Planter un cognassier : quand le faire et comment ?

Planter Cognassier
Ce petit arbre est aussi solide que facile à entretenir. Ses atouts sont nombreux et parmi eux, il faut savoir qu’il s’adapte à tous les climats et à tous les types de sols. On aime ses fleurs qui dégagent un doux parfum et qui deviennent ensuite de beaux fruits d’une jolie teinte dorée s’appelant le coing. Il est également surnommé la pomme d’or. Il est délicieux notamment en confiture avec la pomme.

Quand planter le cognassier ?

Vous pouvez planter votre cognassier de fin octobre à mi-mars, en période de repos végétatif. Il faut absolument éviter les périodes de gel.

Quelles variétés choisir ?

Varietes Coing

Il existe différentes espèces de cognassiers, et de nombreuses variétés qui ont été créées à force de sélections. Celles-ci sont souvent classées en fonction de la forme du fruit : en pomme (maliforme) ou en poire (piriforme).

Champion : c’est une variété d’origine américaine qui a été créée dans le Connecticut. Ses gros fruits piriformes pouvant peser jusqu’à 500 grammes sont jaune vif et possèdent une chair très tendre, bien parfumée et juteuse. C’est un arbre rustique et vigoureux, au port ramifié et comprenant de grandes feuilles. Cette variété qui est très productive se récolte fin octobre début novembre. Elle peut être réalisée dès les premières années. Le fruit plein de saveur convient aux confitures, aux compotes et pâtes de coings.

Cydonia oblonga : les fruits sont pratiquement sphériques, ils présentent une forme de pommes et mesurent entre 5 et 6 cm de diamètre. Il peut parfaitement donner des fruits sous les climats les plus froids, c’est une variété productive, mais qui n’est pas forcément qualitative. Il convient à un usage décoratif, en jardin ou en haie.

Le bourgeaut : il donne des fruits jaune doré, très parfumés et de petite taille. C’est un arbre au port vigoureux et dressé, à la fois productif et esthétique. Les fruits se récoltent dès septembre. Ils conviennent à de nombreuses recettes sucrées et salées.

Le Leskovacz : ses fruits sont de taille moyenne, très parfumés et jaune verdâtre. Il présente un port buissonnant et des petites feuilles. Il est insensible à la tavelure qui attaque les fruits et les feuilles.

Le Portugal : il offre de grosses fleurs et de gros fruits. Ces derniers sont d’une jolie teinte jaune foncé, ils sont très drus et possèdent une chair très parfumée. Ils sont allongés légèrement côtelés et mesurent entre 8 et 15 cm. L’arbre possède un port buissonnant , il peut atteindre 7 mètres et il est très vigoureux. C’est une variété assez précoce et bien productive. Les coings se récoltent début octobre. En revanche, il est peu rustique et craint le froid, il est à privilégier dans les régions méridionales. Ces fruits sont très aromatisés et ils sont utilisés pour les boissons, les pâtes de fruits et les gelées.

Le Kuganskaya : il donne des fruits parfumés et sa chair est tendre. C’est une variété au port érigé d’origine transcaucasienne. Ses fruits peuvent même être consommés crus.

Le Rea’s Mammoth : donne de gros fruits jaune doré et à la saveur fine et parfumée. C’est un arbre moyennement vigoureux au port étalé et à petites feuilles. Ses fruits arrivent à maturité fin octobre ou début novembre. Cette variété est apparue vers 1900 aux États-Unis. Les fruits se conservent parfaitement après récolte.

Le monstrueux de Vranja ou géant de Vranja : ses fruits sont énormes, allongés avec des marques brunes près du pédoncule, à peau très fine et quasiment glabre. Ils peuvent atteindre 1.5 kilo. La chair est très parfumée et jaune blanchâtre. C’est un arbre puissant au port érigé, vigoureux, assez peu branchu avec de longues branches et des feuilles pendantes et grosses. Ses fleurs sont rose clair et ses fruits arrivent à maturité à la mi-octobre. C’est une variété adaptée à la culture sur tige, très productive dont les fruits se conservent bien après récolte.

L’Aromatnaya : ses fruits sont jaune d’or, leur goût et leur odeur sont proches de ceux de l’ananas. Leur chair est tendre et peu astringente. Il donne des fruits dès la 3e ou 4e année, il est plus résistant que les autres aux maladies et il a un cycle de végétation court. Les fruits sont récoltés en octobre. Les fruits quand ils arrivent à maturité, dans les régions chaudes, se dégustent crus.

Que faire avant de semer le cognassier ?

Avant de planter, il faut préparer le sol en enlevant les racines, les cailloux et les mauvaises herbes. De cette manière, l’arbre sera prêt à bénéficier au maximum des apports en eau.

Comment semer des graines de cognassier ?

Fruits Cognassier

Pour planter votre cognassier, voici la marche à suivre :

  • Creusez un grand trou bien large, car les racines de cet arbre s’étalent naturellement.
  • Lors de la plantation, mettez dans le trou un fertilisant organique bien décomposé.
  • Mettez un tuteur au fond du trou.
  • Rebouchez ensuite le trou, puis faites une cuvette autour de l’arbre afin de diriger l’eau de pluie ou l’eau lors des arrosages vers les racines. Arrosez généreusement.

Notre conseil : Attention, ne taillez pas les rameaux lors de la plantation.

Multiplier le cognassier

La multiplication se réalise par marcottage ou greffage :

Le marcottage

Celui-ci se fait à la fin de l’hiver. Le marcottage en cépé est adapté au cognassier puisque c’est un arbre à rameaux rigides en touffe érigée.

Le greffage

Il se fait à œil dormant entre mi-juillet et mi-août.

Si vous souhaitez greffer votre arbre, vous devez réaliser une greffe en écusson à œil dormant sur un cognassier franc.

Où planter le cognassier ?

Le cognassier est un arbre facile à cultiver qui s’adapte à tous les climats. Il se plaira, bien installé au soleil ou à mi-ombre, dans un endroit bien dégagé et abrité des vents froids. Le sol idéal est neutre, légèrement acide éventuellement, mais sachez que celui-ci s’adapte facilement à tous les sols. Les terres un peu calcaires lui conviennent à condition que le pH ne dépasse pas 7 à 8. Dans ce cas, la production de fruits sera irrégulière.

Il faut l’éloigner des autres arbres d’au moins 4 à 7 mètres de cette manière il se développe bien et fasse de beaux fruits.

Conseil : le cognassier est auto-fertile, cependant planter d’autres arbres à proximité maximise la production.

Pour le côté décoratif : vous pouvez le planter dans votre jardin, même s’il est seul au milieu de la pelouse, il fait de l’effet et embaume l’endroit. Quand il fleurit, il apporte une certaine esthétique. Pour le mettre en valeur, laissez un espace de 3 à 4 mètres autour du tronc.

Dans une haie, il sera placé entre 2 mètres et 2.50 mètres des autres arbustes et il poussera ensuite en buisson libre.

Dans un massif, il sera au milieu d’autres fleurs et ses belles fleurs ajouteront une note esthétique supplémentaire.

Comment l’entretenir ?

Vous n’avez pas grand-chose à faire pour votre cognassier, mais il est possible de lui apporter de l’engrais au printemps, choisissez-le pour arbre fruitier.

Il faut réaliser une taille de formation, la première année après la plantation pour lui donner la forme que vous souhaitez. Les années suivantes, effectuez des tailles de régularisation et de nettoyage. Vous pouvez le tailler chaque année en hiver, quand il est repos végétatif.

La taille d’entretien

  • Chez les sujets jeunes, il faut équilibrer les branches qui font office de charpente.
  • Il est indispensable de supprimer les pousses mal placées ou en surnombre et le bois mort.
  • Dégagez ensuite le centre de la ramure pour assainir l’arbre.
  • Éliminez les rejets au pied.

Pour les cognassiers palissés, réduisez des deux tiers les pousses de l’année précédente en coupant au-dessus d’un bouton à fruit.

Comment arroser le cognassier ?

Arrosez abondamment par temps sec durant les premières années. Conservez la terre humide si elle a tendance à se dessécher.

Récolter les fruits du cognassier : quand et comment faire ?

Recolter Fruits Cognassier

Suivant l’endroit où pousse le cognassier et suivant le climat, les fruits atteignent leur maturité plus ou moins tôt. Ils se récoltent de septembre à novembre.

Cueillez les coings le plus tard possible , mais avant les gelées, ceci a deux raisons : d’une part, ils se conservent difficilement et d’autre part, ils ne grossissent plus, une fois séparés de l’arbre.

Conseil : cueillez de préférence les coings sur l’arbre. N’attendez pas qu’ils tombent d’eux-mêmes, sauf si vous les cuisinez rapidement, cela réduit leur temps de conservation en les fragilisant.

Les coings sont difficiles à conserver. Utilisez-les de préférence assez rapidement, faites-en des confitures, des gâteaux, des pâtes de fruits…

Pour les conserver, placez-les dans une caissette en une seule couche, dans un lieu sombre et frais. Il ne faut pas les mélanger à d’autres fruits en raison de leur fort parfum. Contrôlez l’humidité de la pièce de stockage, cela évite la pourriture. Les coings se conservent environ 2 ou 3 moins.

Les maladies du cognassier et que faire ?

Les cognassiers peuvent être attaqués par les parasites et les maladies comme les pucerons, le carpocapse, la tordeuse, l’oïdium, la moniliose et le corynéum.

La moniliose : c’est un petit champignon très répandu dans les vergers. Il fait pourrir les fruits sur l’arbre. Ceux-ci se couvrent de taches de pourriture de couleur marron, ornées de pustules blanches, parfois beige et placées en cercles concentriques. Pour lutter contre cette maladie, supprimez tous les fruits momifiés qui sont restés sur l’arbre. Enlevez également les fruits touchés qui sont tombés au sol ou ceux que vous souhaitez conserver ou qui présentent des signes de pourriture. En traitement préventif, pulvérisez des produits soufrés et cuivrés dès la floraison en recommençant plusieurs fois. On peut aussi vaporiser d'une décoction de prêle ou du purin de consoude.

Pour prévenir des autres maladies et nuisibles : traitez au printemps votre arbre avec de la bouillie bordelaise à l’époque de l’éclosion des bourgeons.

Il faudra recommencer un traitement en automne lorsque l’arbre perd ses feuilles.

En prévention contre les nuisibles :

Attirez les oiseaux au jardin, ce sont des prédateurs directs.

Ramassez les fruits au sol qui contiennent des larves.

Faites des pulvérisation d’absinthe ou de tanaisie une fois la floraison terminée.

À lire sur le même sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.