Faut-il mélanger le terreau avec de la terre ?

Terreau
Il existe différents types de terreau : pour cactées, agrumes ou semis… En fait, il existe à peu près une sorte de terreau pour chacune des situations où vous devez l’employer au jardin.  Il ne faut pas les utiliser tels quels, mais plutôt mélangés avec de la terre. Voici les raisons pour lesquelles vous pouvez ajouter de la terre.

La fabrication des terreaux

Les terreaux qui sont commercialisés dans le commerce sont obtenus en mélangeant plusieurs matériaux qui sont ensuite tamisés de manière très fine. Il s’agit en général d’écorces compostées, de la tourbe blonde, de la pouzzolane, des fibres de bois, des engrais, de l’argile ou des fibres de coco, par exemple.

À lire aussi : Les cendres de bois : un engrais très naturel

Mélanger du terreau avec la terre ? Est-ce judicieux ou pas ?

Il est préférable de mélanger le terreau avec de la terre de jardin, celle-ci apporte de la consistance au substrat que vous allez réaliser. Cela lui évite de s’assécher trop vite. Cela permet également que les annuelles, installées en jardinière ou en pot, se dessèchent trop rapidement. Vous mélangerez la terre au terreau suivant sa qualité pour moitié ou par tiers. Vous obtiendrez des plantes bien plus belles que si vous ne mettez que du terreau.

Pour vos plantations en pleine terre, il est également recommandé de mettre du terreau, ce qui allège le support de culture. La terre étant plus souple, les jeunes racines des arbustes ou des arbres se développent plus facilement, en ayant moins de mal à se faufiler dans le sol.

Fertiliser Terre Engrais Humus
© istock

Que contient le terreau de qualité ?

Chaque terreau présente une composition très différente afin de s’adapter aux plantations auxquelles il est destiné.

Sur chaque sac de terreau, vous pouvez trouver la liste des principaux composants et les qualités du substrat qu’il contient. Il faut faire très attention, car il existe différents types et différentes qualités de terreau.

Le pH :

Il est généralement compris entre 5.8 et 7, le pH permet de mesurer l’acidité. Il faut savoir que certaines plantes apprécient une certaine acidité, on dit qu’elles sont acidophiles, comme les bruyères qui aiment les pH peu élevés. Les roses trémières en particulier préfèrent les pH plus élevés.

La teneur en matière organique

Celle-ci est exprimée de manière générale en pourcentage de matière sèche, plus le terreau a une teneur en matière organique élevée, plus sa qualité est importante. Il faut dans tous les cas que le taux soit au moins de 50 %.

La capacité de rétention d’eau

Il faut que votre substrat soit capable de stocker de l’eau, les plantes pourront ainsi puiser celle-ci peu à peu et au fur et à mesure de leurs besoins. Cette capacité de rétention en eau est également exprimée en pourcentage, comme pour les matières organiques, il faut que le taux soit d’au moins 50 %.

L’engrais

Certains terreaux sont enrichis en engrais, c’est le cas de nombre de terreaux du commerce. Si c’est le cas, il figure sur le sac une répartition NPK qui est exprimée entre parenthèses comme l’exigent les conventions.

À lire également : 10 Engrais naturels pour le jardin

N : l’azote

L’azote permet de favoriser le développement en vert de la plante, ce qui signifie que c’est une aide au développement de son feuillage et à sa croissance. Il ne faut pas que la plante ou l’arbuste en manque, durant le printemps en particulier, qui correspond à sa période de croissance. Dans le cas contraire, les pousses seraient chétives et les tiges seraient affaiblies et molles.

K : le potassium

Le potassium est essentiel à la floraison des vivaces, des annuelles et des arbustes, celle-ci sera plus abondante et plus belle. Il permet également d’obtenir une fructification et une récolte plus importante concernant en particulier les fraises, les tomates, les pommes de terre… La potasse agit également sur les teintes des fruits, des fleurs et sur leur taille.

P : le phosphate

Il est nécessaire pour que vos plantes soient en bonne santé. Il a particulièrement une action sur les racines qu’il renforce.

L’utilisation du terreau

Elle n’est pas systématique pour deux raisons : il n’est pas toujours écolo et il coûte cher. Il faut savoir l’employer à bon escient. Il est préférable d’ajouter du terreau à de la terre de jardin à raison de 30 ou 50 %. C’est surtout recommandé pour les cultures extérieures.

Pour les plantes d’intérieur : vous pouvez utiliser le terreau pur ou ajouter 20 % de terre de jardin. Il faut que le mélange garde toute sa souplesse et soit perméable à l’eau.

Pour les agrumes, les légumes et les fruitiers en pot : privilégiez les terreaux pour potager ou agrumes qui sont utilisables en agriculture biologique.

Pour les orchidées : n’utilisez pas de terre, mais plutôt un  terreau pour orchidée ou de l’écorce de pin en gros morceaux.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.