Planter un citronnier : quand et comment le faire ?

Planter Citronnier
Le citronnier est l’agrume le plus recherché chez les particuliers qui le cultivent en pleine terre dans les jardins méditerranéens et en pots, dans les régions où l’hiver est plus rigoureux. C’est un arbuste difficile à cultiver qui demande beaucoup de soleil et un  sol de qualité pour se développer. En revanche, il donne fleurs et fruits durant 8 mois et demi de l’année. Si sa culture est délicate, cueillir ses citrons apporte beaucoup de plaisir.

Quand planter le citronnier ?

Il est préférable de planter votre citronnier au printemps pour être certain que ses racines reprennent correctement avant l’arrivée de l’hiver. En revanche, vous préparerez votre sol et le trou dès l’automne.

Quelles variétés choisir ?

Varietes Citron

Il existe différents types de citronniers pour le jardin :

Citrus limon Euréka (syn. Des Quatre Saisons) : Cette variété donne des fruits de qualité et l’arbre peu épineux est de plus, très esthétique. Il se couvre de fleurs blanches, légèrement rosées sur le revers qui dégagent un parfum très agréable et qui apparaissent durant les mois de mars et avril et d’août et septembre. Le citron est très parfumé et bien juteux. Vous pourrez le déguster frais ou cuisiné durant toute l’année.

Meyer : c’est un citronnier qui convient parfaitement à la culture en pot, du fait de sa croissance peu rapide. C’est aussi l’un de ceux qui supportent le mieux le froid. En effet, s'il tolère des températures allant jusqu’à -9°C s’il n’est par greffé et -6°C dans le cas contraire. Ses fleurs sont blanches et apparaissent en mars et avril puis en septembre et octobre. Le citron est de petite taille, jaune, tout d’abord, il tire sur l’orangé une fois à maturité. Il possède une saveur plus douce que le citron jaune et sa peau est plus fine. Il est bon à déguster à partir de novembre.

Malaga : il est également résistant au froid, bien qu’il ne tolère pas les températures en dessous de -5°C ou -6°C. Il se couvre de fleurs parfumées durant les mois de mars et avril et ensuite en août et septembre.  Ses fruits sont gros à peau épaisse et leur saveur est relativement douce. Ce sont des citrons qui sont parfaits pour être confits.

La Valette : C’est un hybride entre la lime tahiti et le citrus lemon. Il ne résiste pas au froid. Il fleurit abondamment en été et à l’automne, ses petites fleurs blanches embellissent alors votre jardin. Ce citron vert acide est assez proche en termes de saveur de la lime, il n’a pas de pépins et il tombe dès qu’il jaunit.

Variegata : c’est un arbre qui résiste jusqu’à -4°C et qui est relativement vigoureux. Ses feuilles sont vertes, panachées de crème, et les jeunes pousses sont roses. Il fleurit en mars et avril et ensuite en août et septembre. Ses fleurs sont blanc rosé. Ces fruits présentent parfois des panachures vertes et crème qui par la suite virent au jaune. Sa chair est particulière puisqu’elle est légèrement rosée.

Les citronniers pour l’agriculture :

Le Menton : il donne des fleurs blanches très parfumées en mars et avril, puis en septembre. Ses citrons à la saveur exquise sont juteux. C’est un arbre très vigoureux et qui donne des fruits appréciés pour déguster frais et en jus.

Le Verna : c’est la variété la plus cultivée en Espagne, il résiste jusqu’à -5°C. c’est un arbre plein de vigueur et peu épineux. Il donne des fleurs blanc rosé et parfumées en mars et avril et ensuite en septembre. Ses fruits sont jaune intense, on les récolte de février à juillet et ils sont moyens à gros. Vous les conserverez jusqu’en décembre.

Le Fino (syn. Primofiori) : il se couvre de fleurs blanches entre mars et septembre. Ses fruits arrivent à maturité entre décembre et mars. Il est surtout cultivé en Espagne et apprécié, car il a un rendement important. Les citrons sont de taille moyenne, à peau mince, juteux, et ils restent longtemps sur les branches.

Que faire avant de planter le citronnier ?

Il faut commencer par bêcher votre sol pour ôter toutes les racines, les cailloux et mauvaises herbes qui pourraient gêner le développement de votre arbuste. Comme le citronnier est assez exigeant, il faut également faire attention à la nature du sol. En effet, il apprécie les sols profonds et riches, sablonneux, sableux et bien aérés. Il faut éviter les sols argileux qui n’assurent pas le drainage et qui de ce fait sont peu propices à la culture du citronnier. Si c’est le cas, ajoutez une bonne couche de graviers au fond du trou ou un drain pour éviter la stagnation de l’eau.

Si votre sol est trop léger ou pauvre, il faudra mettre du fumier, du terreau, de l’engrais vert ou du compost et une fumure de fond comme du phosphore et de la potasse.

Pour avoir un sol idéalement prêt à recevoir votre citronnier, voici sa composition : 20 % de limon, 5 à 10 % d’argile, 50 % de sable gros grain et 20 % de sable fin.

Comment semer des graines de citronnier ?

Citronnier En Pot
© Gamm Vert

Planter un citronnier en pleine terre :

  • Creusez un trou suffisamment profond, au moins un mètre, prenez soin dès l’automne de décompacter le sous-sol en le travaillant bien et en l’ameublissant. Mélangez du compost et du sable à la terre et placez un lit de gravier, pour assurer correctement le drainage.
  • Vous plantez votre arbre au printemps.
  • Préparez les racines en les coupant droit à chaque extrémité. Baignez-les ou enduisez-les de pralin. Cette boue argileuse les protège et stimule la reprise. Enfoncez-le dans le sol au même niveau qu’il était dans le pot. Remettez la terre que vous avez amendée en place sans enterrer le point de greffe.
  • Arrosez copieusement et tassez bien la terre.

Planter un citronnier en pot :

  • Prenez un pot très profond et assez gros, plus il y aura de terre, plus les racines du citronnier seront protégées du froid.
  • Placez au fond du pot un mélange drainant sur 20 cm : billes d’argile et graviers.
  • Remplissez le pot de terreau pour agrumes avec une part d’argile de 5 à 10 % .
  • Placez ensuite votre arbuste et tassez la terre légèrement.
  • Arrosez en faisant bien attention de ne pas mettre une quantité d’eau trop importante.

Semer un citronnier :

Les graines de citron sont moins chères et elles peuvent même être récupérées dans le citron. Il faut alors choisir des fruits adaptés à la région, plus ou moins résistants au froid. Pour les tester, laissez les pépins tremper dans l’eau une nuit et jetez ceux qui remontent à la surface ou qui sont trop petits.

Séchez ceux que vous garderez et mettez-les dans une enveloppe que vous placez au réfrigérateur durant trois semaines. En effet, la graine de citron sera stimulée par ce passage au froid.

  • Plantez individuellement chaque graine dans un pot individuel, contenant un mélange de terre qui sera bien drainé et léger.
  • La germination intervient généralement dans les trois semaines.
  • Vous pourrez alors le repiquez en pleine terre, quand l’arbuste sera un peu vigoureux ou le mettre dans un pot plus grand et plus profond.
  • Ensuite, il faudra beaucoup de patience, le citronnier ne donnant des fruits qu’au bout de quelques années.

Multiplier un citronnier :

Le citronnier se multiplie soit par greffe, soit par semis.

Par semis :

Ce moyen est assez peu utilisé hormis pour le porte-greffe.

  • Dans ce cas, les pépins sont extraits du citron qui est trop mûr, désinfectés avec un fongicide et ensuite séchés à l’ombre.
  • Il faudra alors les semer dans les deux mois, à part s’ils ont été conservés entre 2 et 4°C. Dans ce cas, le pouvoir germinatif dure un an.
  • Mettez les graines dans des godets placés sous serre ou encore directement en pleine terre pour obtenir rapidement un enracinement puissant. La greffe se fait alors un ou deux ans après.
  • Pour les semis effectués en godets, les jeunes plants sont effeuillés et rabattus au bout d’un an. Vous les rabattez de 25 à 30 cm et vous le repiquez dans des pots de 2 à 3 litres ou directement en pleine terre.

Par greffe :

  • Prélevez les greffons sur des rameaux ayant un ou deux ans et durant la période de repos végétatif et conservez-les ensuite jusqu’au printemps à une température de 10 à 12°C.
  • Vous pratiquez ensuite une greffe en écusson à 25 cm du collet, par temps doux et humide en prélevant un œil bien fermé du greffon.
  • Quelques jours après, la soudure est faite et le porte-greffe sera rabattu à 15 cm au-dessus de la greffe.
  • Mettez alors un mastic de taille.
  • Attendez quelques mois avant d’enlever l’onglet du porte-greffe.

Vous aimerez aussi >> Quand et comment planter un cognassier ?

 Où planter le citronnier ?

La culture du citronnier en pleine terre en France reste assez localisée à la Côte d’Azur, en Corse, mais également sur la Côte basque ou le golfe du Morbihan. Plus cela vient plus, il est cultivé également dans le sud de la Loire, en prenant des précautions en hiver évidemment. Il faut dans ce cas choisir des variétés supportant le mieux les températures en dessous de 0°C. Il faut également surveiller avec attention son irrigation.

Il est recommandé de les placer dans un endroit bien ensoleillé, abrité du gel et des vents dominants par une haie brise-vent ou un mur si cela est nécessaire.

Dans les autres régions, vous pouvez parfaitement cultiver des citronniers, mais vous optez alors pour la culture en pot ou en bac placés si possible dans un endroit très ensoleillé.

Comment l’entretenir ?

La fertilisation du citronnier :

  • En pleine terre: elle consiste à apporter de l’azote 3 fois dans l’année : au début du mois de mars, en mai et juin, et ensuite à l’automne. Vous l’associez à une fumure enrichie en phosphate et en potassium qui va augmenter la saveur des fruits et la fructification. L’engrais se met à l’aplomb du feuillage où sont placées les radicelles.
  • En bac: les citronniers sont fertilisés entre mars et octobre. Une fois par mois au moins au printemps avec un engrais azoté que vous mélangez à l’eau qui vous sert à arroser votre arbuste en ajoutant durant l’été un engrais à base de potassium et de phosphore. Vous pouvez également les fertiliser avec un engrais complet en granulés une fois tous les mois entre mars et octobre.

Le rempotage du citronnier :

Il sera fait lorsque les racines tapissent le fond du bac ou de la motte. Il faut faire attention et choisir un pot pas beaucoup plus grand que le précédent, au maximum deux fois son volume. Dans le cas contraire, sa fructification en serait retardée. Les agrumes ont tendance à coloniser le bac avant de fleurir et fructifier.

Pour les citronniers cultivés en bac et dont le rempotage est impossible, il suffit de mettre du substrat sur la couche supérieure en prenant garde de ne pas abimer les radicelles. Il est recommandé de prendre un humus de qualité.

L’hivernage :

Si vous cultivez vos citronniers en pots ou en bacs, il est préférable de les placer en hiver dans une serre froide à une température oscillant entre -4°C et 8°C. Vous pouvez y placer un chauffage d’appoint si nécessaire.

Si jamais la température dépasse 13°C, l’arbre n’entre pas en période de repos végétatif, il faut alors continuer à l’arroser une fois par semaine et lui mettre de l’engrais une fois par mois.

L’endroit où il se trouve devra être très lumineux, mais il faut cependant éviter la proximité avec un chauffage.

Si vous cultivez votre citronnier en pleine terre, mettez un  double voile d’hivernage, vous couvrez ainsi la ramure en cas de froid prolongé et important. Si vous ne pouvez pas rentrer votre pot, faites de même et isolez-le du sol avec une plaque de polystyrène et entourez le pot avec du papier bulle.

Bon à savoir : le calamondin est l’espèce la plus adaptée à l’atmosphère chauffée d’une habitation.

Comment arroser le citronnier ?

Il faut savoir que le citronnier doit être correctement arrosé tout l’été pour éviter qu’il rentre dans une période de dormance. Celle-ci nuirait ensuite à la fructification.

Les deux premières années de culture, il est recommandé de faire une cuvette autour de l’arbre, proche de l’arbre que vous agrandirez ensuite en la mettant à l’aplomb du feuillage.

Certains porte-greffes tolèrent mal le chlore, il est préférable alors de les arroser à l’eau de pluie ou de faire reposer l’eau du robinet quelques heures avant de les arroser. C’est le cas du Poncirus trifoliata.

Récolter les citrons : quand et comment faire ?

Recolter Citrons

Les citrons seront cueillis quand ils sont à maturité. Le savez-vous ? C’est le froid qui est responsable de leur coloration. Par exemple, sous les tropiques, ils conservent une couleur verte même quand ils sont mûrs.

Suivez cette méthode :

  • Vous cueillez vos citrons à la main en mettant des gants ou avec une pince spécialement réservée à la cueillette et à bouts retournés.
  • Coupez le pédoncule au ras du calice en faisant très attention de ne pas abimer le fruit.
  • Évitez aussi soigneusement de ne pas abimer ceux qui restent sur l’arbre, ils ne doivent pas subir de chocs.

Comment conserver le citron ?

C’est un fruit difficile à conserver et qu’il est préférable de consommer rapidement. En attendant, il peut être gardé quelques jours dans le bac à légumes de votre réfrigérateur.

Les maladies du citronnier et que faire ?

La gommose parasitaire

Elle est provoquée par le champignon Phytophtora. Elle se repère à l’écorce qui se craquelle et qui produit une sorte de gomme. Les feuilles finissent par jaunir et par tomber. Vous pouvez l’éviter de cette manière :

  • Plantez le citronnier en veillant à ce que le sol soit parfaitement drainé.
  • Mettez le point de greffe à 25 ou 30 cm au-dessus du sol.

Le Mal secco

c’est aussi un champignon qui est à l’origine de cette maladie qui est très fréquente sur cet arbre et qui a pour effet de bloquer la sève. Il faut appliquer fréquemment un fongicide pour l’éviter et couper les rameaux qui sont atteints.

La moniliose (pourriture du fruit)

Vous la repérez grâce aux citrons qui pourrissent, il faut alors les traiter avec une bouillie bordelaise qui s’avère la plupart du temps largement suffisante.

Quelques symptômes et leurs causes

  • Si les feuilles s’enroulent et jaunissent : il peut s’agir d’un manque d’eau ou d’un excès d’eau.
  • Si les feuilles blanchissent : le citronnier manque d’engrais.
  • Si les feuilles tombent ou noircissent : il a certainement pris un coup de froid.
  • Si les citrons tombent : pas d’inquiétude, le citronnier procède à la régulation de sa production en perdant environ entre 50 et 80 % des citrons.

Les nuisibles du citronnier

Les cochenilles : vos cultures en pots et en intérieurs risquent d’être particulièrement soumises à leur invasion.

  • Il faut pour l’éviter observer régulièrement le dessous des feuilles et les rameaux.
  • Pincez les rameaux et pulvérisez une huile blanche qui a pour effet d’asphyxier ces insectes.
  • Comme ces attaques ont tendance à intervenir après l’apparition de fumagine, champignon secondaire qui se repère au feuillage noirci puisqu’il gêne la photosynthèse. Dès que vous le repérez, nettoyez votre arbuste avec de l’eau savonneuse.

L’acarien des bourgeons : il déforme les boutons et provoque leur chute. Il existe des moyens de l’éviter :

  • Évitez tous les traitements qui ne seraient pas absolument nécessaires ainsi que l’azote en excès.
  • Mettez une huile blanche au moment où les citrons atteignent la taille d’une noisette.

Les pucerons : ils ont tendance à ralentir la croissance et vous les repérez aux feuilles qui se recroquevillent. Pour lutter contre, il faut pulvériser une solution à base d’eau et de savon noir.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.