Les aides pour vous aider à payer votre loyer

Aide Paiement Loyer
Vous êtes locataire de votre habitation et vous devez assumer le paiement du loyer qui représente une part importante de votre budget mensuel. Pour alléger cette charge, vous pouvez bénéficier, dans certaines conditions bien entendu, de différentes aides, suivant votre situation. Que ce soit pour rassurer votre bailleur, pour faire face à des impayés ou simplement pour vous permettre de retrouver un peu plus de pouvoir d’achat, nous faisons le point sur les aides disponibles.

Les aides classiques au logement

L’APL ou aide personnalisée au logement :

Parmi ces aides, la plus connue et la plus demandée, est sans aucun doute l’APL ou l'aide personnalisée au logement.

C’est une aide qui est versée sous conditions aux locataires. Le revenu est le critère déterminant pour son attribution. Cela permet à tous les ménages pour qui le loyer, parfois très élevé dans les grandes villes, est une source de dépense importante par rapport à un budget serré, de retrouver un peu de respiration et d’aisance.

Pour que vous puissiez en bénéficier, il faut être locataire ou sous-locataire déclaré, dans un logement qui est votre résidence principale. En vous adressant à la CAF, Caisse d’allocations familiales ou à la MSA, mutualité sociale agricole, dans le cadre du régime agricole, vous pouvez remplir un dossier et ouvrir vos droits.

Son montant dépend du nombre de personnes vivant dans l’appartement ou la maison, du montant du loyer et de votre patrimoine. C’est une aide qui vous est versée le plus souvent directement, mais qui peut être également remise au bailleur et venir en déduction de votre loyer.

L’ALF ou l’allocation de logement familial :

L’allocation de logement familial est également une solution pour vous soulager d’une partie de votre loyer. Son versement dépend de votre situation familiale et son montant ne peut dépasser un certain plafond. Elle est également attribuée par la CAF ou la MSA et elle fait l’objet d’un versement mensuel comme les APL. Sa particularité : elle peut également venir alléger les mensualités dues au remboursement de prêt.

Les critères pour y avoir droit ne diffèrent pas tellement des conditions de versement des l’APL.

Il faut être dans l’une des situations suivantes :

  • Percevoir l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) ou les allocations familiales.
  • Avoir à charge un enfant de moins de 21 ans, à condition de ne pas percevoir de prestations familiales ou l’AEEH.
  • Être pacsé, marié ou en concubinage depuis moins de 5 ans, ne pas avoir d’enfants et ne pas cumuler plus de 55 ans à vous deux.
  • Avoir un parent de plus de 65 ans à charge, et à condition qu’il ne perçoive pas plus que le plafond de l’ASPA.
  • Être enceinte et célibataire, sans personne à charge, entre le 4e mois de grossesse et le premier mois de la naissance.
  • Avoir à charge un parent handicapé avec une incapacité permanente de 80 % au moins ou qui ne peut travailler à la suite de son handicap.
  • Être étranger avec un titre de séjour valide ou français.

Pour prétendre à cette aide, effectuez les démarches en ligne.

L’ALS ou allocation de logement social :

Si vous n’avez droit ni à l’APL ni à l’ALF, vous pouvez parfaitement bénéficier de l’ALS, sous certaines conditions bien sûr. Les critères sont les mêmes que dans ces deux cas. Vous la touchez tous les mois.

La grande différence réside dans le fait qu’elle s’applique aux locataires bien sûr, mais également aux résidents des Ehpad, à ceux qui bénéficient d’un logement en résidence étudiante, dans un foyer... Elle est versée mensuellement par la CAF ou la MSA. Son montant sera calculé, à partir du 1er janvier 2021, sur les revenus de l’année précédente.

Immobilier Et Vacance Locative
© istock

Les aides disponibles en cas de loyers impayés

Si vous arriviez à régler votre loyer tous les mois et que votre situation ne vous le permet plus temporairement, à la suite  d’une perte de travail, par exemple, vous allez pouvoir être aidé.

Le fonds de solidarité pour le logement (FSL) :

Dans tous les départements, ce dispositif a été mis en place. Il est destiné à apporter de l’aide aux locataires en proie à des difficultés.

Son montant tient compte des revenus totaux de l’occupant du logement, cependant certaines prestations ne rentrent pas dans ce calcul. Ce sont : les aides au logement, l’allocation d'éducation de l'enfant handicapé et l’allocation de rentrée scolaire.

L’aide se présente sous la forme d’un prêt ou d’une subvention , permettant de maintenir les locataires dans leur habitation. Elle peut également être employée pour payer les frais demandés lors de l’emménagement, comme le dépôt de garantie. Chaque fonds de solidarité pour le logement peut fixer des conditions d’attribution différentes. Il faut passer par une assistante sociale pour en profiter.

Les garanties contre les risques locatifs :

Si vous savez déjà que vous aurez un problème passager pour régler votre prochain loyer… Le premier réflexe à avoir c’est de contacter votre propriétaire et de lui en parler. Si ce dernier a souscrit une garantie des impayés de loyer, il pourra peut-être en faire usage. Dans tous les cas, s’il est prévenu, il vous proposera peut-être aussi un paiement échelonné dans le temps pour vous aider.

La solution dans les cas extrêmes : la commission de surendettement

Si vous n’avez vraiment pas trouvé de solution, adressez-vous à la Banque de France et remplissez votre dossier très rapidement. Celle-ci peut alors aménager certaines de vos dettes ou les effacer et notamment les impayés de loyer.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.