Planter un pommier dans votre jardin : conseils, taille et entretien

Pommiers
Le pommier est l’arbre fruitier le plus cultivé en Europe, il fait partie de la famille des Rosacées. Il est très décoratif  avec sa floraison blanc rosé et sa ramure régulière et sphérique. On apprécie son aspect esthétique et ses fruits qui peuvent être très différents selon les nombreuses variétés.

Quand planter le pommier ?

L'hiver (hors période de gelées) est en général la saison propice à la plantation des arbres fruitiers. Si vous êtes amateur de pommes, profitez du repos de la végétation (de novembre à début mars) pour installer votre verger (évitez les périodes de gel ou de fortes pluies).

Retenez que la plupart des pommiers sont autostériles. N'hésitez donc pas à planter plusieurs variétés différentes pour obtenir ainsi une pollinisation croisée.

Parmi les meilleurs pollinisateurs, vous retrouvez 'Reine des Reinettes', 'Idared' et 'Golden Delicious'. Vous pouvez aussi faire une plantation de pommiers à fleurs (comme 'Evereste'), excellents pollinisateurs polyvalents.

Note : le pied franc est issu du semis des pépins. Très vigoureux, il est parfait pour les sols pauvres, mais sa mise à fruits est lente. On l'utilise pour les formes libres.

Pommier
© La Passionée Des Aravis - Overblog

Quelles variétés choisir ?

On dénombre plusieurs milliers de variétés de pommes qui sont reconnaissables à la saveur bien sûr, mais également à leur forme, leur couleur, leur grosseur et leur période de récolte. Par ailleurs, la pomme eut avoir des goûts et des parfums qui changent complètement de l’une à l’autre. Les pommes les plus précoces se cueillent dès le mois de juillet et les plus tardives en automne et elles conservent jusqu’en mai.

Les variétés précoces

La Delbarestivale : elle se présente sous la forme d’un gros fruit rouge, ponctué de jaune. C’est l’une des meilleures pommes précoces. Elle se récolte fin août et elle peut être consommée jusqu’en septembre. Elle ne donne des fruits en abondance qu’une année sur deux. Elle est issue de la Delbard Jubilé et de la Royal Gala.

Variétés semi-précoces

La Chantecler ou Belchard : Ce pommier qui donne des fruits à maturité en septembre est très vigoureux. Les pommes sont jaune verdâtre et leur peau est rugueuse. Elle peut être consommée de mi-octobre à mars et elle présente une saveur légèrement acidulée. Elle fleurit tardivement et elle se plait dans l’Est de la France ou en altitude.

La Reine des Reinettes : son fruit et jaune teinté de rouge orangé et sa chair est croquante à la saveur fine et succulente. Elle se récolte en septembre et elle peut être consommée jusqu’en octobre. Elle est facile à cultiver et elle produit correctement dans toutes les régions, c’est une bonne pollinisatrice.

Variétés semi-tardives

La Delbard Jubilé : cette pomme se distingue par son parfum très subtil et sa saveur exceptionnelle. C’est une pomme à cuire. Vous la récoltez en septembre et vous la dégustez jusqu’en février. Ce pommier est peu sensible aux maladies, il convient parfaitement aux formes palissées.

L’Idared : cette pomme peut être utilisée en tartes, à manger crue ou pour le cidre, elle est rouge vif et très charnue, sa chair blanche est excellente. Vous la récolterez de fin septembre à octobre et vous la déguster entre octobre et avril. Ce pommier est assez peu vigoureux et très productif.

La Golden Delicious : elle présente un fruit d’un beau jaune uni, sa saveur légèrement anisée sait vous séduire. Sa chair est très croquante et sucrée. Vous la cueillerez en octobre et vous la conserverez tout l’hiver. C’est un pommier parfait dans le nord de la France, vigoureux et un excellent pollinisateur.

La Cox Orange Pippin : ce pommier donne des fruits de calibre moyen, légèrement rouge sur la partie qui est exposé au soleil. Sa chair est fondante et sucrée. C’est une pomme qui se récolte fin septembre et qui peut être consommée entre octobre et janvier. L’arbre est assez peu vigoureux et convient aux formes palissées. Il est plutôt cultivé au sud de la Loire, car il est peu rustique.

La reinette grise du Canada : le fruit est gros et sa chair est souple, elle donne de délicieuses pommes au four. Elle se récolte en octobre et se déguste entre décembre et mars.  C’est un arbre peu vigoureux, parfaits pour les formes palissées. Il est sensible au chancre et pollinisé par la Reine des Reinettes.

La Royal Gala : le fruit est rouge vif sur la face qui bénéficie de l’ensoleillement. Elle se récolte de fin septembre à mi-octobre et elle peut être consommée jusqu’à la mi-février. C’est un arbre très productif qui doit être cultivé en forme libre.

Les variétés tardives

La Belle de Boskoop : ce sont des fruits verts et charnus, tachetés de rouge à la chair très parfumée qui en fait une pomme excellente en cuisson. Elle se récolte durant la deuxième quinzaine d’octobre et elle est consommable jusque fin février. C’est un arbre qui est cultivé idéalement en haute tige, vigoureux et bien équilibré. Il est pollinisé par la Reine des Reinettes.

Les variétés anciennes

La Calville blanc d’hiver : c’est un gros fruit côtelé de couleur vert pâle qui durant longtemps a été considéré comme la meilleure des pommes. Elle se récolte en octobre et elle peut être consommée entre décembre et janvier. Ce pommier se cultive en espalier ou en cordon.

La Reinette Clochard : c’est un fruit jaune doré à la peau légèrement rugueuse à la chair ferme, mais très juteuse et très agréable au goût. Elle se récolte fin octobre et elle peut être consommée entre novembre et mars. L’arbre est fertile et vigoureux, il est cultivé dans l’ouest de la France et il présente des formes en haute tige ou semi-libres.

La Grand Alexandre : ce fruit est très gros de couleur rouge orangé à la chair juteuse, tendre et acidulée. Il est récolté entre septembre et fin octobre et se conserve jusqu’en janvier. C’est une variété vigoureuse qui se cultive plutôt en forme basse en raison du poids des fruits.

Les variétés naines

La Garden Sun Red : les fruits sont gros, juteux, rouges et très parfumés. Ils se récoltent en octobre et se conservent jusqu’en mars. C’est une variété qui ne fait pas plus d’un mètre cinquante de haut et qui est rustique. Il peut être cultivé en pot.

La Croquella delgrina : cette variété qui se récolte entre septembre et mi-octobre se déguste jusqu’en décembre. Elle propose des fruits rouge vif très parfumés et une chair croquante. Ses mini-tiges mesurent entre 1.20 et 1.50 mètre de hauteur. Il peut être cultivé en bac.

À lire aussi : Greffer arbres et arbustes : conseils et étapes

Que faire avant de planter le pommier?

Quelques jours avant la plantation du pommier, vous devrez ouvrir un trou d’environ 80 cm de diamètre.

Comment semer des graines de pommier ?

Pommes
© Pinterest

Semer les graines de pommier

Faire sécher les pépins de pommes :

  • Après avoir débarrassé les pépins de la chair du fruit, passez-les sous l’eau froide.
  • Égouttez-les.
  • Séchez-les à l’aide d’un torchon.
  • Placez-les dans un tissu laissant l’air passer.
  • Conservez-les dans un local dont la chaleur n’est pas supérieure à 15°C, durant deux ou trois jours.
  • Remuez-les de temps en temps et faites attention aux insectes qui en raffolent.

Mettre les pépins en germination

Une fois qu’ils ont ramolli, les pépins peuvent germer

  • Mettez du sable humide dans un bac.
  • Disposer plusieurs couches de pépins sur le sable.
  • Recouvrez d’une couche de sable humide.
  • Mettez le bac dans un endroit frais durant 2 ou 3 mois.

Repiquer les pépins de pommes

Vous attendrez alors le printemps, moment où les pépins ont commencé à germer.

  • Mettre dans des pots un mélange de terre de jardin et de terreau.
  • Déposez dans les pots quelques-unes des graines germées.
  • Maintenez votre substrat humide.
  • Patientez un an et vous pourrez repiquer vos plants en pleine terre là où vous le souhaitez.

Vous pouvez également mettre directement les pépins germés en pleine terre avec un ajout de terreau.

Planter un pommier

  • Tailler l’extrémité des racines.
  • Raccourcissez les branches les plus longues d’un tiers au-dessus d’une ramification partant vers l’extérieur.
  • Coupez les racines et les rameaux qui seraient abimés ou cassés.
  • Trempez les racines dans la terre de jardin mélangée à de l’eau.

Pour ne pas abimer des racines, posez un tuteur avant d’installer votre arbre.

  • Mettez en place un tuteur dans le cas des arbres aux racines nues.
  • Si vous plantez directement une motte, utilisez le haubanage cela vous évitera de casser la motte : plantez trois piquets en triangle à 50 cm de l’arbre. Attachez ensuite le tronc aux piquets avec des fils métalliques en protégeant l’écorce par du caoutchouc ou du tissu. Le point de greffe se trouve au-dessus du sol.

Il faudra ensuite arroser de manière très abondante à raison de 20 litres d’eau au minimum. Faites une cuvette autour du tronc pour que l’eau s’évacue correctement vers les racines.

Multiplier un pommier

Le pommier se multiplie par semis, mais surtout par greffage sur porte-greffes ou sur pieds francs.

Greffer un pommier

Pour faire fructifier un pommier, il est nécessaire de le greffer, il résistera également plus facilement aux parasites et aux maladies.

Les porte-greffes que vous pouvez utiliser sont nombreux, parmi les plus solides on trouve :

  • Le franc pour tous types de sols et les formes libres.
  • Le M1 : vigoureux mais sensible au gel.
  • Le MM106 : moyennement vigoureux qui s’adapte à tous les sols et qui donne une mise à fruits régulière et rapide, avec une bonne qualité de fruits.
  • Le MM111 pour les formes en fuseau ou plein vent qui s’adapte à tous les types de sols sauf aux sols calcaires.
  • Le EM9 pour les arbres nains et forme cordon et palmette.

Mettez votre porte-greffe dans un endroit très lumineux à l’abri du vent et au soleil direct. Supprimez les ligatures une fois la greffe prise et arrosez régulièrement.

À lire également : Calendrier du jardinage en septembre : que faire ?

Où planter le pommier ?

Le pommier est un arbre qui apprécie les sols frais, consistant, riche, bien drainé et même calcaire. Il ne doit cependant jamais être détrempé. Il aime le soleil direct, mais sans excès toutefois.

Le pommier peut atteindre entre 6 et 10 mètres de hauteur et 4 à 7 mètres de largeur. Il faut y penser avant la plantation et il faut prévoir beaucoup d’espace si vous avez décidé d’en planter plusieurs. Il peut être installé en verger, mais également en jardin d’ornement.

Pommier
© Youtube

Comment l’entretenir ?

L’arbre n’est pas très exigeant, cependant il demande un entretien régulier.

Chaque automne, vous apporterez à vos pommiers un fumier décomposé étendu en surface ou du compost, à l’aplomb de la ramure. Griffez ensuite légèrement pour l’enterrer.

Éclaircir l’arbre

Il faut également l’éclaircir en éliminant une partie des fruits et des fleurs. Vous finissez par ne conserver qu’un ou deux fruits tous les 10 à 15 cm, les plus beaux généralement au centre des bouquets.

Les fruits en trop grand nombre apporteraient des maladies et resteraient de petite taille.

En faisant cette opération, vous fortifiez l’arbre et évitez le phénomène d’alternance qui suivrait une production trop importante. Vos pommiers donnent ainsi régulièrement.

Éclaircir une fois que l’arbre s’est débarrassé tout seul des fruits mal formés.

Désherber

Il faut maintenir un sol nu autour de l’arbre durant les premières années.

Binez au printemps et e été pour ôter les mauvaises herbes qui prendraient inutilement de l’eau aux racines.

La taille

Elle s’effectue en fin d’hiver et début du printemps quand les bourgeons sont présents et avant qu’ils n’éclatent.

Il est possible de tailler selon différentes méthodes, les formes plein vent permettent un entretien plus facile.

Comment arroser le pommier ?

Il faut être particulièrement vigilant au niveau de l’arrosage durant la première année, mais par la suite, il suffit de l’arroser quand le climat est sec et chaud.

Récolter les pommes : quand et comment faire ?

La récolte des pommes varie suivant les différentes variétés, d’une manière générale, elle se récolte de fin juillet jusqu’aux premières gelées.

La cueillette se réalise avec précaution pour ne pas abimer les pommes. Il faut tenir la branche et souler le fruit jusqu’à ce qu’il se détache. Déposez alors le fruit délicatement dans un panier.

Le pédoncule se détache facilement de son point d’attache tout en restant sur le fruit.

Bon à savoir : évitez de tourner la pomme sur elle-même.

Pour les variétés de pomme d’hiver, attendez le plus tard possible pour les récolter. Cueillez-les avant que les pommes ne tombent et avant les gelées. Il est préférable de le faire par temps sec, le fruit humide se conserve mal.

Les pommiers sont plus productifs entre 10 et 15 ans.

La conservation de la pomme :

La pomme est un fruit excellent pour la santé notamment dans la lutte contre le cholestérol. Elle se consomme fraiche et cuisinée, mais elle peut également être conservée plus ou moins longtemps selon les variétés.

Il faut qu’elles soient entreposées dans un local sec, aéré, sain et frais entre 5 et 10°C, de préférence dans des cageots ou sur des étagères à claire-voie. Elles peuvent également être congelées en rondelles ou cuites.

Les pommes à cidre sont conservées en silo ou en tas sans dépasser 60 à 70 cm de hauteur et en déposant de la piaille pour les isoler du sol et des intempéries.

Les maladies du pommier et que faire ?

Les principales maladies sont l’oïdium, la tavelure et le chancre à nectria.

Il faut également faire attention aux maladies à virus qui cependant sont presque éradiquées depuis que les plants sont certifiés.

Vous traiterez votre pommier quasiment toute l’année contre les maladies et les parasites :

  • En février : vous pulvérisez un traitement d’hiver aux huiles blanches contre les différents insectes en le laissant ruisseler le long des branches et du tronc.
  • Contre les principales maladies au printemps, pulvérisez une bouillie bordelaise, renouvelez ensuite le traitement 8 ou 10 jours après.
  • Ensachez les fruits.
  • Ramassez les pommes tombées et celles qui sont momifiées sur l’arbre. Brûlez-les ou enterrez-les rapidement.
  • Aérez le sol et apportez du compost.
  • Ramassez les feuilles mortes.
  • Ensachez les fruits ou mettez des bandes de glu autour du tronc pour piéger les carpocapses, le ver de la pomme.
  • Ne taillez pas trop et évitez les fumures azotées contre les pucerons. Vous pouvez également favoriser la présence d’insectes auxiliaires. Si vous en avez, pulvérisez une solution à base de savon noir.

À noter : n’effectuez aucun traitement 15 jours avant la récolte.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.