Blog décoration et maison Ctendance

Entretien de la maison

7 Français sur 10 craignent d’être infestés par les punaises de lit !

Les punaises de lit en France font l'actualité en ce moment ! Nous avons voulu connaître le sentiment des Français et des Françaises en confiant à l’institut Selvitys une enquête exclusive !

Amandin QG

Publié le

Mis à jour le

Depuis plusieurs semaines, les punaises de lit ont envahi l’actualité en France, mais aussi à l’étranger où l’on scrute de près le phénomène à l’œuvre dans l’hexagone. À un an de l’ouverture des Jeux Olympiques à Paris, l’inquiétude grandit devant la recrudescence de ces insectes piqueurs dont il est particulièrement difficile de se débarrasser dès lors qu’ils ont établi domicile dans votre chambre à coucher ou votre canapé.

Face à cette déferlante d’informations, Ctendance a voulu connaître le sentiment des Français et des Françaises en confiant à l’institut Selvitys le soin d’interroger 2 000 d’entre eux les 6 et 7 octobre dernier.

À lire Sniper 1000 EC contre les punaises de lits : un insecticide interdit toujours en circulation en France !

Cette étude montre notamment que s’ils sont partagés sur la portée d’une telle médiatisation, un nombre non négligeable de nos concitoyens ont d’ores et déjà modifié certaines de leurs habitudes, inspectant plus scrupuleusement lits, vêtements et sacs, diminuant les sorties au cinéma et évitant les achats de seconde main. Un comportement qu’explique leur crainte – ils sont près 7 sur 10 à le dire – d’être infestés à leur tour.

Pour autant, les personnes interrogées sous-estiment clairement les difficultés auxquelles elles seraient confrontées si elles venaient à être infestées, tant sur le plan de ce qu’un traitement leur coûterait que sur sa durée pour qu’il s’avère réellement efficace.

67% des Français.es craignent d’être infestés

Plus de 8 Français sur 10 (86%) indiquent n’avoir jamais subi d’infestation de punaises de lit à leur domicile. Une personne interrogée sur dix déclare que cela lui est arrivée il y a plus d’un an et 4% depuis moins d’un an ou actuellement.

  • Save

Extrêmement rares sont celles et ceux qui n’ont pas eu vent de la question des punaises de lit ces derniers temps. Plus de 9 sur 10 (95%) en ont entendu parler, très majoritairement par le biais des médias traditionnels que sont la télévision, la radio et les journaux (89%), via les réseaux sociaux (43%), leurs entourages personnel (24%) et professionnel (13%).

À lire Le pyrèthre de Dalmatie : votre arme secrète contre les punaises de lit envahissantes ?

  • Save

Il n’est donc guère étonnant de constater que nombre de nos compatriotes craignent aujourd’hui d’en être les prochaines victimes. C’est le cas de près de 7 Français sur 10 (67%) qui le redoutent, 27% faisant même part d’une grande inquiétude à ce sujet.

La perspective d’être infesté suscite par ailleurs plus d’inquiétudes chez les femmes (71%), généralement plus investie dans l’entretien de la maison, que chez les hommes (64%). Elle est également plus forte chez les habitants d’Ile-de-France (77%) et parmi les personnes ayant déjà subi un tel désagrément (89%).

En conséquence, 37% des personnes interrogées disent se renseigner plus qu’avant sur les punaises de lit.

  • Save

Quand bien même ils n’ont pas de punaises de lits chez eux, en entendre autant parler engendre chez 4 Français.es sur 10 … l’envie de se gratter !

À lire Attention ! Savez-vous vraiment à quoi ressemblent les œufs de punaises de lit ?

Ce phénomène, qui fonctionne aussi avec les poux, est plus féminin que masculin : les dames sont 45% à en faire état contre 32% chez les messieurs.

Partagés entre psychose et nécessité

Le raz de marée médiatique sur la question des punaises de lit divise clairement nos concitoyens. Ils sont 48% à considérer que cette médiatisation est de nature à créer une psychose, mais aussi 46% à penser qu’elle est nécessaire et permet de sensibiliser à cette question.

Seuls 6% de nos concitoyens jugent qu’elle devrait être plus importante au regard de la situation. Les plus âgés sont les plus nombreux à juger que la médiatisation est disproportionnée : ils sont 51% à le penser contre 40% chez les 18-24 ans. 

À lire Punaises de lit chez vous ? Ces signes avant-coureurs qui ne trompent pas !

  • Save

51% des Françaises et des Français – et 65% des Parisiens et des Parisiennes – redoutent que l’ampleur de la médiatisation sur notre problème de punaises de lit affecte l’image des prochains des Jeux Olympiques. Il est vrai que des États-Unis à la Chine en passant par l’Allemagne ou encore Belgique, nombreux les médias étrangers qui ont repris et développé l’information. « Ville lumière ou ville piqûre » s’est par exemple interrogé le New York Times en évoquant Paris, où plus de 16 millions de visiteurs sont attendus pour Paris 2024…

Défiance à l’égard des pouvoirs publics

  • Save

Les pouvoirs publics ont multiplié les messages et les initiatives ces derniers jours pour montrer qu’ils prenaient la pleine mesure des inquiétudes des Français. Cette communication ne semble toutefois pas de nature à convaincre la majorité de nos concitoyens.

 67% n’ont pas confiance dans la capacité des autorités à gérer la présence de punaises de lits dans les lieux publics, dont près d’1 sur 5 (19%) dit ne pas avoir du tout confiance en la matière. À l’inverse, seuls 3% des personnes interrogées répondent qu’elles sont très confiantes. 

Questionnés sur les mesures qu’ils souhaiteraient voir prendre par les autorités, près de 6 Français sur 10 (59%) sont favorables à une inspection systématique des lieux accueillant du public, lieux que 64% souhaiteraient voir fermés en cas d’infestation avérée.

À lire Punaises de lit, qui doit payer ? L’assurance ? On vous dit tout

Une personne sur deux (48%) estime qu’une plus grande sensibilisation sur les mesures préventives à adopter est nécessaire, tandis que 44% des répondants verraient d’un bon œil la mise en place d’une aide financière aux foyers les plus modestes pour éradiquer la présence de punaises de lits à leur domicile.

Inspections accrues, sorties plus limitées

  • Save

Afin d’éviter de voir entrer des punaises de lit à leur domicile, les Français ont-ils modifié certaines de leurs habitudes au regard de la forte actualité sur le sujet ? C’est effectivement le cas pour une part non négligeable d’entre eux.

L’habitat privilégié de ces insectes, la literie en l’occurrence, fait l’objet d’une vérification accrue par quelque 44% des personnes interrogées, tandis que plus du tiers d’entre elles (36%) indiquent inspecter plus qu’avant leurs vêtements et, dans des proportions légèrement moindres (32%), leurs sacs.

  • Save

De même, 32% des répondants disent avoir restreint leurs achats de vêtements ou de meubles d’occasion et 32% sont moins allés au cinéma ou au théâtre ces dernières semaines en raison de l’attention accrue portée aux punaises de lit.

Plus d’un répondant sur six (17%) a également indiqué avoir pour cette raison diminué la fréquence à laquelle il invitait ou se rendait chez des amis. Enfin, 32% de celles et ceux qui les empruntent ont modifié leurs habitudes en matière de transport.

Coût et temps de traitement sous-estimés

À l’évidence, les Français sous-estiment le coût d’un traitement contre les punaises de lit. Un sondage Ipsos réalisé en 2022 indiquait que les personnes victimes d’une infestation de ce type avaient dépensé entre 958 € et 1 250 € pour se débarrasser des insectes indésirables.

Or, invités à dire combien elles seraient prêtes à dépenser pour une opération de ce type à leur domicile, les personnes interrogées indiquent en moyenne la somme de 231 €. Quant à la médiane, c’est-à-dire la somme qui sépare le panel en deux, la moitié disant moins, l’autre moitié disant plus, elle se situe à… 100 €, soit très loin du coût réel d’une telle intervention.

  • Save

Mais le coût n’est pas la seule variable que les Français n’évaluent pas à sa juste valeur. Il en est de même pour le temps nécessaire à éradiquer des punaises de lit dès lors qu’elles sont découvertes. 9 Français sur 10 (89%) estiment en effet qu’il faut moins de quatre semaines pour y parvenir (dont 63% moins d’une semaine) alors que tous les professionnels fixent le délai à un mois au minimum, voire plus de deux mois pour les cas les plus difficiles.

  • Save

Si leur domicile venait à être infesté, 84% des Français affirment qu’ils n’hésiteraient pas à le dire à leur entourage. Parmi les 16% qui ne le feraient pas, plus de la moitié (54%) disent qu’ils craindraient d’être stigmatisés et honteux à cause d’un présumé manque d’hygiène, 43% pour ne pas créer de phénomène de panique et 33% par peur de ne plus être invités par leur entourage.  

Échanges internationaux et tourisme pointés du doigt

  • Save

Enfin, à quoi nos compatriotes attribuent-ils la propagation des punaises de lit dans l’Hexagone ? Les échanges internationaux arrivent clairement en tête des réponses enregistrées, leur multiplication (57%) et le tourisme (44%) étant les raisons les plus citées.

La propreté des lieux publics, mise en cause par 43% des répondants, et le réchauffement climatique, vu comme une explication par 38% d’entre eux, sont également des facteurs jugés plausibles par une part non négligeable des Français.  Dans des proportions moindres, le manque d’hygiène domestique (30%) et le manque d’hygiène personnelle (23%).

Étude réalisée par questionnaire auto-administré les 6 et 7 octobre 2022 par Selvitys pour CTendance auprès de 2 000 personnes âgées de 18 ans et plus, représentatives de la population française.

Conseils et mesures pratiques

Le ministère de la Transition écologique et de la Cohérence des Territoires a publié sur son site un article particulièrement complet sur les punaises de lit, détaillant les mesures à prendre pour éviter d’être infesté et celles indispensables pour les éradiquer quand elles sont malheureusement présentes à votre domicile.

Il vous est également possible de trouver un professionnel agréé près de chez vous en consultant le site de la CS3D (Chambre syndicale désinfection, désinfectisation, dératisation), partenaire du Ministère de la Transition écologique et de la Cohérence des Territoires et signataire de la charte Stop Punaises avec le ministère de la Ville et du Logement.

Un couple peut produire 30 000 individus en 3 mois !

Le cycle de vie des punaises de lit est relativement court, passant de l’œuf à l’âge adulte en 1 à 2 mois selon les conditions environnementales. Les mâles ont tendance à vivre moins longtemps que les femelles, avec une durée de vie de 2 à 3 mois contre jusqu’à un an pour les femelles. Sans nourriture, une punaise adulte peut survivre 2 à 3 mois, tandis que les nymphes (jeunes punaises) peuvent tenir 1 à 2 mois. Une femelle est capable de pondre entre 200 et 500 œufs durant sa vie, à un rythme de 3 à 12 œufs par jour, qui éclosent en 10 jours. Les punaises de lit ont la capacité de se reproduire toute l’année sans diapause, avec une fécondation unique rendant la femelle fertile à vie. Dans des conditions optimales, 2 à 4 générations de punaises peuvent ainsi voir le jour annuellement. Ainsi, à partir d’un couple fondateur, la population de punaises peut donc théoriquement s’élever à 30 000 individus en seulement 3 mois. D’où l’impérieuse nécessité de traiter le problème efficacement dès qu’il survient !

  • Save

Partagez votre avis