Changer de chaudière : les erreurs à éviter

Changer Chaudière
Quand arrive le moment de changer sa chaudière, l’annonce ne soulève pas forcément un grand enthousiasme. La dépense nécessaire est importante et le choix n’est pas forcément simple, face aux différents modèles qui sont proposés. Cette sélection suppose une bonne réflexion pour ne pas commettre d’erreurs, et vu le montant de la dépense, il est préférable de les éviter.

La changer à un moment qui n’est pas opportun

Comme pour tous les appareils électroménagers ou électroniques, il est impossible de savoir quand une chaudière va arriver en fin de vie. En effet, certains modèles durent 10 ans et même plus, tandis que d’autres ne tiennent que 7 ou 8 ans et avec difficulté. Il est préférable d’anticiper afin de faire faire des devis et d’étudier au calme et sans panique les différentes solutions afin de changer dans de bonnes conditions.

Certains signaux peuvent vous alerter et vous faire comprendre que votre équipement commence à fatiguer. Ce sont notamment les pannes à répétition, une hausse de la consommation sans raison pouvant l’expliquer et les bruits suspects. Si elle est également dédiée à la production d’eau chaude, la baisse progressive ou brutale de la température est un signe qui doit vous alerter, car il ne trompe pas.

Dans le cas où votre chaudière a plus de 15 ans, nul besoin d’attendre pour étudier une solution de remplacement. Vous pouvez alors envisager de changer tranquillement pour opter un modèle qui vous permettra de faire des économies. C’est le cas par exemple de la chaudière à condensation qui vous permet de consommer entre 15 et 20 % d’énergie en mois. Cette technologie n’existant pas à l’époque, il est raisonnable de penser à y passer sans attendre que votre chaudière rende l’âme. Un petit calcul de votre consommation vous conforte facilement dans cette décision. D’autant plus, que les chaudières à condensation vous donnent droit au CITE, crédit d’impôt pour la transition énergétique.

Ne pas en profiter pour changer d’énergie

Ce serait dommage de ne pas profiter de ce changement pour opter pour une énergie plus respectueuse et moins coûteuse par exemple. C’est une question qui mérite une petite étude. Vous pouvez procéder à un comparatif entre les différentes énergies pour voir celle qui serait la plus rentable pour vous.

Il faut également se pencher sur le coût de l’abonnement, de l’investissement, de l’entretien, sur le niveau de confort, ainsi que sur l’impact environnemental. On ne sait pas comment vont évoluer les prix des différentes énergies, de ce fait, ce ne peut pas être le seul critère retenu.

Aujourd’hui les granulés de bois sont incontestablement les moins onéreux, mais l’installation est chère et il faut prévoir un espace de stockage et une place plus importante pour la chaudière.

La réflexion ne peut porter que sur un ensemble d’éléments qu’il faut impérativement prendre en compte. De plus, votre budget reste l’élément déterminant dans votre choix.

À lire également : Chauffage : 10 solutions efficaces pour chauffer sa maison

Se concentrer sur l’énergie en oubliant la chaudière et sa qualité

Il ne s’agit pas non plus de mettre en avant le type d’énergie et de choisir sa chaudière rapidement sans attention spécifique. Il se trouve sur le marché des chaudières de qualité très différente et à tous les prix. Le mieux est de demander conseil à son chauffagiste, il saura vous conseiller et généralement, il le fera bien, parce que le bouche-à-oreille lui assure sa publicité.

Prenez en compte la chaudière et également la régulation. C’est ce système qui vous permet de faire des économies en ne dépensant que ce qui est utile à votre confort.

Installez une sonde extérieure, mais également une sonde d’ambiance dans l’habitation afin que la production soit parfaitement ajustée à ces deux éléments déterminants et en fonction des critères que vous avez définis. Ces kits sont simples à installer et à piloter et c’est le chauffagiste qui définit les réglages au moment de sa mise en service.

Pensez à tous les détails comme les têtes thermostatiques sur vos radiateurs, ce qui vous permet de les régler individuellement comme vous le souhaitez suivant les pièces.

Chauffage Au Gaz Chaudière
© istock

Penser que l’on ne peut pas conserver ses radiateurs

Il est possible, dans la plupart des cas d’adapter la chaudière aux radiateurs existants. En revanche, il est conseillé d’en profiter pour nettoyer le circuit : rincer les radiateurs, changer les têtes thermostatiques ou désembouer le parquet chauffant. Vous repartez ainsi sur un système propre et vous pouvez pleinement profiter des capacités de votre nouvelle chaudière. Certains installateurs refusent de travailler si le nettoyage du circuit n’est pas réalisé.

Ne pas en profiter pour réfléchir à l’isolation de votre habitation

Il est préférable parfois d’attendre pour changer son matériel et de s’occuper d’abord de l’isolation avant d’opter pour une nouvelle chaudière. En effet, celle-ci ne vous donnera entière satisfaction que si vous avez réalisé les travaux nécessaires : isolation de la toiture, changement des fenêtres…

Dans le cas contraire, vous ne verrez aucune différence ni au niveau du confort ni au niveau de vos dépenses ou celle-ci sera minime.

Surestimer la puissance de la chaudière

Les anciennes chaudières au gaz ou au mazout étaient souvent très puissantes voire même trop. Il faut que votre chaudière corresponde parfaitement à vos attentes et à vos besoins par rapport à la superficie des espaces que vous devez chauffer. Si vous la remplacez effectivement, il faut tenir compte du type de chaudière que vous avez sélectionné. Il ne faut pas choisir sa puissance de la même manière puisque le rendement change forcément. Tenez compte également des changements que vous avez pu effectuer depuis, par exemple l’isolation de la maison, l'arrivée d'un ou deux enfants.

Généralement la puissance pour une habitation familiale classique est de 20 à 25 kW.

À lire également : Quelle puissance choisir pour votre chaudière ?

Ne pas adapter la conduite d’évacuation des fumées

Les chaudières à condensation sont aujourd’hui, la norme. Elles fonctionnent à des températures plus basses que les anciennes chaudières. La température des fumées est moins élevée et le conduit doit donc être adapté en fonction de ce critère. C’est important, car dans le cas contraire, les fumées risquent de se condenser et d’engendrer des problèmes d’humidité surtout.

Ne pas se faire aider dans son choix

Les professionnels sont présents pour vous conseiller sur le choix qui sera le plus intéressant et le meilleur suivant la configuration de votre maison et vos besoins réels en termes de chauffage. N’hésitez pas à solliciter leur avis pour engager une réflexion véritable autour du changement de votre chaudière. Cela vous offrira la possibilité de faire des économies et de gagner en qualité de vie.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.