Semer des coquelicots : quand et comment les planter ?

Semer Coquelicot
Le coquelicot fleurit dans les champs, qu’il illumine de ses éclats rouges orangés. Cette fleur rustique et gracile est tout aussi appréciée dans le jardin. Il se révèle très efficace pour recouvrir rapidement un espace ou un talus nu, en particulier si l’emplacement est très ensoleillé. Facile à semer, facile à vivre : le coquelicot compte incontestablement parmi les fleurs les plus décoratives… et les plus simples à cultiver !

Quand semer les coquelicots ?

Le coquelicot ne supporte pas le repiquage : on le sèmera donc exclusivement en place (autrement dit : directement dans le jardin). On le sème traditionnellement en mars/avril, quand la terre commence à se réchauffer. Il est cependant possible de procéder à un second semis en juillet/août.

Quelles variétés choisir ?

Le coquelicot appartient à la grande famille des pavots. Le plus connu est incontestablement le coquelicot sauvage, à fleurs rouges. Vous trouverez donc des variétés à fleurs blanches, roses ou tirant sur le mauve, à fleurs simples ou doubles.

L'alternative la plus répandue est sans doute le pavot de Californie (Eschscholzia californica), qui se distingue du coquelicot sauvage grâce à sa couleur orange flamboyante. Autre variété particulièrement appréciée au jardin : le mother of pearl, au coeur blanc ou bleu-lilas, auréolé de rose, de rouge ou de mauve.

Le choix dépendra principalement de vos envies. Il est d'ailleurs possible de mélanger les variétés.

Que faire avant de semer des coquelicots (préparation etc) ?

Le coquelicot aime les sols meubles, légers et bien drainés. Pour réussir votre semis, il est donc recommandé de travailler le sol à la fourche-bêche. Sur terrain lourd, on ajoutera du sable afin de faciliter le drainage. Il est à noter que le coquelicot n'aime pas les sols acides : il peut donc être nécessaire de chauler la parcelle avant de semer.

Le coquelicot n'aime pas la concurrence. Pour réussir votre semis, il est donc indispensable de désherber la parcelle avec le plus grand soin.

Comment les semer ?

Le coquelicot se sème le plus souvent à la volée, ce qui offre un résultat plus naturel. Il est cependant à noter qu'il se cultivera tout aussi bien en ligne, si vous souhaitez un effet plus structuré. Dans ce cas, on espacera les rangées de 5 à 15 cm.

Quelle que soit l'option choisie, la technique est la même :

  1. Râtissez le terrain pour le niveler correctement ;
  2. Semer à la volée ou en ligne ;
  3. Tassez les graines à l'aide d'un rouleau à gazon ou, à défaut, en utilisant le dos du râteau ;
  4. Terminez en arrosant en pluie fine, pour ne pas déplacer les graines.

Les graines de coquelicots ont la particularité d'être légères et très sombres : on les distingue mal sur la terre. Il est donc possible de découvrir des zones clairsemées lors de la levées. Pour éviter les mauvaises surprises, vous pouvez utiliser une astuce simple : mélangez les graines à un sable clair. Cela vous permettra de bénéficier d'une meilleure visibilité lors du semis.

La levée se fait en 10 à 15 jours. Il est alors judicieux d'éclaircir, pour que les fleurs se développent mieux.

Où planter les coquelicots ?

Le coquelicot se plait dans les zones très ensoleillées. On le sèmera volontiers dans un espace ou un talus à habiller rapidement. Il sera tout aussi à son aise dans une jardinière.

Si le coquelicot se suffit à lui-même, vous pouvez composer un mélange de fleurs champêtres, en mixant les variétés et les couleurs.

Le coquelicot trouvera aussi sa place au potager, notamment en mélange avec le radis. Non seulement il apportera une jolie touche de couleur, mais il attirera aussi les insectes pollinisateurs.

Comment les entretenir ?

Le coquelicot ne réclame aucun soin particulier. Assurez-vous simplement de tenir les mauvaises herbes à distances lors des quelques semaines qui suivent le semis.

Comment arroser les coquelicots ?

Le coquelicot ne nécessite pas d'arrosage, à moins de faire face à une période de sécheresse prolongée.

Récolter des coquelicots : quand et comment faire ?

Les coquelicots ne sont pas de simples fleurs ornementales : elles se consomment ! On utilise notamment les pétales en tisane, pour traiter les troubles du sommeil, puisqu'ils contiennent des alcaloïdes. On prendra soin de sélectionner les pétales les plus grands et les plus colorés. L'idéal est de les disposer sur un grillage, dans un espace sec et bien aéré, afin qu'ils sèchent dans des conditions optimales.

Le coquelicot permet de préparer un délicieux sirop. Aussi décoratif dans l'assiette que dans le jardin, il donnera de la couleur à une salade. On le cueille alors pour le cuisiner ou le consommer dans la foulée.

Après floraison, le coquelicot laisse apparaître la capsule, qui contient des graines. On raconte d'ailleurs que cette particularité a inspiré le concept de la salière de table. Vous pouvez récolter les capsules et les laisser sécher pour récupérer les graines en vue d'un prochain semis, ou laisser la nature œuvrer pour vous.

Les maladies des coquelicots et que faire ?

Robuste, le coquelicot ne craint pas grand-chose ! Les pucerons sont ses principaux ennemis. Il est possible d'en venir à bout en introduisant un prédateur naturel dans le jardin : la coccinelle. À défaut, un traitement au savon noir en viendra à bout. Le coquelicot est vulnérable à l'oïdium, qui a besoin de chaleur et d'humidité pour se développer. On agira donc à titre préventif, en évitant tout simplement les arrosages intempestifs.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.