6 solutions pour se débarrasser d’un loir dans la maison

Loir Maison
Le loir est un grimpeur très habile ce qui explique qu’il aime tellement les combles et les greniers qui constituent un abri sûr pour lui. Si vous entendez du bruit dans la nuit, des grattements ou des déplacements, peut-être qu’un loir a élu domicile dans votre grenier. Attention : cette espèce étant protégée par la législation européenne, vous ne pourrez pas le tuer, mais rien ne vous empêche de le chasser de chez vous ! Voici quelques conseils pour vous en débarrasser sans lui faire de mal.

La carte d’identité du loir

Le loir est le plus gros de rongeurs appartenant à la famille des Gliridés avec le muscardin et le lérot. Il mesure entre 10 et 30 cm avec la queue. Son poids est généralement compris entre 80 et 200 grammes. Son pelage présente une teinte oscillant entre le gris et le beige, des oreilles rondes et grandes, un ventre blanc comme ses joues et ses flancs tirent sur le roux ou le brun. Il possède des yeux entourés de noir. Sa queue est caractéristique, se terminant par une touffe blanche et noire. Sa tête est légèrement allongée et il a des moustaches qui sont capables de repérer les obstacles la nuit.

Le dessous de ses pattes est couvert d’une substance gluante et collante qui lui donne la possibilité de s’accrocher. Il se déplace verticalement pratiquement tout le temps, c’est un très bon sauteur et grimpeur. Il a une espérance de vie de 7 à 9 ans.

Il est appelé également loir commun, loir gris ou loir vulgaire. Quand il n’est pas en hibernation, le loir a une vie qui est essentiellement nocturne. Il aime trouver refuge dans les combles de la maison et y hiberner. Omnivores, ces aliments préférés sont les fruits, les larves, les graines, les œufs… S’il est si courant dans les maisons, c’est pour trouver de quoi se nourrir.

Pour effrayer ses prédateurs, le loir a une méthode bien à lui : il claque des dents très rapidement et émet des cris aigus et perçants ou des sifflements pour prévenir ses congénères. Si vous l’attrapez par la queue, pour vous échapper, celle-ci se détache. Dans les autres situations, il fait un bruit qui s’apparente à un grognement ou un ronflement.

Il hiberne d’octobre à avril dans des nids d’hibernation construits en profondeur. Sinon, il vit plutôt en hauteur dans une maison comme dans la nature et sort la nuit pour trouver sa nourriture. Son habitat naturel est varié : dans les forêts de feuillus de préférence, mais on le voit aussi dans les haies de taillis, les vergers, les parcs, les buissons, les jardins et les maisons. Il se déplace peu et vit en famille.

Il se reproduit entre juin et août et généralement les portées sont de 2 à 9 petits.

Comment repérer la présence d’un loir chez vous ?

Les loirs se réfugient plutôt dans les greniers, les combles et la toiture. Ils se faufilent toujours dans les zones en hauteur. Certains signes prouvent leur présence :

  • Les grattements que vous percevez la nuit venant des cloisons ou des arbres du jardin ;
  • Les câbles électriques rongés ;
  • Les revêtements isolants abimés ;
  • Peut-être le croiserez-vous la nuit, et comme il est facilement identifiable, vous savez que vous en héberger, mais c’est très rare, celui-ci étant très prudent.

Les nuisances du loir

Elles sont de plusieurs ordres :

  • Il fait beaucoup de bruit durant la nuit, en circulant dans le grenier ou les combles, générant une véritable gêne pour les occupants.
  • Comme c’est un rongeur, il grignote aussi bien les câbles électriques que la laine de verre dans la cloison ou autre isolant. L’isolation n’est alors plus efficace.
  • Votre habitation peut être fragilisée par leur présence, car ils s’attaquent aux cloisons, au bois…
  • Ils peuvent également être à l’origine de problèmes de santé : leurs déjections peuvent entrainer des maladies comme la salmonellose et contaminer tous les occupants de la maison.
Loir
© istock

Comment chasser le loir de votre habitation ?

L’appareil à ultrasons

Cet appareil émet des sons que vous ne percevez pas, mais qui sont très désagréables pour l’animal. De ce fait, celui-ci cherchera à fuir le plus rapidement possible.

Disposez plusieurs appareils dans les combles que ceux-ci soient aménagés ou pas. Il est préférable de bien choisir cet équipement pour qu’ils répondent parfaitement à vos attentes et qu’ils soient efficaces.

Bon à savoir : les ultrasons ne traversent pas les parois. Il faut donc mettre au moins un appareil dans chaque pièce de la maison.

Un piège

Si vous ne voulez pas risquer de tuer ce petit rongeur, mais que vous voulez juste le chasser, il faut penser à la nasse à loirs ou à la cage à loirs. En le capturant, elle vous permet de l’éloigner de la maison. Comme c’est un animal plutôt sédentaire, vous avez peu de chance de le voir revenir si vous le déposez dans une zone suffisamment éloignée, à quelques kilomètres. Le piège double entrée est plus redoutable que celui qui ne comporte qu’une entrée.

Les loirs raffolent des graines, des fruits, des larves, des noix et des œufs. Vous avez donc le choix pour les appâter. Il est préférable de disposer plusieurs pièges pour multiplier les chances de les attraper.

  • Disposez ensuite vos nasses dans toutes les pièces de votre habitation : chambre, salle de bain, cuisine, combles aménagés ou pas, grenier, etc.
  • Il faut ensuite placer l’appât à l’endroit prévu pour amorcer le piège.
  • Le matin, faites la tournée des pièges pour voir si vous avez capturé un animal. Il est préférable de les vérifier souvent pour que l’animal ne souffre pas de dénutrition et ne soit pas enfermé trop longtemps, il pourrait décéder par l’excès de stress généré par la captivité. Ensuite, relâchez-le dans la nature.

Petit conseil : mettez des gants au moment où vous manipulez le piège. Il ne faut pas laisser d’odeur qui déclencherait la méfiance du loir.

Faites attention ! Il existe des pièges qui risquent de tuer le loir. Il ne faut pas les utiliser, tout comme d’ailleurs les produits rodenticides adaptés. En effet, le loir est un animal protégé, car il est voie de disparition.

Les solutions préventives

Au lieu d’être amené à faire la chasse aux loirs, le plus simple reste encore d’éviter qu’ils ne viennent élire domicile chez vous. Vous savez maintenant que leur agilité extrême leur permet d’atteindre les hauteurs de la maison pour s’y réfugier. Il faut alors les empêcher d’atteindre ces nids douillets pour eux, voici quelques gestes préventifs :

  • Entretenez régulièrement les plantes grimpantes qui recouvrent vos murs comme le lierre, il faut alors les tailler à un mètre au moins de l’accès aux combles.
  • Ne stockez jamais de nourriture dans le grenier ou dans les combles, c’est elle qui les attire.
  • Faites très attention aux espaces sous les tuiles canal du toit. C’est par là que le loir se faufile pour investir votre grenier. Vous pouvez obstruer ces passages avec des dispositifs métalliques adaptés.
  • Surveillez toutes les ouvertures de plus de 2 cm en les bouchant ou en mettant un grillage fin.

Ces mesures préventives vous évitent d’avoir à tuer cet animal qui est protégé par la législation européenne et qui donne lieu à des sanctions éventuelles.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.