Fertilisation foliaire : tout ce qu’il faut savoir sur cette technique

Pulvériser Fertilisant Liquide
La fertilisation foliaire est basée sur l’absorption des éléments fertilisants directement par les tissus de la feuille. Explications sur ces différents engrais foliaires.  

Quels sont les avantages de la fertilisation foliaire ?

Les engrais foliaires :

  • Augmentent la résistance des plantes au parasitisme et aux maladies cryptogamiques (c'est-à-dire à celles dues à des champignons) ;
  • Renforcent la fonction chlorophyllienne des plantes et corrigent leurs troubles nutritionnels en augmentant les teneurs en éléments nutritifs ;
  • Améliorent la résistance des végétaux au froid ;
  • Améliorent le rendement et la qualité des produits.

Les différents modes d'utilisation

Ces fertilisants se présentent en poudre ou en liquide.

La poudre : le poudrage s'effectue à l'aide d'une poudreuse à ventilateur, d'un soufflet à poudrer (pour les petits jardins) ou de tout autre ustensile adapté à cet usage.

La forme liquide : pratiquer une pulvérisation fine. Pour ce faire, l'atomiseur est nettement supérieur au pulvérisateur, car toutes les parties aériennes de la plante sont atteintes par ce « brouillard ».

À quel moment et à quel rythme pratiquer la fertilisation foliaire ?

La poudre : la meilleure période de la journée est à la rosée, c'est-à-dire tôt le matin, ou tard le soir. Doser à raison de 150 à 500 grammes/are (selon la végétation) en cherchant à atteindre le dessous des feuilles. Effectuer cette opération du bas vers le haut. Renouveler ou alterner avec un autre produit toutes les 3 semaines. Sur une même plante, un rythme de 3 à 5 applications au cours de la végétation semble suffisant.

Ces poudrages sont à proscrire par grand vent, en plein soleil et en période sèche (absence de rosée).

Les produits utilisés sont : le lithothamne (en sol acide), la poudre de roche volcanique, de type basalte (en sol plutôt calcaire). On peut recourir en alternance aux deux produits.

La forme liquide : la pulvérisation de produits liquides s'effectue dans les mêmes conditions, tôt le matin ou tard le soir, et généralement toutes les 2 semaines sur les mêmes plantes.

Les fertilisants foliaires à retenir

Les fertilisants foliaires en poudre

  1. Le lithothamne (algue marine calcaire) finement broyé. Sa richesse en calcium, magnésium, oligo-éléments, en substances de croissance et en dynamisants foliaires permet de renforcer la résistance des plantes aux maladies et au parasitisme.

Il s'utilise 3 à 5 fois durant la saison, à raison de 150 à 500 grammes/are, à la rosée du matin ou du soir. Certains parasites, comme les pucerons et les chenilles, meurent lorsqu'ils sont enrobés de ce produit.

  1. La poudre de roche issue des éruptions volcaniques par exemple, le basalte), finement broyée.

Elle est riche en magnésium et en oligo-éléments. Son mode d'utilisation et ses avantages sont identiques à ceux du lithothamne.

Les fertilisants foliaires liquides

  1. Les solutions d'extraits d'algues marines (algues brunes, ficus, laminaires...). Riches en oligo-éléments concentrés naturellement pendant leur croissance dans l'eau de mer) sont à diluer : un demi-verre (5 cl) pour 10 litres d'eau (ne pas utiliser de l'eau du robinet qui contient du chlore, mais de l'eau de pluie ou à défaut de l'eau de source). Elles corrigent les carences en apportant aux plantes des vitamines et des oligo-éléments. Ce sont d'excellents activateurs de croissance.

Elles s'utilisent en pulvérisations fines sur les plantes, toutes les 2 ou 3 semaines, tôt le matin ou tard le soir ; 4 ou 5 pulvérisations annuelles sur la même culture sont suffisantes.

Elles peuvent être mélangées à d'autres produits comme : le purin d'ortie, de prêle (voir page 50), ou avec du soufre, du lithothamne, du sulfate de cuivre. Cela permettra, en outre, une meilleure adhérence du produit.

  1. Le purin d'ortie, en foliaire, est également un excellent activateur de croissance pour la plupart des végétaux. Riche en macros et micro-éléments, en vitamines, il s'emploie dilué à 5 % pour 95 % d'eau de pluie. Le purin d'ortie s'utilise du printemps à l'automne, à raison d'une application environ toutes les 3 semaines.

Eviter absolument son usage pour la tomate, qui n'apprécie pas l'eau sur ses feuilles.

Purin Ortie Fertilisant
© istock

Les autres utilisations possibles des produits foliaires

Le purin d'ortie que l'on trouve dans le commerce se révèle aussi un excellent activateur de croissance, en arrosage. Il faut alors le diluer à 20 % pour 80 % d'eau de pluie ou, à défaut, d'eau de source. Pratiquer 3 applications par an sur une même culture.

Il donne des résultats spectaculaires au pied des tomates, apporté sur sol humide.

Le purin d'ortie active aussi le compostage. Arroser le tas de compost avec un mélange, en quantités égales, de purin d'ortie et d'eau de pluie.

Les solutions d'extraits d'algues marines sont intéressantes pour d'autres utilisations, notamment en badigeonnage (à l'aide d'un pinceau) des trous et des branches charpentières des arbres fruitiers.

Pour 3,5 litres d'eau, ajouter 0,5 litre d'extraits d'algues et 1 kg de lithothamne.

Cette même solution cicatrise les coupes et les tailles des arbres et arbustes.

La poudre de roche volcanique s'incorpore dans le sol à l'automne ou vers la fin de l'hiver à raison de 5 à 10 kg pour 1 are.

On peut l'introduire dans le compost à raison de 8 kg pour 1 m3 environ.

Elle s'emploie également pour le pralinage de racines nues, mélangée avec de la bouse de vache et de l'eau afin d'obtenir une bouillie onctueuse.

Le lithothamne apporte aux plantes l'énergie vitale de l'eau de mer. Ce produit, rééquilibreur et biocatalyseur polyvalent a de nombreux emplois.

  • En amendement calco-magnészen pour corriger les terres trop acides ; il s'emploie à raison de 2 kg/are en mars, puis de nouveau 2 kg/ are en octobre-novembre.
  • En pralinage : préparer une bouillie de cette farine d'algue marine à raison de 100 grammes par litre d'eau ; praliner les racines nues des jeunes plants à repiquer, la reprise sera nettement facilitée.
  • Sur la litière des animaux domestiques (volailles, saupoudrer régulièrement pour faciliter la disparition des mauvaises odeurs et enrichir le fumier.
  • Sur le compost : le lithothamne enrichit le compost en assainissant la fumure organique ; il suffit de saupoudrer les couches successives la proportion est d'environ 250 grammes de farine d'algue pour 250 kg de compost.
  • En badigeonnage sur les troncs et les branches charpentières des arbres fruitiers. Deux mélanges sont possibles : 300 à 400 grammes de lithothamne par litre d'eau plus un verre de lait pour lier, ou 1 kg de lithothamne plus 0,5 litre d'extraits d'algues additionnés de 3 , 5 litres d'eau. Cette opération s'effectue généralement en janvier. Il est préférable d'utiliser toujours de l'eau de pluie.
  • Sur les pommes de terre : saupoudrer aussitôt après leur égermage et lors de la rentrée des légumes destinés à la conservation, lorsque les feuilles ont été coupées au collet. Le lithothamne favorisera la cicatrisation.
  • Sur le gazon : il permet de lutter contre la mousse dans les gazons en terre acide ; l'employer à raison de 4 kg/ are ; épandre en deux fois (à l'automne et à la fin de l'hiver).
  • En enrobage des graines : faire tremper les graines dans de l'eau de pluie pendant 5 à 6 heures, les égoutter puis les enrober de lithothamne et les mettre en terre ; la levée sera plus rapide et régulière.
  • Pour un élevage : le lithothamne s'utilise comme condiment minéral (saupoudrer légèrement : de 1 à 2 grammes pour 1kg de pâtée).
Fertilisant Poudre
© istock

La-composition-exacte-du lithothamne

Cette algue rouge (Lithothamnium calcareum) est un végétal marin ressemblant à un corail. Elle croît dans l'archipel de Glénan, au large de Lorient (Morbihan) , mais fait partie de la commune de Fouesnant dans le Finistère.

Elle contient 45 à 80 % de carbonate de calcium, 7 à 15 % de carbonate de magnésium et de très nombreux éléments dont : l'arsenic, l'antimoine, l'argent, le bore, le brome, le baryum, le chlore, le cobalt, le cuivre, l'étain, le fer, le fluor, le germanium, le glucinium, l'iode, le manganèse, le molybdène, le nickel, l'or, le strontium, le titane, le tungstène, le vanadium, le zinc, sans oublier les vitamines, les phytohormones et les acides animés.

Pour conserver ces propriétés, le lithothamne doit d'abord être lavé, séché, déshydraté, puis finement broyé grâce à un procédé qui garde intacte cette matière organique.

Ce produit est commercialisé sous différents noms.

L'arsenic

Le corps humain contient de l'arsenic en proportions infinitésimales. À l'état de trace chez l'homme, c'est un stimulant de l'appétit et un tonique ; il joue un rôle contre l'eczéma...

On en trouve dans l'ail, la carotte, le chou pommé, le cresson, l'épinard, la laitue, le navet, la pomme de terre.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.