Ctendance

Energie

Chaudière gaz : comment faire pour la changer pour 2023 ?

Changer sa chaudière à gaz n'est pas une chose à prendre à la légère. Découvrez tous les éléments à considérer dans notre guide !

Amandin QG

Publié le

Lu 1600

Chaudière gaz : comment faire pour la changer pour 2023 ?

Votre chaudière est sur le point de tomber en panne et vous envisagez sérieusement de la remplacer. Le remplacement de cette dernière est un achat important, car cela coûte une somme relativement élevée d’argent. De plus, si vous ne disposez pas de connaissances étendues sur le sujet, cela peut vite devenir complexe. Cet article vous indiquera tout ce que vous devez savoir avant de remplacer votre chaudière, y compris les réglementations en vigueur.

Quelles sont les réglementations à suivre lorsqu’on souhaite changer de chaudière gaz pour 2023 ?

La directive européenne sur l’écoconception, entrée en vigueur le 26 septembre 2015, impose à toutes les chaudières domestiques installées dans l’Union européenne de respecter les exigences d’efficacité et d’émission de NOx (oxyde d’azote).

À partir de septembre 2018, les nouvelles chaudières doivent avoir un rendement saisonnier d’au moins 86 % et des émissions de NOx de moins de 56 mg/kWh. Les chaudières à condensation (hautes performances énergétiques) sont les seules à répondre à ces exigences.

Cela nous oblige à utiliser ce type de chaudière dans la plupart des cas. Les chaudières basse température disparaissent du marché, car jugées trop énergivores. Cependant, à compter du 1ᵉʳ janvier 2022, la directive RE2020 prohibe l’installation de chaudières à gaz dans les nouveaux bâtiments. Cela vaut pour l’ensemble des modèles, signifiant que même les chaudières gaz à condensation sont concernées.

Par conséquent, dans tous les nouveaux bâtiments individuels, les chaudières à gaz sont interdites. Néanmoins, les maisons disposant déjà de ce type d’installation ne seront pas touchées pour le moment. En revanche, de nouvelles réglementations allant dans ce sens peuvent apparaître dans les années à venir, rendant les alternatives à la chaudière gaz plus intéressantes.

Dans un environnement qui change, il n’y a pas de plus grand risque que de rester immobile.

Les aides permettant de changer sa chaudière gaz et ses alternatives

Vous l’aurez compris, s’il est toujours possible de remplacer sa chaudière gaz par un nouveau modèle, il est plus intéressant d’investir dès à présent dans des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Cela vous évitera de potentielles dépenses futures, puisqu’en cas de nouvelles réglementations, on peut s’attendre à une disparition complète de la chaudière gaz. Pour vous aider, de nombreuses aides sont disponibles, sous certaines conditions.

A lire aussi  D'où proviennent les mauvaises odeurs lors d'une lessive et comment s'en débarrasser ?

Quelles sont les aides disponibles pour remplacer son installation actuelle ?

Il existe une multitude de dispositifs mis à votre disposition pour financer le remplacement de votre chaudière. Notez cependant que certaines aides fournies par le gouvernement sont soumises à des conditions de ressources et concernent les ménages à faible revenu. De plus, pour chacun d’entre eux, un spécialiste RGE qualifié doit intervenir. Les aides disponibles sont les suivantes :

  • MaPrimeRénov’, qui débloque de 800 à 1 200 € selon la précarité financière du foyer.
  • MaPrimeRénov’ Sérénité, qui finance de 35 % à 50 % des travaux selon les revenus, à condition que le gain énergétique apporté soit d’au moins 35 %.
  • Les Certificats d’Économie d’Énergie (CEE), variant de 90 à 420 €, sont également disponibles pour les locataires de logement.
  • Le taux de TVA est réduit à 5,5 % pour un logement datant de plus de deux ans lors de la pose d’une chaudière à très haute performance énergétique.
  • Un chèque énergie de 40 à 270 € peut être fourni sous condition de ressources

À noter que diverses aides peuvent être versées par les collectivités locales en plus de celles mentionnées ci-dessus.

Les alternatives plus respectueuses de l’environnement que vous pouvez installer chez vous

Tout d’abord, vous pouvez envisager l’installation d’une pompe à chaleur. Par l’utilisation d’un dispositif placé en général à l’extérieur, les pompes à chaleur convertissent les calories habituellement présentes dans l’air ambiant ou dans le sol en énergie. Cette dernière est distribuée grâce à des dispositifs internes pour chauffer le logement. Les pompes à chaleur peuvent cependant coûter assez cher (6 000 à 20 000 €).

A lire aussi  Copropriétés : les enjeux de la performance énergétique en 2021

Les chaudières à biomasse chauffent en interne avec du bois de chauffage ou des granulés (résidus de bois compactés). Le bois fait partie des matériaux les plus bon marché et a la réputation d’être une ressource quasi inépuisable. Les prix des équipements vont de 7 000 à 25 000 euros.

Les systèmes solaires combinés sont des dispositifs qui utilisent un système solaire thermique pour produire de l’eau chaude et du chauffage pour votre logement. Ils sont souvent raccordés à des pompes à chaleur ou des chaudières à biomasse pour accroître l’efficacité globale. L’appareil coûte entre 13 000 et 19 000 euros.

Partagez votre avis