Une cloison de doublage en béton cellulaire : les étapes à suivre

Doubler Mur Béton Celullaire
À la fois solide et isolant, le béton cellulaire permet d’édifier des constructions ou des doublages homogènes, ne redoutant pas l’humidité ou les rongeurs ni, dans une certaine mesure, les chocs.

Pour doubler un mur intérieur, la technique la plus courante consiste à utiliser un complexe isolant. II est généralement constitué d'une plaque de plâtre cartonnée, associée à une épaisseur plus ou moins importante de polystyrène ou de laine minérale.

Cette solution, fort pratique pour habiller et isoler les murs, présente néanmoins un inconvénient majeur : il est difficile d'y suspendre des éléments lourds, même en utilisant des fixations spécifiques.

  • Pour habiller un mur en parpaings bruts, destiné à supporter un lavabo et un meuble de salle de bains, une solution s'est imposée : le béton cellulaire. Le principe consiste à élever une cloison de doublage, devant le mur existant.
  • Le plafond, parfois incliné pour suivre le rampant de toiture, impose des découpes spécifiques des derniers rangs.

Pourquoi le béton cellulaire ?

Le béton cellulaire est fabriqué à base d'un mélange chaux-ciment et de sable fin. Un agent d'expansion réagit avec la chaux pour créer des inclusions dans la masse du matériau. C'est le gaz qui, enfermé au cœur de ces cellules, confère au matériau son haut pouvoir isolant.

  • Le béton cellulaire est léger tout en étant porteur. De plus, il apporte une sécurité exceptionnelle en terme de résistance au feu : matériau minéral, il est incombustible (classé MO) il ne produit ni fumée ni gaz toxique. Avantage non négligeable, il est très facile à découper avec une scie égoïne (de préférence à denture spéciale). Enfin, il est pratiquement insensible à l'humidité, et trouve donc toute son utilité dans une salle de bains.
  • Les carreaux existent en épaisseurs de 5, 7 et 10 cm, et en 25 ou 50 x 62,5 cm. II est préférable de travailler avec des éléments de 50 plutôt que de 25, pour la rapidité d'exécution d'abord, mais aussi parce qu'il est ainsi plus facile de conserver l'aplomb. Les plus courants sont à chants droits, mais certains, bordés de rainures et languettes, facilitent la pose et l‘alignement, comme avec les carreaux de plâtre.
Cloison Béton Cellulaire
© istock

Le mortier-colle

Le béton cellulaire ne s'assemble pas avec n'importe quel produit. II nécessite un mortier- colle spécifique. Certains sont conçus pour réaliser des « joints minces » (2 mm maxi), d'autres des « joints réduits » (jusqu'à 6 mm). Cette dernière catégorie permet, par exemple, de mieux ajuster les carreaux. Le produit offre une durée d'utilisation de trois heures dans l'auge, un temps ouvert pour la mise en place de quinze minutes et un délai ajustable de vingt minutes. II durcit en douze heures et est recouvrable en vingt-quatre heures.

  • Pour sa préparation, comptez 5,5 à 6 litres d'eau par sac. Déversez la poudre en pluie fine dans l'eau et gâchez à la truelle droite jusqu'à obtention d'un mortier consistant et homogène. II est préférable de travailler par quart ou par tiers de sac, surtout pour les premiers rangs. Laissez reposer trois minutes avant l'utilisation et retravaillez rapidement pour supprimer les grumeaux.

Montage

La réalisation des premiers rangs est primordiale pour la suite du chantier. Vérifiez auparavant la verticalité du mur d'adossement avec un fil à plomb. Dans le cas d'un mur légèrement incliné vers l'intérieur de la pièce, tracez un trait bleu à quelques centimètres de la base. II servira de ligne de référence pour l'élévation.

  • Si le sol est sec, déposez-y directement le mortier-colle après l'avoir dépoussiéré à l'aspirateur. Encollez le chant du premier carreau qui sera au contact du mur de retour (ce qui peut être évité pour réserver un passage de tuyauteries).
  • L'encollage du chant peut être facilité par l'emploi de truelles spéciales crantées, adaptées à l'épaisseur des éléments. Déposez le carreau sur le lit de mortier au sol, et ajustez son aplomb et son niveau avec un maillet de caoutchouc ou avec une massette en intercalant une chute de bois.
  • Encollez le chant du second carreau et posez-le de même. Serrez-le contre le premier avec le maillet, jusqu'à ce que le mortier déborde. Raclez l'excès avec la tranche de la truelle. Progressez jusqu'au mur opposé, en coupant le dernier carreau si nécessaire.
  • Pour démarrer le second rang, utilisez la chute du dernier carreau (s'il dépasse de 20 cm). Ainsi, les joints seront alternés, et il ne se créera pas de ligné de faille. Contrôlez régulièrement l'aplomb et le niveau. De temps à autre, si le doublage est très proche du mur d'adossement, reliez-les par un gros plot de mortier. Cela consolidera l'ensemble.
Monter Doublure Béton Cellulaire
© Castorama

Finitions

Pour éviter, dans une certaine mesure, la transmission des bruits, le sommet de la cloison peut être désolidarisé du plafond. Arrêté à 2 cm environ du rampant, le dernier rang sera jointoyé au mortier après l'insertion d'une bande de caoutchouc résilient. De la mousse polyuréthane peut également être employée, ou un tuyau d'évacuation en PVC provenant d'une pièce adjacente encastré dans l'espace libre et sur la gauche du doublage.

  • Une fois les collages des tubes dûment testés, vous pouvez les dissimuler au mortier-colle. Ensuite, une bande de tissu de verre peut être noyée dans la dernière couche d'enduit pour éviter la fissuration.
  • Après séchage, l'ensemble de la cloison de doublage doit être soigneusement enduite au moyen d'un produit adapté au béton cellulaire. Facile d'emploi, cet enduit très fin est utilisé pour le ragréage et le lissage de murs et plafonds intérieurs. II s'étale en une ou plusieurs passes et se lisse dans les dix minutes avec, au choix, une taloche inox ou plastique.

Dans le cas d'un sol chargé d'humidité, il est indispensable d'empêcher les remontées d'eau par capillarité. Étalez sur le béton un premier lit de mortier-colle. Déposez dessus une bande de feutre bitumeux (découpée dans du feutre d'étanchéité pour terrasses, par exemple).

Marouflez à la spatule et, sans attendre le séchage, appliquez sur le feutre une seconde couche de mortier-colle. C’est sur celle-ci que reposera le premier rang de carreaux.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.