine, pièce très salissante et qui de ce fait est souvent lessivée. C’est la seule peinture capable de couvrir un papier peint vinyle. En revanche, leur forte teneur en solvants nécessite le port d’un masque et une bonne ventilation durant l’application. On les remplace souvent de ce fait par les peintures acryliques ou alkydes. Le temps de séchage est plus long et elles sont plus difficiles à appliquer sans trace.

La peinture alkyde : c’est un peu un entre-deux de la peinture glycéro et de la peinture acrylique. Comme l’acrylique, elle est principalement composée d’eau, mais elle contient de la résine alkyde qui la rend bien plus résistante. Elle présente peu d’odeur, le temps de séchage est court, les outils se nettoient à l’eau, elle offre une parfaite résistance et un bel aspect tendu. Elle peut être appliquée sur un sol. Elles sont beaucoup moins toxiques et leur taux d’émission de COV est le plus faible. Les alkydes émulsion sont un peu moins couvrants, les alkydes-uréthanes sont plus épais et conviennent aux sols.

Les peintures bio et écologiques : elles ne contiennent que très peu de produits pétrochimiques au profit de composants naturels, d’origine végétale ou minérale.  Elles sont moins polluantes, mais il faut faire attention au label pour qu’elle ne dégage que peu de COV. Elles nécessitent tout de même une bonne aération de la pièce pendant la pose.  Elles sont lessivables et elles supportent bien les UV, mais le temps de séchage est long, environ de 6 à 12 heures.

La finition des peintures est un élément important pour arrêter votre choix, ces dernières existent en finition brillante, satinée ou mate.

La finition joue un rôle esthétique, mais également technique.

La finition brillante :  elle renforce la résistance et de ce fait elle est parfaite pour les plinthes, les huisseries et boiseries. Elles agrandissent visuellement une pièce et accentuent la luminosité. Elle est plus difficile à appliquer et elle a tendance à accentuer les petits défauts. Elle est lessivable. Elle est cependant déconseillée dans les pièces déjà très lumineuses, situées plein sud avec de larges baies vitrées à cause de la réverbération qui devient aveuglante et désagréable.

La finition satinée : elle est recommandée pour les murs, du fait de sa bonne résistance. Elle est parfaite dans toutes les pièces de la maison. On aime son effet soyeux et légèrement brillant qui offre un bon compromis entre mat et brillant. Elle possède un bon pouvoir couvrant, s’applique plus facilement que la finition brillante et reflète la lumière. Elle est lessivable.

La finition mate : c’est la peinture qui est certainement la plus fragile, mais elle a la particularité d’être capable de gommer les petits défauts. Elle offre un rendu très contemporain et on l’apprécie dans les pièces de repos,les chambres , mais également dans l’entrée, le salon ou le bureau. Elles sont peu lessivables et de ce fait, elles sont mal adaptées aux cuisines ou salles de bain.

>> À lire aussi : Peinture salle de bain : quelles couleurs tendance pour la salle de bain ?

En quelle quantité ?

Choisir la quantité de peinture nécessaire est primordial pour plusieurs raisons : cela évite des allers et retours au magasin pour en racheter, les différences de teinte suivant les bains et éviter de vous retrouvez avec des pots en trop. Un pan de mur doit être peint en une seule fois, si vous manquez de peinture, ce sera impossible et très dommage ! Il faut donc estimer avec justesse le nombre de pots nécessaires. Pour faire ce calcul, il faut tenir compte de certains facteurs : le pouvoir couvrant de la peinture, la superficie de la pièce, le nombre de couches à appliquer, la nature du support, poreux, il demandera plus d’applications et de matière. Tenez compte des ouvertures qu’il faut ôter de la surface à peindre. Le nombre de couches dépend de la qualité de votre peinture et du support, en général deux couches suffisent. Le rendement de la peinture, il est inscrit sur le pot, plus il est élevé, moins vous aurez besoin de peinture, celles qui sont professionnelles ont un excellent pouvoir couvrant.

Le nombre de couches conseillées est de deux même dans le cadre d’une peinture monocouche. Le rendu sera de cette façon impeccable.

Pour calculer la quantité de peinture nécessaire, effectuez le calcul suivant :

Mesurez la hauteur et la largeur de chaque mur, et faites largeur X hauteur puis additionnez les mesures des quatre murs. Enlevez les fenêtres, cheminée que vous ne peignez pas en prenant les mesures et en appliquant la même formule. Vous obtenez ainsi la surface à peindre.

Pour calculer le nombre de litres nécessaires : regardez le rendement figurant sur les pots, il est calculé au m² et au litre. Divisez la surface à peindre par le rendement au litre et multipliez par deux si vous prévoyez deux couches. Vous savez maintenant combien de litres vous devez acheter. Ensuite, calculez le nombre de pots nécessaires en prévoyant une marge supplémentaire si vous n’êtes pas sûr de la qualité du support. Optez plutôt pour un pot de 5 litres que pour cinq pots d’un litre pour que les coloris soient bien identiques, de plus, plus la quantité est élevée, plus le prix au litre diminue.

Notre petit conseil : ajoutez 15% au rendement qui est donné par le fabricant, c’est une marge de sécurité.

Quel mur peindre en couleur ?

Mur Peint En Couleur
© Kiosque Déco – Lydie Pineau

Peindre le mur d’une pièce dans une couleur permet de lui donner du caractère et de mettre en valeur certains volumes ou de corriger des défauts. Vous transformez ainsi visuellement sa superficie ou vous l’illuminez.

Peindre le mur que l’on vit en entrant dans la pièce : ne peignez pas le mur sur lequel se trouve la porte d’entrée, vous ne le verriez pas en pénétrant. Il est préférable de peindre son opposé, sauf si celui-ci est à contre-jour, l’éclat de l couleur serait minimisé. Dans ce cas, il est préférable d’opter pour un mur sur le côté de la porte.

Choisir un mur où il n’y a pas de fenêtre ou de placards et meubles qui risqueraient d’atténuer l’effet recherché. En revanche, il peut mettre en valeur un élément architectural comme une cheminée.

Peindre un mur en fonction de la luminosité : on choisit généralement un mur perpendiculaire à l’arrivée de la lumière. Cela évite à la teinte de s’atténuer ou de ternir sous les rayons du soleil. S’il est à contre-jour, choisissez une teinte légèrement plus claire que celle prévue, car la lumière la fait paraitre plus foncée.

Choisir le mur selon la forme de la pièce : dans une pièce en longueur et étroite, peindre le mur du fond permet d’atténuer cette impression. Vous aurez l’impression que le mur est plus prés. Si la pièce est étroite, peindre un mur sur le côté, l’élargit visuellement.

Pour structurer un espace : la couleur peut parfaitement délimiter le coin repas dans une cuisine ou une pièce de vie, assoir un lit dans une chambre, un coin bureau dans une chambre d’enfant…

>> À lire aussi : Peinture salon : les meilleures couleurs pour votre salon

Les erreurs à éviter

Optez pour du matériel peu cher au détriment de la qualité : on l’a vu précédemment, il est préférable d’investir dans une peinture et des outils de qualité. Sur le long terme, vous êtes gagnant puisque cela vous évite d’en racheter.

Ne pas prendre les bonnes quantités de peinture : il faut savoir que la même marque dans la même couleur peut différer légèrement suivant les bains, il est donc primordial de bien calculer la quantité nécessaire pour ne pas avoir à en racheter par la suite.

Faire l’impasse ou bâcler la préparation des murs : il est impossible d’obtenir un résultat parfait si vous n’avez pas pris le temps de préparer avec soin vos murs auparavant. C’est une étape cruciale et il faut à tout prix prendre le temps de le faire correctement.

Ne pas mettre de sous-couche : certaines personnes pour économiser du temps et de l’argent jugent la sous-couche inutile et c’est un tort. En effet, sur un mur poreux ou très ancien, la sous-couche permet d’économiser de la peinture ensuite et surtout d’obtenir un résultat optimal.

Appuyer trop fort sur le rouleau : le rouleau est incontournable, mais il a tendance à laisser des traces surtout si vous appuyez trop fort. La peinture sera alors étalée en couche trop épaisse. Ne pressez pas dessus et choisissez un matériel de qualité pour que la peinture s’étale correctement, sans faire de trace.

Ne pas faire la surface entière en une fois : le fait de peindre un mur en plusieurs fois crée forcément des démarcations disgracieuses. Prévoyez donc le temps nécessaire pour peindre le mur en entier et ne vous laissez pas distraire.

Ne pas respecter le temps de séchage : un temps de séchage insuffisant est l’une des causes des traces sur un mur, en effet, certaines zones présenteront un aspect différent. Peignez à l’abri du soleil, tôt le matin ou en fin d’après-midi par chaleur élevée. Et laissez bien votre peinture sécher uniformément.

Ne pas appliquer une couche suffisante de peinture : il faut que la couche de peinture que vous mettez soit suffisante pour couvrir l’ensemble du mur, ensuite il faut qu’elle soit parfaitement étalée. Si après la première couche, il reste des traces, pas de panique !

Les étapes pour peindre un mur comme un pro

Peindre Mur © Hachette Pratique Fotolia Ravil Sayfullin Min
©

Une fois que votre mur est prêt avec une éventuelle sous-couche appliquée en couche fine, il vous reste deux étapes.

La première couche

  • Commencez par dégager les angles avec une brosse à rechampir, les angles, le plafond, les portes, les fenêtres et les plinthes.
  • Appliquez la première couche de peinture au rouleau en étirant bien la peinture dans un mouvement du haut vers le sol.
  • Pour éviter la surépaisseur, diluez si besoin la peinture avec 10 % de White-Spirit ou de l’eau.
  • Peignez des carrés d’environ un m², en croisant les passages uniformément : une première fois verticalement et ensuite horizontalement.
  • Au fur et à mesure que vous progressez, lissez les zones déjà peintes entre elles par des mouvements amples avec votre rouleau, sans remettre de peinture, cela atténue les traces de passage.
  • Laissez sécher 5 heures au moins avant d’attaquer la deuxième couche ou le temps nécessaire suivant la nature de la peinture.

La seconde couche

  • Poncez très légèrement la première couche de peinture, cela permettra à la seconde couche d’adhérer parfaitement, prenez un papier de verre grain fin.
  • Retirez bien toute trace de poussière à l’aspirateur, puis avec un bon chiffon microfibre.
  • Mélangez la peinture avec un bâton, étirez bien la seconde couche de peinture. Ne mettez pas trop de peinture sur le rouleau.
  • Essorez correctement votre rouleau sur la grille, cela évite les coulures ou les projections.
  • Comme pour la première couche, lissez bien les différentes zones horizontalement, mais sans croiser les passes cette fois-ci.
  • Laissez sécher 24 heures. Ôtez le ruban de protection avant le séchage total de la peinture.

>> À lire aussi : Peinture de carrelage de salle de bain : le guide

Peindre un mur sans trace : comment faire ?
4.6 (92.22%) 36 vote[s]
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires