Faire son compost maison : les clefs pour réussir

Tas De Compost
Pourquoi envoyer à la décharge les déchets du jardin, alors qu’ils constituent une source de richesse pour le sol ! Il suffit de les composter en respectant certaines règles. Explications complètes pour faire votre propre compost.

Le compost : qu'est ce que c'est ?

Durant le compostage, les matières animales et végétales se décomposent, puis se restructurent pour former un produit riche en humus. Cela suppose un équilibre entre plusieurs éléments.

Premier équilibre : entre l'humidité du tas et son aération. Gorgé d'eau, le tas se putréfie ; trop sec, les champignons (filaments grisâtres ou blanchâtres) se développent au détriment des bactéries.

Deuxième équilibre : entre les éléments riches en carbone (C) et ceux riches en azote (N). Les premiers doivent dominer puisqu'un bon équilibre se situe dans un rapport C/N de 20 à 30. Pour obtenir ces équilibres, il faut veiller à la répartition des matériaux de base : les plus différents doivent se compenser en se mélangeant.

Dans les bons fumiers, la paille (carbonée - sèche) est mêlée aux déjections animales (azotées, riches en eau).

Si vous avez des matériaux trop secs : humectez-les progressivement jusqu'à ce qu'ils entrent en fermentation. L'utilisation de purins (végétaux ou animaux) apportera à la fois de l'eau et de l'azote.

Si vous avez des produits trop fins et/ou trop humides (tonte, fumier peu pailleux) : ajoutez des produits grossiers et facilitez l'évacuation de l'excès d'eau.

Comment procéder ?

Comment Faire Son Compost Bio
© Rustica

Pour des petites quantités, le plus simple reste le silo à compost, cylindrique ou cubique*. Les parois doivent laisser passer l'air. Un silo très simple, avec des palettes de récupération (environ 1 m sur 1 m). Avec trois palettes, vous constituerez en quelques minutes les trois côtés d'un silo bien aéré que vous n'aurez plus qu’à charger par-devant.

* Certaines municipalités ou communautés de communes distribuent même des bacs à composter pour diminuer les quantités à traiter, et éviter que les déchets verts ne soient mélangés aux autres. Renseignez-vous en mairie (service nettoiement ou service espaces verts).

Pour de grandes quantités de matériaux à composter, il vaudra mieux confectionner un tas triangulaire.

Il aura une largeur de 1,20 à 1,50 m au sol pour une hauteur de 1 m environ, cette dimension permettant une évolution homogène. Cela sur la longueur que vous voulez.

Au bout de quelques jours, le tas doit commencer à chauffer. S'il chauffe trop (plus de 60°C), il faut le remuer en ajoutant des matières carbonées. S'il reste froid, vous pouvez relancer la fermentation en y remélangeant des matières riches en azote. Cette phase d'échauffement dure quelques jours à quelques semaines. Pour accélérer la maturation, relancez-la en remuant et refaisant le tas. C’est après cette phase chaude que les lombrics se multiplient.

Le compost est alors demi-mûr, les matériaux de départ sont brunis, mais reconnaissables. Petit à petit, il prendra une consistance grumeleuse et homogène. C’est à ce stade qu'il faut l'utiliser. Ne tardez pas trop à faire votre compost...

Quand le froid s'installe, les micro-organismes se mettent au ralenti et la maturation ne peut pas s'amorcer dans de bonnes conditions.

Peut-on avoir recours à des activateurs de compost ?

Il y en a deux sortes

  • Les cocktails chimiques destinés à accélérer la décomposition des matières organiques (sulfate d'ammonium...) : ils ont un effet négatif sur les organismes vivants et donneront un compost assez pauvre en micro-organismes.
  • D'autres produits visent, au contraire, à stimuler les processus biologiques grâce à plusieurs sortes de composants (oligo-éléments, préparations bactériennes, algues ou purins végétaux... .

Astuce : Vous pouvez activer votre compost en y incluant une bonne quantité de consoude ou d'ortie fraîches.

Les différents matériaux utilisables pour faire son compost

Pauvres en carbone et riches en azote :

  • Végétaux tendres : engrais vert, tonte de gazon, ortiey consoude, choux
  • Déchets domestiques : épluchures, fanes (tomates, carottes...),
  • Produits animaux : déjections, fientes„.

De composition moyenne (carbone/azote = 25 à 30) :

  • Fumier, feuilles tendres (frêne, aulne), mauvaises herbes.

Riches en carbone et pauvres en azote :

  • Pailles (céréales, Feuilles dures (chêne, bouleau, érable )
  • Sciure et copeaux fins, (broussailles broyées, fougères, genêts, petit bois, écorces,

Attention : le bois ne doit rentrer qu’en faible proportion dans le compost, quelle que soit sa forme sciures, copeaux, écorces...

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.