Blog décoration et maison Ctendance

Plantes d’intérieur

Spathiphyllum : secrets pour une culture en intérieur réussie et floraison garantie !

Le Spathiphyllum est une plante d’intérieur idéale pour celles et ceux qui n’ont pas la main verte. Quelles sont les conditions de culture qui lui conviennent ?

Dorine Alanoix

Publié le

Spathiphyllum : secrets pour une culture en intérieur réussie et floraison garantie !

Aussi appelée « faux arum » cette plante vivace offre un magnifique feuillage vert dans lequel se dégagent des inflorescences tantôt blanches tantôt vertes ou crème. Envie de vous mettre à sa culture ? Voici quelques conseils pour apprécier ses « fleurs de lune » tout au long de l’année.

Comment planter le Spathiphyllum ?

Dans les régions de France, cette plante s’apprête beaucoup plus pour une culture d’intérieur.

Une température de 20 à 22 °C est l’idéale pour son bon développement. En hiver, elle se plaira dans des températures avoisinant les 16 à 17 °C.

À lire Voici les étapes clés pour réussir la culture de votre rosier en pot

Pour la planter, commencez par choisir un pot de taille adéquate dont vous garnirez le fond de billes d’argile pour favoriser le drainage.

Un autre élément à prendre en compte est le courant d’air. En cas d’exposition prolongée, vous pouvez remarquer le brunissement des feuilles.

Vous pouvez résoudre cela en l’installant au bord d’une fenêtre orientée vers le nord et loin de toute source de chaleur.

Il ne vous restera plus qu’à placer votre Spathiphyllum dans du terreau spécial plantes d’intérieur ou fleuries.

À lire 5 arbres fruitiers à planter en juin pour enrichir votre jardin

Le rempotage se fait tous les 2 à 3 ans, et en attendant, un surfaçage régulier suffit à combler les besoins de la plante en termes de culture.

Spathiphyllum 
  • Save
Getty Images

Comment se passe l’entretien du Spathiphyllum ?

Veillez à placer cette plante casanière dans des milieux ombragés ou sans expositions directes au soleil.

Pour ce qui concerne l’arrosage, il est recommandé d’attendre que le terreau ait complètement séché, car le Spathiphyllum ne supporte pas l’excès d’humidité.

Aussi, l’hiver étant synonyme de repos végétatif pour la plante, arrêtez tout apport en engrais et privilégiez plutôt les recoins plus frais entre octobre et mars.

À lire Que faire dans votre jardin après le passages des saints de glace ?

Une astuce consiste à surveiller l’affaissement des feuilles qui est un indicateur pour le prochain arrosage.

Des cochenilles ou des pucerons peuvent apparaitre en hiver. Pour les tenir à l’écart, il suffit d’utiliser un peu de vinaigre blanc ou de liquide vaisselle. À défaut, un traitement anti-cochenilles peut amplement suffire.

À la fin de l’hiver, vous pouvez humidifier votre Spathiphyllum avec quelques pulvérisations foliaires quotidiennes pour le protéger des attaques d’araignées rouges.

Des billes d’argiles humidifiées peuvent également contribuer à un bon drainage du sol qui accueille la plante.

À lire Némésias : des fleurs aux couleurs vibrantes et parfumées pour embellir votre jardin !

Sachez qu’elle fleurit toute l’année et a une longévité maximale de 10 ans. Cela dit, n’hésitez pas à dynamiser sa croissance avec un apport d’engrais une fois par mois.

Comment le propager ?

Contrairement à d’autres plantes, le Spathiphyllum ne peut être multiplié par boutures de feuilles ou de tiges, mais plutôt par division, et ce, à tout moment de l’année, voici que faire :

  • Retirez votre plante de son pot en faisant attention aux racines.
  • Séparez les racines à la recherche d’un bouquet avec plusieurs feuilles.
  • Coupez les racines reliées à la partie feuillue de la plante mère à l’aide d’outils stériles et aiguisés.
  • Placez votre plante dans un pot de terre fraiche et arrosez copieusement.

Désormais, vous avez toutes les cartes en main pour profiter du Spathiphyllum dans votre intérieur. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel.

Notez le contenu
  • Save

Partagez votre avis