Maison autonome : une habitation écologique

Maison Autonome

La maison autonome : un concept qui séduit et n’a pas fini d’enthousiasmer de nombreuses personnes ! Il faut dire que les raisons sont nombreuses pour se laisser charmer par cette idée : écologiques, économiques, bien dans la tendance actuelle, goût pour une certaine autonomie, crainte pour notre avenir et les conséquences qui en découlent… Autant d’arguments propres à convaincre un large public.

Qu’est-ce qu’une maison autonome ?

La maison autonome est souvent appelée maison énergie zéro. C’est une habitation écologique et indépendante énergétiquement. L’objectif à atteindre est simple : la maison produit elle-même l’énergie qui est nécessaire à la vie quotidienne de ses occupants. Généralement, elle consomme en moyenne à peu près 100 kWh par m² et par an, pour le chauffage, le chiffre est 15 kWh par m².

Si la maison peut être autonome d’un point de vue énergétique, c’est parce qu’elle utilise des énergies renouvelables comme les panneaux photovoltaïques ou solaires, les éoliennes… sans faire appel à une source extérieure pour lui permettre de se fournir en énergie. Même si ce concept peut paraitre étonnant à certains, ce type d’habitation est très confortable et agréable à vivre.

Ma Maison Autonome
© Mamaisonautonome Modèle Sam Suffit

Elle reprend quelques caractéristiques fortes d’autres maisons : comme  l’économie d’énergie de la maison bioclimatique, une domotique agréable comme la maison domotique et une écologie énergétique parfaite comme la maison HQE.

Principes et fonctionnements

Ce sont les procédés utilisés qui permettent à cet habitat d’être autonome :

  1. Isolation extérieure et intérieure importante:
  • Murs très épais
  • Triple vitrage
  • Isolation de haute qualité au niveau des murs, des sols, des combles, des fenêtres
  • Toiture et parois végétalisées
  • Puits canadien
  1. Panneaux solaires photovoltaïques
  2. Éolienne
  3. Plancher chauffant à l’énergie solaire

La maison autonome assure sa consommation énergétique sans avoir recours à une source extérieure, son besoin en chauffage est tellement minime qu’elle ne consomme pas plus de 15 kWh/m²/an. C’est seulement la qualité de son isolation qui procure une autonomie remarquable à ce type de construction : murs et plancher chauffant grâce aux rayons solaires, triple vitrage, grande épaisseur de murs, toiture végétalisée. Le tout compléter par des fenêtres très isolantes, des volets ou des stores spécifiques.

Pour qu’elle soit complètement autonome, il faut que sa gestion d’eau le soit également. Elle possède un système de traitement des eaux usées, de collecte des eaux de pluie et de chauffage sanitaire de l’eau. L’eau de pluie est uniquement à usage domestique, elle ne peut faire office d’eau potable à boire.

Que ce soit une maison autonome, bioclimatique, domotique, HQE, elle est respectueuse de l’environnement et écologique.

Le chauffage d’une maison autonome est produit par des énergies renouvelables : le bois est souvent utilisé par le biais de la cheminée ou de poêle adapté : poêle à accumulation ou hydro, appelé poêle bouilleur. Capables de chauffer des surfaces importantes, ils sont utiles en cas de froid intense.

Les panneaux solaires thermiques peuvent participer au chauffage et à la production d’eau chaude uniquement : chauffe-eau solaire pour la production de l’eau chaude sanitaire ou système solaire combiné pour le chauffage et l’eau chaude.

Panneau Solaire Thermique
© France Chauffage Solaire

Pour ne plus passer par le réseau électrique classique, il faut produire sa propre électricité. Différents systèmes existent alors : installation d’un système à énergie renouvelable de type éolien, photovoltaïque ou hydraulique, ils peuvent être combinés si nécessaire.

Les éoliennes peuvent être privilégiées dans les régions très venteuses, le solaire quand le soleil est très présent, et l’hydraulique, si vous bénéficiez d’une source d’eau à proximité. Les différentes sources peuvent aussi être mixées. Le principal étant que le résultat soit bien là. Les batteries qui stockent l’énergie électrique peuvent venir combler des petits manques éventuels à certains moments.

Les panneaux aérovoltaïques représentent une bonne solution, car ils permettent de produire de l’électricité à partir du soleil et assurent un complément de chauffage via une ventilation d’air chaud. Ils peuvent rafraichir la maison en été.

Panneaux Aérovoltaïques
© Quelle Energie

Les avantages

La maison autonome présente de nombreux atouts :

  • Vous choisissez en toute liberté vos matériaux et vos systèmes de chauffage…
  • Vous gérez de manière totalement autonome vos consommations d’énergie
  • Vous évitez le paiement des abonnements au gaz ou à l’électricité
  • Vous faites appel à une consommation locale, vous évitant ainsi de désencombrer le réseau français
  • Vous utilisez des ressources écologiques et renouvelables
  • Vous réduisez ainsi considérablement l’impact environnemental de la maison

Les inconvénients

Malgré tous ces atouts, il subsiste tout de même certains inconvénients à la maison autonome :

  • L’investissement élevé qu’elle exige au départ : cela est atténué par la suite puisque vous ne dépensez que très peu d’énergie pour le fonctionnement courant de la maison.
  • Le réseau ne prend pas le relai en cas de dysfonctionnement de vos équipements, puisque votre habitation n’est pas raccordée.
  • Vous avez une charge de maintenance et d’entretien plus élevée du fait de la multiplication des équipements que vous possédez.
  • Il faut prévoir un terrain suffisamment grand pour pouvoir installer l’ensemble des différents systèmes à l’extérieur : panneaux solaires, récupérateurs d’eau de pluie, éolienne, puits canadien…
  • Une pièce pourra être dédiée aux équipements qui sont installés à l’intérieur comme le ballon solaire, le poêle, les batteries…

Les tarifs

Le coût de construction d’une maison autonome est plus élevé. Il faut compter environ de 15 à 20% de plus que dans le cadre d’une habitation classique à superficie égale. Selon la taille et les installations que vous avez choisies, la somme peut s’élever de 15 000 à 25 000 euros en plus.

Pour une maison toute simple low-cost de 120 m², le prix sera de 120 000 euros. Une maison haut de gamme de la même superficie vous coutera environ 180 000 euros et 360 000 euros pour une maison de 200 m². Cet investissement de départ plus important est largement compensé par la suite.

Maison autonome : les chiffres

La maison autonome vous permet d’économiser sur les dépenses énergétiques et thermiques (et donc améliorer la classe énergie), sur la production d’eau froide pour arroser votre jardin, ou la production d’eau chaude.

Vous n’avez plus d’abonnements à régler aux distributeurs ni frais de consommation d’énergie. L’économie est appréciable et votre maison est vite rentabilisée même si son coût de départ est plus élevé. De plus vous participez largement à la préservation de l’environnement. Décider de passer par une maison autonome, c’est capitaliser sur l’avenir. Pour avoir un repère, sachez que chaque ménage consomme en France environ 7 379 KWh. En moyenne pour une maison de 100 m², vous économisez 2850 euros par an. Quant à l’eau, elle représente un peu moins de 1 000 euros par an pour une famille de 4 personnes, ce qui contribue à diminuer considérablement les charges du ménage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.