Quelles différences entre une gouttière et un chéneau ?

Chéneau Et Gouttière
Le chéneau et la gouttière ont un point commun, ils collectent tous les deux l’eau de pluie. Leur principale différence réside dans l’emplacement qu’ils occupent sur votre toiture. La gouttière est apparente, et peut être rampante ou pendante. Le chéneau est ancré directement dans le gros œuvre. Petit zoom sur les différences entre gouttière et chéneau !

Définitions des deux systèmes

La gouttière : c’est l’endroit où les eaux de pluie s’écoulent sous la forme de gouttes. C’est-à-dire que c’est grâce à elles que l’eau s’évacue de la toiture lors des pluies. Elle se présente le plus souvent sous la forme d’un canal en demi-cylindre, suspendu à des crochets et ouvert sur le dessus. Les gouttières sont visibles dès lors que vous regardez les maisons. Elles sont situées au-dessus de la façade sur le bord des toits et elles peuvent descendre le long de la façade. On parle de gouttière rampantes et pendantes :

  • Les gouttières pendantes se déclinent dans toutes les formes et toutes les teintes pour s’adapter parfaitement à la façade et au style de la maison.
  • Les gouttières rampantes sont discrètes, car elles suivent directement les tuiles ou reposent sur une jolie corniche.

Elles sont présentes dans différents matériaux que vous choisissez par rapport au climat de la région dans laquelle se situe la saison. Il faut également se renseigner auprès du service de l’urbanisme de votre localité pour connaitre les modalités existantes. Elles sont généralement en zinc ou en aluminium.

Le chéneau : c’est également un conduit par lequel les eaux de pluie sont collectées avant de se déverser via les dégorgeoirs ou les tuyaux de descente selon le type d’habitation. Il a le même usage que la gouttière. La différence primordiale repose sur le fait que les chéneaux sont invisibles sans monter sur le toit.

Dans tous les cas, ces dispositifs permettent à l’eau de pluie de s’évacuer tout comme les tuyaux, les filtres et les siphons afin d’éviter toute infiltration éventuelle. Ils sont donc indispensables et ils permettent d’avoir ainsi une toiture en bon état. Ils sont réalisés avec des orifices permettant aux fontes des neiges et aux pluies en cas de tempête.

Le chéneau est généralement fabriqué en zinc, en inox, en acier ou en cuivre. Il est équipé d’un orifice qui sert à évacuer le trop-plein d’eau de pluie afin de minimiser les risques d’infiltration dans les murs de la maison si jamais le conduit était obstrué.

Sa profondeur et sa largeur sont déterminées en fonction de la superficie de la toiture, mais globalement, il présente toujours des dimensions plus importantes que les ²gouttières. Le chéneau est fabriqué sur mesure alors que la gouttière est fabriquée aux dimensions standards.

Gouttiere Cheneau
© istock

Les critères qui différencient gouttières et chéneaux

Le premier indice est l’emplacement du matériel

Chacun de ces dispositifs occupe un emplacement très spécifique sur la toiture. La gouttière est suspendue à l’extrémité de la pointe du toit. Le chéneau est au contraire intégré à la maçonnerie et au corps du toit. Il est généralement placé à la base de la toiture ou entre deux versants. Il est soutenu par différents matériaux comme le bois, la pierre ou le ciment, par exemple. Pour voir un chéneau, il faut grimper sur le toit avec une échelle.

La fragilité diffère d’un dispositif à l’autre

La gouttière est beaucoup plus fragile que le chéneau. Ce dernier peut supporter le poids d’un homme.

Suivant l’architecture et la date de la construction

Dans l’architecture classique, on trouvait des chéneaux sur les bâtiments, c’est d’ailleurs encore le cas de nos jours pour des raisons purement esthétiques. En revanche, sur les constructions modernes, on trouve plus facilement des gouttières. Si on a opéré une telle transition, c’est pour les raisons suivantes :

  • L’entretien de la gouttière est plus simple, car la gouttière est plus basse que le chéneau. Vous enlevez par exemple plus facilement les feuilles.
  • La pose de la gouttière est plus simple, car elle n’a pas besoin d’un agencement spécifique de la toiture.

Vous voyez plus facilement les défauts et les problèmes sur une gouttière comme savoir si elle est cassée ou percée. En revanche, il est nécessaire de monter sur le toit pour examiner celui des chéneaux, la tâche étant de ce fait moins accessible et plus compliquée.

On retrouve le plus souvent des chéneaux sur certains bâtiments :

  • Les bâtisses anciennes comme les longères et les corps de ferme.
  • Les maisons récentes, mais qui présentent une architecture complexe comme une toiture à 4 pans.
  • Des bâtisses industrielles dont la toiture s’étend en longueur.
  • Sur les bâtiments collectifs plus que sur les constructions individuelles.

Les maisons modernes individuelles sont équipées pratiquement systématiquement de gouttières. Cependant, il est également possible de mixer les deux solutions sans problème.

Il faut savoir que les gouttières seules peuvent être très efficaces grâce à leur grand nombre notamment, mais également mieux positionnées.

On opte pour des chéneaux dans certaines circonstances particulières comme dans la création d’une extension de toit.

Comment se présentent les chéneaux ?

Les chéneaux sont la plupart du temps posés ou encastrés sur les bâtiments anciens. Ils se présentent sous différentes formes :

  • Les chéneaux à l’anglaise ;
  • Les chéneaux sur versant ;
  • Les chéneaux sur deux versants ;
  • Les chéneaux contre mur.

Il faut les vérifier au moins deux fois par an, car s’ils sont obstrués, ils risquent de provoquer une infiltration qui sera plus grave qu’un simple examen à réaliser.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.