On retrouve le linteau dans la plupart des bâtiments. Il est destiné à soutenir la construction lors de l’ouverture d’un mur porteur. Au départ, le linteau c’était juste une poutre en bois qui était déposée de manière horizontale entre deux montants verticaux afin d’assurer la stabilité de l’ensemble. Il était présent surtout en haut des portes et des fenêtres et quand une cheminée était créée.

Grâce à l’évolution des techniques de construction, les ouvertures se sont considérablement agrandies. Il a alors fallu trouver un matériau plus rigide et résistant que le bois pour réaliser les linteaux nécessaires. C’est comme cela que les linteaux en acier ou en béton ont fait leur apparition.  Sa réalisation fait appel à différentes techniques comme le pré-linteau préfabriqué ou le parpaing de chaînage. Vous allez découvrir ce qu’est réellement un linteau, à quoi il sert, ses caractéristiques et les différents types de linteaux existants.

Dans n’importe quelle habitation, sous certaines conditions, il est possible d’ouvrir un mur en le consolidant avec un linteau conforme à la configuration de la maison. Vous avez le choix d’acheter un linteau préfabriqué ou de le fabriquer vous-même à condition d’employer les matériaux adaptés.

À quoi sert un linteau ?

L’utilité d’un linteau est évidente dans toutes les constructions. Comme on l’a vu auparavant dans le cadre des ouvertures comme les fenêtres ou portes, mais surtout pour ouvrir des murs porteurs. Il supporte alors la charge que le mur démoli portait auparavant, sans le linteau, cette opération serait impossible. C’est notamment souvent le cas dans les maisons anciennes lorsque l’on souhaite ouvrir la pièce de vie sur la cuisine.  Quand il s’agit d’une construction totalement ouverte sans mur ni cloison, la pose d’un linteau est obligatoire.

linteau pour remplacer mur porteur

Les caractéristiques d’un linteau

Les caractéristiques du linteau que vous choisirez varient en fonction de la largeur de l’ouverture que vous souhaitez créer et en fonction de la charge qu’il aura à supporter. Pour la même largeur d’ouverture, la résistance mécanique d’un linteau ne sera pas la même s’il s’agit de porter un mur en « agglos » d’une maison à un seul niveau ou s’il s’agit de remplacer un mur épais en pierres d’une bâtisse ancienne de plusieurs étages.

avant après la pose d'un linteau en chene

Avant/Après la pose d’un linteau en chêne

Ce sont ces données qui définiront les caractéristiques du linteau que vous allez sélectionner. L’épaisseur du mur dans lequel il est intégré est également un critère important. Rentre ensuite en ligne de compte les propriétés techniques selon la nature du matériau constituant le linteau. Il est primordial d’étudier les contraintes techniques des différents matériaux pour faire une sélection adaptée.  Pour éviter qu’après la pose il ne fléchisse, il est vivement recommandé de faire vérifier son projet par un professionnel.

Les différents types de linteaux

Les linteaux monoblocs

On distingue trois types de linteaux monoblocs selon le matériau employé : les linteaux en bois, en acier ou en béton monobloc. Ils sont fabriqués en un seul tenant.

  • En bois: C’est généralement un morceau de poutre que l’on peut laisser apparent surtout quand il s’agit d’une construction en pierre. C’est ce que l’on appelle le linteau traditionnel. Vous l’utiliserez pour créer un faîtage monobloc d’une ouverture assez facilement puisqu’il suffit de le poser sans effectuer d’autres travaux.  Il faut définir la section de la poutre en fonction de la largeur de l’ouverture et de la charge à supporter. Dans le cas d’un mur épais et lourd, il faudra peut-être doubler le linteau.
  • En Acier: dans cette option, il faut remplacer la poutre en bois par un IPN en acier, nommée poutre à profil normal. Grâce à cela on obtient un linteau très solide qui est disponible en plusieurs longueurs et sections. Comme tous les linteaux monoblocs, la pose est relativement aisée et rapide et ne demande pas de gros travaux. Il offre la possibilité d’effectuer des ouvertures très vastes puisqu’il peut aller jusqu’à 12 mètres de portée totale, et ceci avec des sections simples à intégrer dans la maçonnerie. Le support est ainsi beaucoup plus stable.
  • En béton monobloc: il est conçu à base de béton armé en usine. Sa portée est plus faible que celle du linteau en acier, mais sa pose est simplifiée. Il est pratique notamment pour les portes et les fenêtres dans les constructions classiques. Il s’adapte à toutes les maçonneries de murs.

Notre conseil

Tous les linteaux, quel que soit le matériau qui le compose, sont lourds, de ce fait il est préférable de s’équiper d’un système de levage efficace pour l’installer facilement. En contrepartie, une fois qu’il est posé, vous pouvez reprendre le cours de vos travaux, car ils ne nécessitent aucun temps de séchage.

Les linteaux les plus élaborés

La différence entre ces linteaux et les linteaux monoblocs, c’est la teneur des travaux après la pose. Ils sont plus importants quand il s’agit de linteaux élaborés. Vous disposez de multiples types de linteaux :

  • Le pré-linteau : c’est une sorte de petit linteau de faible épaisseur et de faible résistance. Il sert à remplacer le batardeau (coffrage du dessous du futur linteau) qui maintient traditionnellement les parpaings. En aucun cas, il ne peut remplacer le linteau. Vous placez le pré-linteau en béton armé entre les deux montants de l’ouverture et vous posez ensuite dessus les parpaings en U qui recevront le béton et le ferraillage. Son inconvénient : le temps de séchage équivalent à celui du linteau en béton armé compensé par la rigidité à toute épreuve qu’il présente.
différents modèles de prélinteau

Différents modèles de prélinteau

  • Le linteau en béton armé : il est réalisé en disposant bout à bout des parpaings de chaînage à gorge en U. Ils sont en second lieu remplis avec du béton armé de fers. Ils sont assez simples à fabriquer vous-même si vous avez quelques connaissances en maçonnerie. Il est en plus peu coûteux parce que vous n’avez besoin que de batardeau, de béton et d’étais. La seule difficulté réside dans le temps de séchage qui est de 28 jours, temps indispensable au durcissement, avant de pouvoir accepter une charge. Si vous l’utilisez en reprise de construction, il vous faudra ôter le batardeau et les étais.
linteau en beton arme

Le linteau en béton armé traditionnel

  • Le linteau de chaînage : c’est un linteau monobloc en U qui se pose tel quel avant d’être rempli de béton et de fers. Vous n’avez pas besoin d’étais et du batardeau de support pour effectuer votre faîtage d’ouverture complet. Vous pouvez ensuite continuer la construction très rapidement. Il est destiné à des ouvertures de grande portée, plus de deux mètres, c’est sans doute son avantage le plus important.
linteau de chainage

Visuel d’un linteau de chainage

Maintenant que vous savez tout sur les différents types de linteaux, vous n’avez plus qu’à faire votre choix en fonction de l’ouverture, des contraintes techniques et des travaux et délais que vous avez pour les réaliser. Un linteau demande quelques précautions lors de sa pose. Vous trouverez des linteaux en tablant sur une fourchette comprise entre 20 euros (pour un monobloc en béton de 1.40 mètre) et 60 euros pour un linteau de chaînage.

Un linteau : qu’est-ce que c’est ?
4.6 (92%) 30 votes