Chauffage individuel : Faites le bon choix !

Le chauffage individuel est l’un des éléments les plus importants d’une habitation. S’il est performant, votre intérieur s’apparente à un cocon dans lequel il est agréable de passer du temps, que ce soit seul, en famille ou entre amis. Mais s’il venait à être défaillant, c’est tout simplement notre bien-être qui serait altéré : rien n’est plus désagréable, en effet, que d’avoir froid dans son propre foyer ou de ressentir continuellement des courants d’air (ne passez pas à côté de notre article consacré aux différents moyens de réchauffer son intérieur sans augmenter le chauffage).

Si la performance est une chose, le coût en est une autre. Ainsi, le prix d’un chauffage individuel peut connaître des variations importantes en fonction de sa nature. Il est dès lors essentiel d’en choisir un qui corresponde à votre budget et qui ne soit pas trop énergivore.

Nous passons au crible dans cet article les différents types de chauffages individuels, et notamment les radiateurs à inertie. Comme nous le verrons, certains possèdent des avantages mais également des inconvénients. Grâce à ces conseils, vous pourrez choisir en connaissance de cause le mode chauffage qui VOUS correspond !

Qu’est-ce que le chauffage individuel ?

C’est quoi un chauffage individuel ? La précision mérite en effet d’être apportée, car si beaucoup d’entre nous utilisent quotidiennement cette appellation, certains ne savent pas exactement à quoi elle correspond.

On l’évoque quand le logement, quel qu’il soit, possède son propre système de chauffage. Comme nous le verrons ci-après, il en existe plusieurs types, chacun ayant ses propres spécificités. Dans ce cas-là, la copropriété (dans le cas d’un appartement dans un immeuble) ou le constructeur n’intervient pas.

Les seules contraintes qui peuvent éventuellement survenir relèvent soit de la loi, soit de la faisabilité technique : par exemple, il semble logiquement compliqué de vouloir se chauffer au gaz de ville si le foyer n’y est pas relié.

Des atouts indéniables

Le principal avantage du chauffage individuel est qu’il laisse au propriétaire le libre-arbitre dans ses choix : il peut décider seul quel est le système qui lui convient le mieux. Une fois que ceci est fait, il peut contractualiser avec le fournisseur d’énergie qui a ses préférences.

D’un point de vue pratique, il est naturellement possible de retarder la mise en route du chauffage, par exemple parce que l’hiver qui arrive s’annonce particulièrement doux. Ceci est donc susceptible de déboucher sur des économies substantielles au niveau de la facture de chauffage (un point très loin d’être négligeable, car elle représente 70% environ de nos dépenses énergétiques globales).

Naturellement, le poids de l’entretien (c’est le cas pour les logements qui disposent d’une chaudière au gaz) incombe au propriétaire. C’est également lui seul qui doit assumer d’éventuelles pannes ou dysfonctionnements. Il est donc important de se tourner vers des systèmes de chauffage fiables, pour éviter d’éventuelles dépenses à moyen ou long terme.

Les différents types de chauffage

On l’a compris, que ce soit en rénovation ou en construction, le choix du chauffage individuel d’un appartement ou d’une maison est une décision lourde de conséquences. Un équipement performant, c’est l’assurance de :

  • Réduire ses factures énergétiques, donc de réaliser des économies ;
  • Améliorer son bien-être quand on est chez soi (l’endroit où nous passons le plus de temps dans notre existence !) ;
  • Faire un geste pour la planète en choisissant une énergie non polluante.

Les radiateurs électriques

Ils ont longtemps souffert d’une mauvaise réputation, qui, dans les années 70, n’était pas totalement usurpée. Mais depuis une vingtaine d’années environ, les avancées technologiques ont radicalement transformé ce moyen de chauffage.

Aujourd’hui, il existe des radiateurs électriques extrêmement performants, principalement ceux à inertie. Leur secret ? Même éteints, ils chauffent encore ! De plus, la chaleur qui est produite se diffuse de façon douce et homogène. Ainsi, l’air n’est pas asséché, ce qui est l’un des reproches que l’on peut faire aux convecteurs électriques.

Facile à installer, particulièrement fiable, le radiateur à inertie est également un authentique concentré de technologie. Intelligent, programmable à distance, il permet de régler au degré près la température souhaitée en fonction des différentes pièces du foyer.

Ce type de radiateur est également doté de détecteurs, capables de déceler une absence prolongée ou une fenêtre ouverte, et de s’adapter ainsi en fonction des circonstances.

Enfin, l’électricité émet de moins en moins de dioxyde de carbone. Aujourd’hui, il existe de nombreux moyens de produire de l’électricité verte, par le biais d’éoliennes, de panneaux photovoltaïques… Choisir cette énergie, c’est également faire un geste pour la planète.

Le chauffage au gaz

Ce système n’est pas accessible dans tous les logements. Comme nous l’avons évoqué, il faut que l’appartement ou la maison soit relié au gaz de ville.

L’un de ses principaux inconvénients est son coût : en dehors de son prix toujours instable, l’installation d’une chaudière n’est pas bon marché. Cette dernière nécessite un entretien annuel, afin de se prémunir des accidents potentiellement graves, telle qu’une intoxication au monoxyde de carbone.

De plus, d’un point de vue écologique, le gaz est une énergie fossile, donc extrêmement polluante.

Le chauffage au bois

On distingue plusieurs équipements dans cette catégorie : les poêles à bûches, les poêles à granulés, les inserts, les chaudières à bûches… Si, d’un point de vue écologique, il n’y a pas grand-chose à redire sur ce type d’équipements, il ne faut pas perdre de vue qu’ils sont assez onéreux : d’abord à mettre en place, puis à entretenir.

D’autre part, il est indispensable de disposer d’un espace de stockage bien sec pour pouvoir entreposer les différents combustibles. A moins de vouloir passer son temps à faire des aller-retours pour se fournir en bûches ou granulés, il est préférable que cet espace soit de taille conséquente. Une solution qui n’est donc pas adaptée à tous les logements, loin s’en faut.

Le chauffage au fuel

Ce système est très clairement néfaste d’un point de vue écologique, puisque le fuel est par nature très polluant. L’installation d’une cuve, particulièrement encombrante, est également un handicap majeur.

Le prix d’une chaudière au fioul peut fluctuer entre 7.000 et 10.000 €, ce qui représente un investissement de départ conséquent. Enfin, si on estime la durée de vie de cet appareil à une vingtaine d’années, le propriétaire reste soumis durant ce long laps de temps aux variations du prix de ce combustible.

Partagez votre avis