Comment filtrer l’eau de pluie ?

Filtrer Eau De Pluie
Pour devenir autonomes, beaucoup d’entre nous optent aujourd’hui pour un récupérateur d’eau de pluie. C’est un procédé à la fois écologique et économique. L’eau de pluie est souvent utilisée dans les maisons écologiques. Être autonome permet de ne plus dépendre du réseau d’eau public et donc de gagner en indépendance.

Recycler l’eau de pluie

L’eau de pluie n’est pas potable dans son état naturel. Il faut donc la filtrer avant de l’utiliser, c’est la condition essentielle pour aller vers l’autonomie.

Attention : l’eau de pluie n’est pas potable telle qu’elle, il faut la filtrer avec soin pour qu’elle soit débarrassée des micro-organismes qu’elle contient notamment les bactéries et les virus, mais également les polluants chimiques comme les métaux lourds, les pesticides et les nitrates, les végétaux, les poussières, insectes… Plusieurs étapes de filtration sont alors nécessaires.

Récupérateur D’eau De Pluie
© istock

Comment filtrer l’eau de pluie ?

Il faut savoir que l’eau de pluie ne peut pas être utilisée si elle n’a pas été filtrée avant. Il existe plusieurs procédés de filtration.

Le filtre à sédiments

L’eau qui a été stockée contient souvent des particules en suspension qu’il est nécessaire d’éliminer. Il s’agit généralement de poussières, de matières organiques qui viennent de la toiture et de très fines particules de végétaux. C’est ce qui explique que l’eau soit trouble.

Dans le cas où la préfiltration est suffisante pour ne pas laisser passer de grosses particules dans la cuve et que le pompage est réalisé dans de bonnes conditions, il n’est pas obligatoire d’utiliser un filtre à sédiments de 50 millièmes de millimètre. Certains sont en nylon et se lavent afin d’éviter des changements fréquents.

Le filtre à cartouches

Il est parfait pour obtenir une filtration plus fine. En effet, il faut alors filtrer progressivement à l’aval de la pompe. On le réalise grâce à des cartouches constituées de microfibres de polypropylène thermosoudées qui sont placées dans un corps de filtre transparent, ce qui permet de visualiser l’état de la cartouche en elle-même. Le débit d’eau est cependant diminué, et cela d’autant plus que la finesse de filtration est importante.

Le porte-filtre est fixé au mur avec une équerre métallique et une vanne est mise de chaque côté pour remplacer facilement la cartouche si nécessaire. Certains sont munis d’un by-pass qui permet ce changement sans interrompre le flux d’eau. Les diamètres de raccordement sont de ¾ de pouce, en général.

Les cartouches filtrantes sont à remplacer régulièrement, une fois par an pour que le débit redevienne normal.

Le filtre à charbons actifs

C’est un bon complément au filtre à cartouche et une bonne solution pour éliminer les matières organiques présentes dans l’eau. Cela permet également de réduire les mauvaises odeurs. Le charbon actif possède un pouvoir d’absorption très important. Il retient de ce fait un grand nombre de particules qui proviennent de la décomposition des matières organiques comme les traces d’excréments d’animaux ou la décomposition des feuilles, mais également de certaines substances comme le radon, le chlore ou les pesticides et autres polluants organiques. Il permet également de neutraliser les colorations de l’eau venant des acides humiques.

Les charbons actifs ne modifient en rien la composition minérale de l’eau. Il n’agit pas forcément sur les nitrates. C’est en fait une sorte de charbon de bois qui présente une grande surface spécifique ce qui lui permet d’avoir des capacités d’absorption très importantes.

Le filtre à charbon vous coûtera entre 30 et 60 euros selon les marques. Il faut l’entretenir en changeant simplement le charbon tous les six mois environ. Évidemment, cela peut varier avec le type de molécule, la concentration, le débit et régime de travail et la température. Il est commercialisé généralement en sac de 25 kilos, mais vous pouvez l’avoir dans d’autres conditionnements sur demande.

La microfiltration et l’ultrafiltration

Ces méthodes permettent surtout de filtrer des petites quantités d’eau, car le débit s’affaiblit. On ne peut pas ne pas les évoquer, mais elles sont peu utilisées. Ce sont des moyens qui filtrent les bactéries présentes dans l’eau et même les plus petites. La microfiltration ne permet cependant pas de filtrer les virus.

Les cartouches de microfiltration sont en céramique et elles doivent être associées à des filtres très fins pour obtenir une filtration progressive qui permet de ralentir l’effet du colmatage. L’eau passe par la cartouche qui contient un noyau en charbon actif. C’est son débit très faible qui fait qu’elle est peu utilisée dans un usage domestique.

L’ultrafiltration est encore plus fine et elle retient de ce fait l’ensemble des virus et bactéries. C’est un procédé qui est utilisé dans le cadre de la production d’eau potable, dans l’industrie alimentaire et dans le traitement des eaux usées. Les débits s’élèvent à 200 ou 300 litres par heure.

Ce sont des dispositifs assez chers, d’autant plus qu’il faut changer la cartouche assez souvent. Chacune d’elle vaut entre 200 et 300 euros.

L’osmose inverse

Les appareils fonctionnant à l’osmose inverse filtrent l’eau avec finesse et précision. Ils permettent d’ailleurs de filtrer certaines eaux contaminées accidentellement par la pollution d’origine industrielle et agricole, chimique ou pathogène en raison de leur fiabilité. Ils sont composés d’un préfiltre, d’une ou plusieurs membranes, d’une pompe ainsi que de vannes de réglage.

C’est une technique membranaire, consistant à faire passer l’eau sous l’effet de faible épaisseur semi-perméable ce qui permet de laisser passer l’eau sans les sels minéraux qui sont dissous.

L’osmose se traduit par le passage de l’eau déminéralisée vers l’eau minéralisée à travers la membrane. C’est ce que l’on appelle le flux osmotique. C’est la différence de pression sur l’eau qui est alors dite : pression osmotique, en fonction de la concentration en sels dissous dans l’eau. Grâce au principe de l’osmose inverse, on peut obtenir soit de l’eau minéralisée soit de l’eau déminéralisée. Elle permet d’éliminer entre 85 et 99 % des sels minéraux contenus  dans l’eau.

Les membranes sont fabriquées le plus souvent en acétate de cellulose ou en polyamide et leur durée de vie dépend de la quantité de sels minéraux que contient l’eau que vous filtrez. Pour éviter le colmatage, le système utilise de l’eau pour rincer la membrane. La quantité est située environ entre 2 et 5 litres d’eau de rinçage pour 1 litre d’eau filtrée. Cette eau pourra facilement être récupérée et employée pour arroser le jardin.

Le débit reste faible puisqu’il s’élève à quelques dizaines de litres par heure. Il demande un entretien régulier et il faut suivre les conseils donnés par le fabricant pour ne pas avoir de réduction de la qualité de l’eau et la durée de vie de la membrane. Il faut remplacer le charbon actif et le préfiltre et changer la membrane tous les deux ans. Le coût de cette installation est de 300 à 600 euros selon la composition du pack vendu.

La lampe à UV

Ce principe est utilisé dans le milieu médical et notamment pour les stérilisateurs à UVc qui agissent contre les micro-organismes comme les champignons, les bactéries et les virus, ainsi que les moisissures.

Ces appareils se composent de deux parties : la chambre de traitement qui est la partie principale. L’enceinte étanche contient la lampe à UVc et l’eau circule autour et est ainsi éclairée par le rayonnement de la lampe.

Le coffret électrique : il alimente le stérilisateur et sert à contrôler le fonctionnement de l’appareil. La lampe se change toutes les 9 000 ou 10 000 heures de fonctionnement.

Il faut cependant pour que le résultat soit parfait que l’eau ait déjà été filtrée. Il faut faire appel à un spécialiste pour que celui-ci détermine la dimension nécessaire de l’appareil.

L’installation coûte entre 450 et 700 euros pour le pack complet. Il faut l’entretenir et changer la lampe régulièrement, tous les ans généralement, celle-ci a un prix de 90 euros.

Bon à savoir :

Pour que l’eau soit considérée comme potable, il faut la faire analyser par un laboratoire de la DDASS à vos frais bien entendu. La citerne que vous utilisez pour recueillir l’eau de pluie destinée à un usage domestique doit être en béton pour résister à l’acidité de celle-ci. Le béton permet de réguler le pH de l’eau.

Récupérer Et Filtrer Eau De Pluie
© istock

Que dit la loi à ce sujet ?

La récupération de l’eau de pluie et son utilisation sont en France soumises à une législation, arrêté du 21 août 2008 paru au Journal officiel n° 0201 du 29 août 2008. La raison est simple, c’est parce que les eaux de pluie peuvent contenir des micro-organismes pathogènes et ne respectent pas les normes de l’eau potable.

Selon la législation :

  • Dans les habitations, les robinets alimentés par l’eau de pluie de qualité différente sont interdits dans une même pièce.
  • L’eau de pluie, que vous collectez des toitures, n’est employée que pour les toilettes, les usages domestiques en extérieur et le lavage des sols intérieurs.
  • Les équipements destinés à récupérer l’eau de pluie seront régulièrement entretenus.
  • Sur les canalisations doit absolument être mentionné : "eau non potable".
  • Si les eaux que vous récupérez sont utilisées et renvoyées dans les égouts, vous devez régler une taxe d’assainissement et le déclarer à la mairie.

À lire aussi : A la maison, économiser l'eau, ça coule de source !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.