Comment déplacer un arbre ?

Deplacer un Arbre
Le problème se pose fréquemment d’un arbre ou un arbuste qui doit être changé de place pour diverses raisons. Plusieurs cas sont à envisager.

Déplacer un arbre ou d'un arbuste jeune

Il s’agit d’un arbre planté depuis peu (un an ou deux), que ce soit un arbre d'ornement, un arbre fruitier, un arbuste d'ornement ou un rosier. Et vous avez le choix de l’époque.

Le problème est simple et facile à résoudre. Attendez la chute des feuilles (courant novembre). Arrachez en mutilant le moins possible de racines et replantez aussitôt, ou tout au moins dans un délai bref. Si vous devez attendre un certain temps avant de replanter, mettez la plante en jauge, c'est-à-dire dans un emplacement provisoire, ses racines étant recouvertes de terre.

Vous pouvez opérer pendant tout le repos de la végétation, en gros de novembre à mars. Réduisez sensiblement la ramure puisque les racines ont été en partie coupées lors de l'arrachage.

Il s'agit d'un végétal âgé et vous n’êtes pas pris par le temps

Préparez la plante à ce déplacement. Pratiquez, de préférence en hiver, à une distance de 50 cm à 1 m environ du tronc, une tranchée circulaire de faible largeur et profonde de 50 cm à 1 m. La présence des racines vous guidera pour la profondeur. Certains arbres ou arbustes ont des racines qui restent localisées à faible profondeur : d'autres, des racines qui s'enfoncent dans le sol. II faut que le maximum de racines soient coupées. Les spécialistes appellent cette opération le cernage.

La tranchée terminée, tapissez sa paroi extérieure d'une feuille de plastique et rebouchez avec une terre meuble, riche en terreau. Les racines se développent rapidement en cet endroit et tissent une sorte de filet agglomérant la terre.

L'hiver suivant, ouvrez une nouvelle tranchée mais, cette fois, derrière la feuille de plastique, et dégagez la motte par en-dessous afin de trancher (s'il en existe) les racines pivotantes, celles qui s'enfoncent verticalement dans le sol. Enlevez l'arbre ou l'arbuste avec sa motte de terre, après avoir soigneusement consolidé la motte en l'entourant de toiles afin qu'elle se désagrège le moins possible.

Transportez le tout au nouvel emplacement prévu et plantez suivant les règles habituelles.

Le gros obstacle à ce genre d'opération est le poids de la motte. S'il s'agit d'un arbuste et qu'on a pu se contenter d'une motte de faible volume, le poids reste dans le domaine des possibilités d'un déplacement « à bras » par deux ou trois personnes. Mais on atteint vite des poids très importants pour de gros arbres. Un mètre cube de terre pèse environ une tonne et demie. Des moyens de levage et de transport mécanisés deviennent alors indispensables.

Quels sont les arbres et arbustes qui peuvent être déplacés de cette façon ? Disons, tous, d'une façon générale, bien que certaines essences s'y prêtent beaucoup mieux que d'autres.

Jusqu'à quel âge un arbre ou un arbuste peut-il être transplanté ?

Il n'y a aucune règle. Moins un végétal est âgé et plus les chances de succès sont importantes. Mais ce qui compte aussi ce sont les moyens à mettre en œuvre pour déplacer un arbre ayant atteint un fort volume, surtout dans un jardin où les possibilités d'emploi d'engins de levage et de transport sont difficiles.

Un arbre est rarement déplaçable au-delà d'une dizaine d'années.

Une opération à ne pas négliger lors de la transplantation d'un arbre : un haubanage l'empêchant de bouger sous l'action du vent, surtout dans les endroits où celui-ci souffle avec violence. Non seulement l'arbre risque d'être couché, mais l'action du vent nuit à une bonne reprise. Les racines sont déplacées et perdent le contact étroit avec le sol qui leur est nécessaire.

Il s'agit d'un végétal âgé et vous n’avez pas le choix du moment

Une raison quelconque : construction, passage d'une route, travaux divers, etc., impose l'enlèvement rapide de l'arbre ou de l'arbuste, sinon il sera purement et simplement supprimé. Il faut donc agir de suite.

L'opération est toujours délicate et encore plus si elle doit avoir lieu au printemps ou en été, lorsque les plantes sont en pleine végétation. Les chances de réussite sont alors fortement diminuées.

Dans le cas d'un végétal à feuillage caduc, effeuillez-le (en plusieurs fois si le temps qui vous est laissé le permet). Puis, arrachez en mutilant le moins possible les racines, et avec une motte autant que vous le pouvez.

Replantez aussitôt. Réduisez la ramure. Haubanez ou tuteurez solidement. Ne ménagez pas les arrosages.

Procédez de la même façon (sans effeuiller bien sûr) pour un végétal à feuillage persistant (conifères ou autres). En plus des arrosages au pied, pulvérisez de l'eau sur le feuillage (on dit bassiner en terme technique), très souvent, chaque soir si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.