5 conseils pour bien choisir son poêle à bois

Afficher Masquer le sommaire

Le bois : une énergie renouvelable et naturelle !

Le bois est une énergie renouvelable, ce qui signifie qu’elle est inépuisable. Cela n’est valable que si le reboisement suit parfaitement le rythme de la consommation. Ce qui semble le cas en France où la surface des forêts augmente fortement depuis deux siècles. Utiliser ce combustible permet d’entretenir la forêt.

Au titre de l’écologie, le bois possède également des atouts : il ne contient pas de soufre et il ne contribue pas à la production de gaz à effet de serre. Il ne rejette dans l’air que le carbone nécessaire à sa croissance. Grâce aux appareils modernes, le bois est un combustible respectueux de l’environnement. Les nouveaux modèles de poêles à bois ecodesign sont particulièrement recommandés si vous voulez répondre à cette problématique. Vous bénéficiez ainsi d’un poêle économique, écologique et très design.

Entre poêle à bûches ou poêle à granules : lequel choisir ?

Cette question est également cruciale pour choisir votre modèle.

Le poêle à bois à bûches est un mode de chauffage qui est parmi les plus anciens. Il présente de nos jours un design de plus en plus contemporain et esthétique. Il s’harmonise à tous les styles de décoration. C’est également un bon compromis entre écologie et économie.

L’avantage du poêle à bois réside dans sa capacité à accumuler la chaleur. Cela est possible grâce une chambre de combustion qui est le plus souvent en fonte réfractaire. De ce fait, le poêle à bois diffuse encore de la chaleur même quand il est éteint.

Il existe des modèles qui sont équipés d’un four et qui vous offrent la possibilité de cuisiner au feu de bois en contemplant le ballet des flammes.

Certains modèles sont capables d’alimenter un plancher chauffant ou un réseau de radiateurs. C’est le cas des poêles à bois bouilleurs qui de plus, offrent un rendement effectif allant jusqu‘à 88 %.

Le poêle à granulés ou poêle à pellets est différent par le choix du combustible. Son atout principal : il est capable d’automatiser son approvisionnement, ainsi que son allumage. De plus, les granulés se conservent plus facilement, quand vous ne disposez pas d’une place importante pour les bûches.

Il offre un rendement très élevé qui peut aller jusqu’à 94 %. C’est également un équipement parfaitement écologique puisque les granulés sont des combustibles très secs.  La technologie équipant les poêles à granulés réduit les émissions de CO2 et de particules, car la combustion est quasiment complète.

Il offre une autonomie qui peut aller jusqu’à 48 heures. Celle-ci varie en fonction des modèles et un allumage automatisé, il est donc très facile à utiliser. Il évite d’avoir à aller chercher le bois et à allumer le feu.

Même si ce dernier présente de réels avantages, il a également quelques inconvénients :

  • Le prix est plus conséquent que concernant les poêles à bois à bûches.
  • Le coût lié à l’utilisation de granulés augmente la facture de 30 à 50 % par rapport aux bûches.
  • L’autre problème, c’est que si vous êtes en panne d’électricité, le poêle ne fonctionne plus.
A lire aussi  Rénovation énergétique : quels travaux pouvez-vous effectuer ?

Le rendement de votre poêle à bois

Le rendement d’un poêle permet de déterminer la quantité de chaleur produite, mais il faut également savoir qu’il joue également un rôle sur la consommation en combustible.

Un rendement conséquent signifie que la perte, entre l’énergie utilisée par rapport à la chaleur produite, est peu importante. Un rendement de 85 % est excellent.

L’efficacité de votre poêle à bois varie aussi suivant le type de combustible utilisé :

Il est de 60 à 70 % pour les poêles turbo et à postcombustion ;

Il est de 40 à 80 % pour les poêles à bûches ;

Il est de 70 à 85 % pour les poêles de masse ;

Il est de plus de 85 % pour les poêles à bois raccordés au chauffage central ;

Il est de plus de 85 % pour les poêles à bois à granulés.

Comme la combustion n’est jamais complète, aucun poêle à bois ne peut assurer un rendement de 100 %. Il faut faire attention en choisissant la taille de votre poêle par rapport au volume à chauffer. Sachez qu’il est préférable d’opter pour un petit poêle à bois qui tourne à plein régime plutôt que pour un grand que vous n’utilisez pas au maximum de ses capacités.  En sous-régime, le poêle est plus gourmand en combustible et il perd en qualité de combustion.

N’hésitez pas à mettre quelques euros de plus pour obtenir un meilleur rendement. Profitez des aides proposées par l’État qui vous permettent d’avoir un peu plus de budget : pensez notamment au dispositif MaPrimeRenov’  qui représente un vrai coup de pouce.

Poele A Bois
© istock

La puissance : un critère déterminant

Il faut être vigilant et faire attention à cette caractéristique au moment de choisir votre poêle à bois. Tenez compte du volume de la pièce pour obtenir la puissance en kW et le rendement thermique nécessaire.

Pour une pièce isolée normalement avec un plafond de 2.50 mètres, comptez une puissance d’un kW pour 10 m². Si la pièce mesure 40 mètres carrés, la puissance nécessaire est de 4 kW.

Il faut que le poêle fonctionne au maximum de sa puissance pour être réellement efficace. S’il fonctionne en sous-régime, la qualité de combustion est inférieure et vous consommez plus de combustible. Cela est valable, quelle que soit l’autonomie du corps de chauffe.

Quel bois utiliser dans votre poêle ?

Quelques conseils d’ordre général :

Le bois doit être bien sec, faites-le sécher parfaitement. Brûler du bois humide fait baisser le rendement d’un poêle de l’ordre de 50 %. De plus, cela encrasse l’appareil et augmente la pollution atmosphérique.

Il faut absolument éviter le bois de récupération. On entend par là les déchets de construction ou les résidus de meubles. La combustion de ce bois dégage des particules toxiques à cause de la présence de traitements.

Dans le cas du poêle à granules :

Faites attention à la qualité des granulés, tous ne présentent pas le même niveau de qualité. Il faut prendre en compte différents paramètres comme le taux d’humidité, la présence de poussière et son taux, la densité, le taux de cendre.

Le pouvoir calorifique du granulé dépend essentiellement de sa densité et de sa composition, mais il faut savoir également qu’un granulé à fort pouvoir calorifique encrasse plus vite les conduits.

À lire aussi : Comment choisir son bois de chauffage ?

Partagez votre avis