Quelles chaudières basse température sont dorénavant interdites ?

Chaudières Basse Température

Depuis la Directive Européenne Écoconception, certains types de chaudières à basse température ne peuvent plus être commercialisés. Mais alors, quels modèles ne peuvent plus être installés ? Et quelles sont les solutions existantes pour remplacer une vieille chaudière ? Que choisir entre une chaudière à condensation et une chaudière à basse température ?

Les chaudières à basse température de type B1 sont interdites

Depuis janvier 2018, les chaudières classiques de type B1 ne peuvent plus être introduites sur le marché, car elles n’atteignent pas les exigences de la Directive Européenne Écoconception. Il existe cependant une exception pour les grossistes et installateurs qui doivent écouler leur stock.

Cette directive vise à réduire de 10 % la consommation d’énergie dans les pays membres de l’Union Européenne d’ici 2020. Elle exige que les installations atteignent un seuil de rendement global, c’est-à-dire un rapport entre l’énergie produite et l’énergie consommée, de minimum 86 %. Ce n’était pas le cas des chaudières traditionnelles de type B1 dont la température de la fumée allait de 130° à 160°C. Elles utilisaient beaucoup plus de combustibles et rejetaient des résidus à l’intérieur des logements lorsqu’elles étaient rattachées à un conduit individuel.

Ventuilateur Chaudières Basse Température
© BOOSTHEAT

Les nouvelles chaudières de basse température de type B ou C chauffent entre 60° et 120° C, contre 35° à 80°C pour les chaudières à condensation. Ces deux types d’installation doivent être reliés à des conduits collectifs. Les chaudières de basse température utilisent environ 30 % d’énergie en moins. Elles peuvent utiliser du gaz, du fioul ou être électriques. Les chaudières à gaz basse consommation, par exemple, ont un rendement de 90 %. Les plus recommandées sont les chaudières à condensation ou les hybrides qui possèdent un rendement d’énergie encore plus élevé, compris entre 100 et 200 %.

Les alternatives possibles

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation sont encore plus performantes et offrent un meilleur rendement que les chaudières à basse température. Elles possèdent la particularité de pouvoir récupérer par condensation les particules de vapeur d’eau présentes dans la fumée, et donc de garder plus de chaleur sans utiliser plus de combustible. Pour optimiser le rendement de ce type de chaudière, il est recommandé de la combiner avec un système de chauffage central basse température, comme un radiateur basse température ou un sol chauffant.

Le prix de la chaudière à condensation et de son installation est plus élevé que celui d’une chaudière basse température standard, mais cela vous permettra de réaliser d’importantes économies d’énergie sur le long terme : jusqu’à 25 % sur votre facture. Vous réduirez votre consommation de kWH tout en préservant les ressources énergétiques de la planète. Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2019, il est possible de recevoir un crédit d’impôt à la transition énergétique (CITE), récupérable une fois les travaux réalisés.

Les chaudières à basse température ont un prix un peu moins élevé mais ne vous feront économiser que 15 % sur votre facture. Par ailleurs, elle n’atteignent souvent pas le niveau de performance requis à l’obtention du label THPE (Très Haute Performance Energétique), requis pour prétendre aux aides financières disponibles (CITE, Prime coup de pouce…).

Une chaudière à la fois à condensation et à basse température

Quelle différence entre une chaudière à condensation et une chaudière à basse température ?

Les chaudières à condensation sont en réalité des chaudières à basse température avec un système permettant d’économiser encore plus d’énergie.

Ces équipements sont un peu plus coûteux que les chaudières à basse température classiques, mais leur rendement permet d’être éligible à davantage d’aides financières, ce qui peut leur conférer un prix de revient identique voir inférieur.

De plus, la différence de prix s’amortit en vous permettant de réaliser des économies d’énergie et de limiter le rejet de gaz et de résidus polluants dans l’environnement.

Il demeure cependant coûteux d’équiper un immeuble collectif pourvu de chaudières individuelles, car cela nécessite de rajouter une modification complète du système d’évacuation des fumées de l’ensemble des logements. Dans ce cas, le recours à une simple chaudière basse température pourra s’avérer plus rentable.

La solution hybride de BOOSTHEAT

Avec une chaudière basse température comme Boostheat.20, qui est en même temps une chaudière à condensation, vous pourrez bénéficier de ces aides. Ce modèle a actuellement la plus haute performance écologique au monde. Elle vous permettra d’atteindre un rendement jusqu’à 200 %, et de réduire jusqu’à 50 % vos factures d’énergie. C’est actuellement le modèle le plus économe en énergie sur le marché. Elle combine à la fois l’efficacité d’une chaudière gaz à condensation et d’une pompe à chaleur.

Comment fonctionne-t-elle ?

Créée par une start-up française, cette chaudière innovante s’adapte aux températures extérieures.

Elle utilise une pompe à chaleur gaz permettant une récupération optimale des calories de l’air ambiant, et embarque également un module de chaudière à condensation pour vous garantir une température idéale dans la maison.

Le but est de compenser progressivement la perte d’efficacité de la pompe à chaleur, qui comme vous le savez, décroit au fur et à mesure que les températures diminuent (autrement dit, en hiver, une PAC électrique ne vous chauffe qu’avec une résistance). Ce système permet de maximiser l’utilisation de l’énergie, à la fois en limitant la température de l’eau et en utilisant la condensation. Il est couplé à un ballon d’eau chaude sanitaire haute capacité afin d’optimiser et gérer votre consommation d’eau chaude. Il peut aussi bien être relié à un radiateur basse température qu’à un chauffage au sol.

La chaudière à condensation, tout comme le modèle hybride BOOSTHEAT, se présente comme la solution la plus efficace et la plus rentable. C’est aussi celle qui respecte le plus la Directive Européenne Écoconception. Ce type de chaudières tend à devenir la norme en France.

Les aides d’Etat disponibles pour financer l’installation d’une chaudière à condensation

L’investissement nécessaire pour installer ce type de chaudière est plus élevé qu’une chaudière standard, mais comme elle permet de réduire considérablement les émissions de CO2, elle est éligible à de nombreuses aides pour les travaux de rénovation de chauffage et d’énergie. Vous pouvez faire une demande d’éco-prêt à taux zéro ou de crédit d’Impôt pour la Transition énergétique (CITE). Vous pouvez également bénéficier de la prime Coup de Pouce du CEE et des aides de l’ANAH, l’agence nationale de l’habitat. Ensuite, un taux de TVA réduit à 5,5% est envisageable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.