Tailler un poirier : quand et comment le faire ?

Poirier
Vous adorez les poires et vous pensez bien en récolter à foison ? Alors, il faut penser à tailler votre poirier. La taille d’hiver en particulier permet d’améliorer le rendement de cet arbre de manière conséquente. Elle est également recommandée si vous souhaitez que votre arbre garde toute sa vigueur. Suivez tous nos conseils pour devenir un champion de la taille du poirier.

Pourquoi réaliser une taille du poirier en hiver ?

La taille d’hiver est réservée uniquement aux arbres fruitiers à pépins, comme le poirier ou le pommier. En revanche, les arbres à noyaux tels que le prunier, l’abricotier, le cerisier ou le pêcher se taillent au printemps. Ce choix est fait ainsi parce que toutes les branches, même les plus âgées du poirier, donnent des fruits. Les arbres à noyaux ne fructifient que sur les rameaux de l’année antérieure.

De plus, tailler cet arbre en hiver simplifie la tâche. En effet, l’absence de feuillage permet de raccourcir ses branches facilement. Le port de l’arbre et son rendement en seront améliorés. Comme la sève ne coule que très peu en hiver, la cicatrisation est meilleure, même si elle est plus longue.

On appelle la taille d’hiver, la taille trigemme. Ce nom vient du fait que vous ne laissez que trois boutons sur chaque branche fructifère.

Les objectifs de la taille du poirier

 Tailler un poirier en hiver répond à différents buts :

  • Raccourcir les branches pour que la production soit plus conséquente et de plus grande qualité. Plus le fruit se trouve près d’une branche charpentière, plus il sera beau et bon.
  • Obtenir une bonne circulation de l’air en aérant le cœur de l’arbre. Cette opération réduit les risques de maladies.
  • Conservez les branches courtes, mais fortes qui soutiennent de gros fruits bien charnus. Gardez les branches orientées vers l’extérieur plutôt que vers l’intérieur, ainsi que les branches horizontales plutôt que verticales.
  • Les longues branches très feuillues craquent souvent sous le poids des fruits. De plus, elles prennent de la sève que les autres n’auront pas.
  • Former un arbre esthétique au port équilibré est également un objectif important lors de la taille.

Quand tailler vos poiriers ?

Comme on l’a déjà évoqué, la taille du poirier se fait principalement en hiver. Vous le faites avant les pommiers si vous en avez, ces derniers étant plus tardifs. Vous débutez toujours par les arbres qui sont les moins vigoureux. La période se situe à partir de décembre et s’étire jusqu’au tout début du printemps, en mars ou avril.

Il ne faut jamais tailler un poirier l’année de sa plantation. Vous ne commencerez que l’année suivante.

Choisissez une journée ensoleillée et sèche, ce sera plus agréable pour vous. Évitez toutes les périodes de gel, celui-ci est en effet très néfaste pour le processus de cicatrisation qui ne se fera pas correctement.

Quand les bourgeons sont formés, vous distinguez plus facilement le bourgeon à fleurs de l’œil à bois. Plus vous taillez tardivement dans l’hiver, plus ils se différencient facilement.

Comment bien tailler vos poiriers en hiver ?

La première chose importante est de savoir reconnaitre et différencier les yeux à bois qui vont permettre le développement d’une nouvelle branche et les bourgeons à fleurs qui donneront des fruits. En hiver, ils sont bien visibles. L’œil à bois est renflé comme le bourgeon à fleurs, qui présente une forme plus arrondie. Quant au dard, il est plus sec et pointu, il deviendra œil à bois ou bourgeon à fleurs.

Tailler Le Poirier
© istock

La taille de raccourcissement

C’est la taille trigemme qui consiste à ne garder que trois yeux sur chaque branche latérale en partant de sa base. Faites bien attention : il ne faut pas que le troisième œil soit un dard. La raison est simple, il deviendrait une branche feuillue et stérile. Dans ce cas, coupez la branche plus haut juste après un œil à bois.

L’hiver suivant, vous pratiquez la taille de la même manière, mais en plus, vous coupez une nouvelle branche sur deux. Les nouvelles branches apparaissent à la suite de la taille précédente.

Les différentes étapes :

  • Supprimez le bois abimé ou mort, les fruits momifiés et les branches qui se croisent.
  • Aérez l’arbre en coupant les branches qui poussent vers l’intérieur.
  • Raccourcissez les branches charpentières, les branches principales, les plus grosses, à 25 cm environ. Taillez au-dessus d’un œil qui pointe vers l’extérieur. Le développement de la branche principale se fera de manière plus droite. Les branches latérales bénéficient mieux de la sève.
  • Taillez les branches latérales au-dessus du troisième œil en partant de la base de celle-ci.
  • Les hivers suivants, vous supprimerez une des deux branches, s'étant développées sur les yeux. Choisissez de préférence celles qui ne portent pas de bourgeon à fleurs, donc à fruit.

Profitez de cette taille pour ôter les lichens et les mousses sur l’écorce du tronc en le brossant. Badigeonnez-le ensuite avec de la chaux, cela permet de détruire les nuisibles qui hivernent.

La taille de votre poirier en cordon

Dans le cadre de la taille des arbres palissés en cordon, vous conservez au moins deux branches charpentières, situées de part et d’autre du tronc, à l’horizontale. Grâce à cette position des branches, la circulation de la sève est assurée et la productivité est optimale.

Les différentes tailles du poirier en cordon :

La taille d’entretien : elle consiste à couper les pousses verticales provenant des branches charpentières, à deux yeux.

La taille de fructification : au cours de cette taille, raccourcissez les coursonnes au-dessus du 2e ou 3e bourgeon. Privilégiez les bourgeons à fleurs.

Comment procéder à la taille d’été de vos poiriers ?

La taille d’été s’appelle aussi la taille en vert. Celle-ci se fait en juillet. Vous la réalisez avec un petit sécateur.

Vous commencez par ôter certaines poires, après qu’elles sont naturellement tombées en juin. Avec un ciseau fin, ôtez certains fruits en ne gardant que 10 à 15 fruits par mètre de branches charpentières. Gardez les fruits les plus gros.

Sur les poiriers en plein vent ou en gobelet, à l’aide d’un sécateur de force, supprimez les gourmands qui se sont mal développés en hiver. Ils donnent souvent deux pousses, une en oblique et l’autre, verticale. Voici comment faire :

  • Coupez les pousses très verticales et vigoureuses qui se développent sur les charpentières, à ras.
  • Conservez les pousses obliques et taillez-les au-dessus du 8e œil. Cela évite de leur donner trop de force.

Sur les poiriers palissés, pincez les branches à quelques millimètres au-dessus d’une feuille :

  • Conservez 5 à 7 feuilles en partant du tronc sur les nouvelles pousses ne présentant pas de fruits.
  • Gardez 5 à 7 feuilles après le fruit si la branche en porte.
  • Supprimez tous les rameaux, susceptibles de faire de l’ombre aux fruits et qui consomment de la sève pour rien.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.