Blog décoration et maison Ctendance

Travaux

Le parquet flottant : le choix idéal pour un sol chic à un prix abordable !

Le parquet en bois est une option trop chère pour vous ? Voici le parquet flottant, une alternative à moindre coût !

Amandin QG

Publié le

Si vous êtes en pleine période de rénovation, vous avez sûrement entendu parler du parquet flottant ou contrecollé. Saviez-vous que ce type de revêtement est assez facile à poser ? Quelles sont ses caractéristiques ? Comment le choisir ? Combien ça coûte ? Par ici les réponses !

Le parquet flottant, qu’est-ce que c’est ?

C’est un revêtement en bois, ou à base de ce dernier, qui possède une couche d’usure en bois noble. Celle-ci doit avoir au minimum une épaisseur de 2,5 mm, d’où l’appellation de parquet flottant, car il n’est pas fixé au sol.

À lire Parquet : un bon isolant thermique et acoustique pour votre habitation ?

Quelles sont les caractéristiques de ce parquet ?

Voici ce qui rend le parquet flottant une option à considérer :

  • La facilité de pose : les lames ont un système d’emboitement (ou de clipsage) qui les rend très simples à manipuler. Cela est très pratique pour les locataires, car ils peuvent le démonter en un rien de temps.
  • Une simplicité d’entretien : qui se traduit par des économies sur les produits de nettoyage.
  • Un coût moins élevé : comparé à des mastodontes, comme le bois massif, ce revêtement ne coûte qu’environ 15 € le m².
  • Très stable : du fait que trois couches sont appliquées lors de la pose.

Quel est le revers de la médaille ?

Voici quelques points qui peuvent rendre les parquets flottants assez problématiques :

  • La pollution liée au COV : elle peut s’émaner de ce type de revêtement. Gare aux allergies !
  • Évitez les zones de fort transit : le parquet de moyenne qualité ne ferait pas long feu. Cela implique l’investissement dans un revêtement de bonne qualité avec une couche d’usure assez épaisse.
  • Il n’apprécie pas l’humidité : évitez de le poser dans des salles de bains ou à proximité d’un lave-linge ou d’une douche.
  • Il isole assez mal les bruits : afin d’atténuer les bruits de pas, il est intéressant de placer une sous-couche isolante.
  • Le côté esthétique : lorsqu’il est de bonne qualité, il peut être confondu avec un parquet massif, contrairement aux modèles de moyenne qualité.

Comment choisir son parquet flottant ?

Avant d’investir dans un parquet, il est important de se poser quelques questions concernant l’usage prévu :

  • Intensif ou modéré : dans les zones très fréquentées, optez pour un revêtement résistant aux abrasions (les classes 23 ou 24), tandis que dans des zones de transit modéré, optez pour des classes 21 ou 22
  • Les dimensions de la pièce : dans une petite pièce, utilisez des lames de 90 mm. Pour les grandes surfaces, choisissez des lames de 180 mm à 300 mm.
  • Les choix esthétiques : étant donné qu’il se décline en plusieurs essences, faites votre choix en fonction de vos goûts, et pensez à le vitrifier pour le protéger des agressions extérieures (dans le cas où le modèle acheté n’a pas été traité).

Désormais, vous avez toutes les cartes en main afin d’adopter comme il se doit ce type de revêtement. Allez-vous l’essayer ?

À lire Huiler votre parquet ? La meilleure solution pour une protection efficace de votre sol en bois !

  • Save

Partagez votre avis