Vous avez constaté l’apparition de taches suspectes sur vos murs, des traces blanches qui ressurgissent sans cesse après que vous les ayez enlevées. Vous vous rendez compte que votre papier peint à tendance à se décoller, que vos peintures s’effritent légèrement par endroit. Il y a de fortes chances pour que votre habitation soit envahie par le salpêtre, appelé également nitrate de potassium. Vous vous demandez pourquoi et comment il est arrivé là. La cause est l’humidité qui stagne et les remontées capillaires. En lisant cet article, vous allez comprendre les dessous de ce phénomène, savoir comment en venir à bout et comment prévenir sa survenue.

Qu’est-ce que le salpêtre ?

Le salpêtre signifie littéralement Sel de pierre, il est constitué de sels minéraux que l’on retrouve dans les eaux souterraines. Il se forme lorsqu’il est mis en contact avec des maçonneries. C’est une efflorescence que l’on peut voir apparaitre sur les parpaings, les pierres, les murs en béton ou les briques d’une maison.

Si ce sont les matériaux sur lesquels il aime s’installer et souvent de manière durable, cela est dû à la réaction chimique entre les matières organiques des matériaux de construction et des sels minéraux que contient l’eau souterraine. Les bactéries des eaux au contact du carbonate de potassium se trouvant dans les maçonneries donnent le salpêtre.

Cette réaction se manifeste sous la forme de traces blanchâtres ou grisâtres sur les murs extérieurs ou intérieurs. Dans votre habitation, le phénomène est le plus souvent causé par les remontées d’eau par capillarité.  Dans les vieux bâtiments, l’eau du sol remonte et le salpêtre se forme si les murs sont humides et les pièces mal ventilées. Une fous le mur sec, il reste des sels minéraux incrustés : le salpêtre.

Comment reconnaître la présence de salpêtre sur vos murs ? Quels sont les signes de sa présence ?

Le salpêtre est facilement identifiable par le dépôt blanc ou gris que l’on peut comparer à de petits cristaux se trouvant sur un mur. Il est souvent situé en bas des murs, toutefois, on le retrouve parfois également dans les parties hautes d’une maison. La plupart du temps, il apparait dans ces endroits suite à des travaux ou des réparations mal exécutées et qui ont permis à l’humidité d’être emprisonnée en hauteur.

salpetre sur un mur vue de pres

Salpêtre (nitrate de potassium), sur un mur.

Il est dans certains cas accompagné d’autres phénomènes simples à détecter comme les moisissures. Quelques signaux doivent vous alerter :

  • La peinture qui s’effrite ;
  • Les traces blanches bien entendu ;
  • Le papier peint, enduits, plâtre et autres revêtements qui ont tendance à se décoller ;
  • Les murs qui gondolent.

Quels sont les dangers du salpêtre ?

Il existe deux sortes de danger : l’un pour votre état de santé général et l’autre pour la maison en elle-même qui s’en trouve forcément affectée.

Les conséquences du salpêtre sur votre santé :

Il faut tout d’abord savoir que quand on repère le salpêtre, cela signifie que l’humidité était présente dans l’habitation depuis déjà un certain temps. Vous imaginez alors que l’état de santé de ses occupants a commencé à se dégrader. Les adultes soumis à ces conditions s’exposent à des maladies respiratoires comme la bronchite chronique, l’asthme, la bronchite asthmatiforme, les rhinites chroniques et les allergies respiratoires.

L’humidité favorisant l’apparition de bactéries, de champignons, on retrouve souvent de l’eczéma, des éruptions de boutons, des loques ou de l’urticaire sur tout ou partie du corps. Bien entendu, le risque augmente encore si la personne est prédisposée à ces maladies.

Comme vous pouvez l’imaginer, chez les enfants, le facteur risque est plus important. En plein développement, les conditions dans lesquelles ils grandissent influencent leur vie sur le moment, mais également pour l’avenir. Les chances de présenter l’une des maladies citées précédemment sont multipliées par 3.5.

La plupart du temps, ils sont victimes d’une toux chronique ou même ils peuvent être sujets aux pneumonies. Si le salpêtre est ingéré accidentellement par un enfant ou votre animal de compagnie, il peut provoquer : des problèmes cardiaques, digestifs plus ou moins importants, des vertiges, maux de tête et faiblesses musculaires. Si la période d’ingestion est plus longue, il existe un risque d’anémie et manque de vitamines, des dérèglements thyroïdiens, l’apparition d’hyperactivité et une inflammation rénale.

Chez les adultes, les autres risques connus sont le cancer, nitrites et nitrates étant classés comme potentiellement cancérigènes. La cyanose peut toucher les bébés en particulier, elle se traduit par une mauvaise oxygénation du sang.

Les dangers du salpêtre sur la maison en elle-même :

Tout d’abord, il faut le savoir, enlever les taches disgracieuses sur les murs n’élimine pas le salpêtre qui reste bel et bien là. C’est pourquoi il est nécessaire de traiter la cause. Il traverse toutes les couches du mur et les effets visibles comme ceux que nous avons déjà cités ne sont qu’un aspect du phénomène. La conséquence la plus dangereuse et importante, c’est qu’il détruit les matériaux. Les conséquences sont alors multiples :

  • La détérioration des différents matériaux : les sels minéraux rongent peu à peu les matériaux entrainant de lourdes dégradations sur les maçonneries.
  • La perte de valeur de votre bien immobilier : le salpêtre étant assez simple à repérer, le prix de celui-ci va considérablement chuter puisque le nouveau propriétaire va devoir initier le traitement nécessaire et évaluer le degré de dégradation.
  • L’aspect esthétique : il est évident qu‘à l’extérieur comme à l’intérieur, ces traces blanches ou grises ne sont pas agréables à voir et endommagent forcément la beauté de votre maison.
  • Il abime peu à peu la pierre qui s’effrite et se transforme en poudre, fragilisant ainsi les murs et toute la construction.

Les différences entre salpêtre et moisissure ?

apparition du salpetre sur mur en pierre-

© Fotolia

Le salpêtre contrairement aux moisissures n’est pas un champignon, c’est un dépôt de sels minéraux. Sur les murs anciens et humides, on le retrouve sous forme de petits cristaux de sel une fois que le support est sec . Il est dû aux bactéries, à l’humidité et à une température comprise entre 10 et 15°C. Il est assez simple de les décoller avec une brosse et même à l’eau chaude.

Les moisissures sont des champignons, appelées spores qui mesurent généralement moins de 10 microns. Ces dernières sont présentes dans l’air comme les bactéries, leur densité est assez peu élevée bien qu’elles le soient plus près des bois ou parcs. Dans votre maison, si vous avez un pourcentage élevé d’humidité dans une pièce ou vos pièces, la concentration sera d’autant plus forte. Il faut savoir qu’en se développant, elles produisent de nouvelles spores et elles prolifèrent ainsi assez rapidement.

Vous ne pouvez pas ôter la moisissure, il faudra effectuer un traitement sérieux et faire attention aux causes ayant provoqué ce problème. Joints défectueux, humidité qui stagne dans les espaces d’eau… Autant d’éléments qui sont responsables de la survenue de moisissures. Si le salpêtre ne dégage aucune odeur, en revanche ce n’est pas le cas des moisissures qui entrainent des effluves malodorants.

Les causes de l’apparition du salpêtre

  • L’infiltration d’eau : Lorsque nous parlons d’infiltration d’eau, il s’agit d’eau de pluie qui pénètre directement par votre toit ou vos murs, il faut pour cela qu’ils soient poreux ou qu’ils présentent des fissures, des joints n’étant plus étanches ou des gouttières qui seraient bouchées. C’est d’abord à l’extérieur que les dégâts apparaissent avant de s’étendre à l’intérieur.
  • Pièce pas aérée ou insuffisamment : si elle n’est pas beaucoup aérée, surtout lorsque c’est une pièce d’eau comme la salle de bain, le risque de salpêtre est plus élevé. Séchez parfaitement les flaques d’eau pour éviter que l’eau stagne.
  • Remontées capillaires : c’est quand l’humidité présente dans le sol remonte et que les murs sont infiltrés par celle-ci. Il y a plusieurs raisons à cela : les façades peuvent ne pas être imperméabilisées correctement, les fondations sont dans l’eau ou lorsque la construction possède des réseaux capillaires surtout s’ils sont fins, qui permettent à l’eau de s’élever à travers les murs.
  • La pression hydrostatique : c’est en fait la pression exercée par l’eau sur les fondations d’une bâtisse. Celle-ci provoque alors une infiltration d’eau et un taux d’humidité élevé. Cela se produit généralement sur les terrains en pente, si votre maison est bâtie sur une nappe phréatique ou quand l’eau de pluie a tendance à stagner trop durablement.
  • Température favorable au développement : les températures qui risquent d’aggraver la situation et d’aider à la prolifération sont comprises entre 10 et 15°C.
  • Absence de traitement du bois : Si le bois n’est pas traité contre l’humidité, l’eau s’infiltre dedans en raison de sa structure ligneuse. Il emmagasine très facilement l’humidité qui circule alors par capillarité dans les canaux et réseaux. Cela entraine alors des moisissures et du salpêtre.

Mauvaise hygiène : le phénomène s’accentue dans des cas bien précis : si vous avez des problèmes de canalisations et d’évacuation de l’eau, lorsque des fuites quasiment invisibles s’installent durablement, en cas d’usure des joints au niveau des fenêtres, de la tuyauterie ou lors d’éventuelles inondations. Il faut être vigilant et maintenir votre maison en parfait état pour éviter ces problèmes.

Les traitements du salpêtre

Les traitements les plus efficaces sont effectués par des professionnels de l’humidité. Après un état des lieux et un diagnostic sérieux, la plupart du temps gratuit, le spécialiste vous propose un traitement. Généralement, celui-ci sera parfaitement complet au bout de trois ou quatre mois. Il faut bien entendu traiter la cause pour éviter que la situation ne revienne. C’est pourquoi le diagnostic est indispensable.

Si le bâtiment est assez récent, c’est que la protection contre l’humidité n’a pas été bien prise en compte. Si l’étude du sol n’a pas été faite, dans ce cas, une nappe phréatique peut ne pas avoir été repérée. Et parfois il s’agit d’une mauvaise mise en œuvre de l’étanchéité ou du système de drainage. Dans les maisons anciennes, le phénomène peut apparaitre brutalement. Souvent les causes sont dues à un fossé de drainage qui aurait été supprimé, quand on construit un étage supplémentaire, fragilisant les fondations et facilitant les remontées d’eau ou quand le terrain se surélève et qu’un mur poreux se retrouve en contact avec le sol. Si vous découvrez un mur en pierre humide, refaire les joints à la chaux est suffisant pour pallier le problème.

Dans tous les autres cas, différents traitements peuvent être envisagés :

  • La centrale d’assèchement électronique, elle utilise la pression hydrostatique par diodes électriques pour refouler l’eau présente dans les murs. Il ne faut cependant pas que le mur concerné soit sous terre. Elle peut être installée à titre préventif. Ce traitement avec la pose de la centrale et les sondes est proposé à un tarif compris entre 500 et 1000 euros pour un mur de 20 mètres.
  • L’injection de résine hydrophobe est un traitement très efficace, mais un peu délicat. Il est effectué dans la partie basse du mur. Le but est de créer une barrière étanche. Cette technique est parfois critiquée au prétexte que l’eau remonterait alors vers le haut. Le prix varie en fonction de l’état du mur et du type de résine injectée. Il est compris entre 20 et 200 euros le mètre linéaire.
  • Si vous optez pour un drain béton et PVC, il faut que l’état du mur le permette, vous en aurez pour 20 à 25 euros le mètre, sans compter le prix des travaux à réaliser.
  • Pour une membrane étanche, il faut compter de 100 à 200 euros le mètre linéaire.

Traitement préventif

Pour éviter ses désagréments, il existe heureusement différentes manières de lutter contre le problème à titre préventif

  • Le déshumidificateur: il permet de contrôler l’humidité d’une pièce et cela peut être particulièrement utile dans les pièces d’eau qui posent problème. Pour réguler correctement son taux d’hygrométrie il faut bien choisir son équipement en tenant compte du volume de la pièce, du débit d’air de l’appareil : plus il est élevé plus il est efficace et de la capacité d’extraction de l’humidité. Certains critères s’avèrent utiles, le niveau sonore et le réglage possible de l’hygrostat.
  • Le produit hydrofuge est un bon traitement en prévention. Il s’applique en plusieurs couches et protège complètement de l’infiltration d’eau en l’empêchant. Il peut convenir aux murs extérieurs et intérieurs, aux toitures et aux surfaces horizontales. Il permet aux revêtements de respirer. Il aide l’eau à ruisseler ainsi que les salissures sans pour autant former de film.
  • La surveillance: soyez vigilant quant à l’humidité présente dans votre maison, veillez à ce que l’eau ne stagne ni sur votre terrain ni dans les pièces d’eau. Si vous n’avez pas une ventilation suffisamment performante, redoublez d’attention, aérez régulièrement ! Observez votre habitation et agissez dès que vous repérez la moindre anomalie. En cas de doute, faites appel à un professionnel.
Salpêtre sur les murs : Qu’est-ce que c’est ? Comment le traiter ? Quels sont les dangers ?
4.6 (92.86%) 28 votes