9 astuces pour augmenter le rendement de votre cheminée

Rendement Cheminée
Malgré un fonctionnement répété, vous pensez que votre cheminée ne réchauffe pas suffisamment votre habitation ? Peut-être que celle-ci n’est simplement pas utilisée correctement ou de la manière la plus optimale. Si elle chauffe moins efficacement que votre chauffage central, posez-vous les bonnes questions. Voici quelques astuces et conseils pour booster le rendement de votre cheminée !

Optez pour un insert fermé

Si vous avez actuellement un foyer ouvert, l’insert peut changer complètement le fonctionnement de votre cheminée et son rendement. Si les foyers ouverts sont agréables, ils n’offrent en revanche qu'un rendement faible puisque compris entre 10 et 20 % seulement. La chaleur s’échappe dans la nature au lieu de réchauffer l’air de la pièce. L’insert fermé permet d’obtenir un rendement de 70 %, ce qui constitue une belle différence.

Il limite également les émissions de polluants et il offre plus de sécurité, surtout si vous avez des enfants. L’insert à bois offre un rendu qui reste très proche de la cheminée traditionnelle. Les inserts à pellets sont les plus performants avec un rendement de 90 %, vous pouvez avoir une réserve de combustibles pour que le fonctionnement soit parfaitement autonome.

C’est une bonne option qui demande assez peu de travaux. Il faut cependant prévoir entre 1 000 et 5 000 euros pour l’installation et le coût du matériel.

Redéfinir le dimensionnement de son appareil

Le choix de la puissance influence le rendement. Souvent les consommateurs prennent une puissance trop importante, ce qui ne permet pas d’obtenir un rendement optimal. Si l’appareil est trop grand et trop puissant, la température va augmenter fortement et vous êtes alors obligé de baisser la chaleur du foyer. Vous risquez de polluer plus. La puissance doit correspondre parfaitement à la surface à chauffer.

La puissance de l’insert est déterminée après une étude du niveau d’isolation de la maison, le la configuration du lieu et du volume de l’espace concerné et de la pièce dans laquelle elle se trouve. Pour plus de précision, sachez qu’il faut compter 1 KW pour une pièce de 10 m².

Faites installer votre appareil par un professionnel

Si vous voulez que votre cheminée soit performante, il est recommandé de la faire installer par un professionnel. Choisissez-le bien et privilégiez les artisans qui sont porteurs de la mention RGE, Reconnu Garant de l’Environnement. Vous savez ainsi que l’installation respecte les normes en vigueur et que l’assurance ne pourra pas se désengager si vous rencontrez un problème.

Accessoirisez votre insert

En ajoutant quelques accessoires à l’intérieur du foyer, vous avez la possibilité d’augmenter sa performance.

La plaque foyère en un très bon exemple. Elle est souvent en fonte. Son matériau emprisonne la chaleur, celle-ci étant ensuite diffusée dans la maison de manière plus maitrisée. Ses qualités d’inertie permettent d’avoir ainsi une chaleur prolongée. Il est même possible ainsi de conserver une cheminée à foyer ouvert si vraiment vous y tenez. Elle vaut entre 200 et 400 euros.

Le récupérateur de chaleur : il a la même fonction que la plaque foyère. C’est une sorte de petit ventilateur, dont la fonction est d’aspirer l’air froid ambiant. Il est ensuite réchauffé par le corps de chauffe en fonte, étant positionné au cœur du foyer. Il va ensuite distribuer la chaleur peu à peu. Il coûte entre 200 et 500 euros.

Le choix du combustible

Bien choisir son combustible est une étape très importante quand vous souhaitez augmenter le rendement de votre cheminée. Il en existe plusieurs types : le bois bûche, la plaquette forestière, les briquettes de bois et le granulé de bois. C’est la nature du bois qui détermine sa puissance de chauffe. Il est préférable pour un rendement de meilleure qualité de privilégier les bois durs comme le hêtre, le chêne ou l’érable et de laisser de côté les bois tendres tels que l’épicéa, le douglas ou le sapin. Les bois de résineux sont à proscrire, ils encrassent les conduits.

Il faut que le bois soit parfaitement sec. Les experts recommandent tous l’utilisation de bûches ne contenant pas plus de 20 % d’humidité. Rester vigilant sur la manière de stocker le bois est également primordial. Mettez-le à l’extérieur si vous le pouvez, dans un lieu aéré et couvert. Il faut qu’il soit parfaitement protégé des intempéries. Les bûches ne sont pas posées à même le sol afin d’éviter le pourrissement. Ne les serrez pas trop les unes contre les autres pour que l’air puisse circuler. Un bois déjà sec peut être stocké à l’intérieur.

Granulés
© istock

À lire également : Comment choisir son bois de chauffage ?

La durée de stockage

La durée de séchage est importante, ne faites pas l’impasse dessus surtout. Un bois que vous avez coupé au printemps devra sécher un an et demi au moins, voire deux ans.  Il faut savoir qu’un bois conservé sous abri et dans une zone bien ventilée sèche rapidement et le délai peut alors être seulement d’un an.

Sous abri : comptez 15 mois de séchage pour 33 cm de bois en rondins et 18 mois pour un m3 s’il est à l’air libre.

À lire aussi : Jardin : comment couper et ranger son bois ?

Bien réussir le démarrage et l’allumage du feu

Il est important de bien allumer le feu et la technique de l’allumage par le dessus, venue des pays scandinaves, fonctionne parfaitement. Vous prenez des petits bouts de bois et des fins combustibles que vous posez sur les bûches et que vous allumez.

En utilisant cette méthode, vous améliorez le rendement en préchauffant le conduit de la cheminée et vous réduisez les particules qui polluent.

À savoir : en ouvrant toutes les entrées d’air en cours d’allumage, cela permet d’obtenir plus vite de belles flammes. Quand le foyer est suffisamment chaud, vous les refermez. Jamais complètement pour ne pas encrasser l’appareil.

La quantité de bois doit être adaptée

Il faut bien évaluer la quantité de bois nécessaire. Si vous en mettez trop, vous allez alors réduire la puissance de l’appareil avec la manette de réglage de quantité d’air. Dans ce cas, vous provoquez une pollution supplémentaire et vous encrassez l’appareil.

Il est préférable de réduire la quantité de bois dans le foyer et de faire fonctionner son appareil à la puissance réelle. Comptez une moyenne de 3 kg de bois pour 10 KW.

À savoir : adaptez la quantité de bois à la température et à la saison, plus celle-ci est froide, plus vous en mettez.

L’entretien de l’appareil

Celui-ci doit être effectué deux fois par an. S’il n’est pas fait, le rendement en est altéré et en plus les risques d’incendie sont bien réels. Faire ramoner sa cheminée deux fois par an est une obligation. Il faut faire appel à un professionnel qui vous délivre un certificat, celui-ci est exigé par votre assureur en cas de problème.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.