Assurance de prêt et risque aggravé de santé : que faut-il savoir ?

Afficher Masquer le sommaire

L’assurance de prêt est généralement souscrite lors d’un crédit, souvent immobilier, pour une maison ou un appartement, mais peut également être souscrite pour des biens matériels, tels qu’un scooter ou une voiture. Aussi appelée assurance emprunteur, elle permet un remboursement de votre prêt en cas d’événements comme le décès ou la perte d’emploi. Seulement, lorsqu’on est une personne ayant un risque aggravé de santé, la procédure diffère et il faut en être informé.

Quand peut-on parler de risque aggravé pour une assurance de prêt ?

On peut parler de risque aggravé lorsque l’assureur fait une évaluation et considère que vous êtes plus susceptible de vivre un sinistre que la moyenne des autres assurés. Les domaines concernés par le risque aggravé sont :

  • La santé (le risque médical)
  • La géographie (votre lieu de résidence, votre pays, taux de criminalité, etc.)
  • La profession (métiers à risque)
  • La pratique d’un sport « extrême »

L’assurance de prêt est-elle obligatoire ?

L’assurance emprunteur existe pour garantir le remboursement partiel ou total du restant à payer de votre prêt en cas d’événements qui vous empêcherait légitimement de rembourser, tel que le décès ou l’invalidité permanente.

A lire : Assurance emprunteur 50 % ou 100 % : Que faut-il choisir ?

L’assurance de prêt n’est, en soi, pas obligatoire. Aucune loi n’oblige un emprunteur à souscrire une assurance pour son crédit. Seulement, la banque peut exiger une assurance emprunteur dans certains cas, dont le risque aggravé de santé.

Si la banque juge que vous êtes à risque, elle peut exiger de vous une souscription à une assurance emprunteur. Les risques évalués sont ceux couverts par l’assurance de prêt, c’est-à-dire :

  • Le décès
  • Une invalidité permanente partielle (IPP) ou totale (IPT)
  • La perte irréversible d’autonomie (la PTIA)
  • L’incapacité temporaire de travail (ITT)
A lire aussi  Immobilier et cryptomonnaies : que faut-il savoir ?

Quelle assurance de prêt souscrire avec un risque aggravé ?

Lorsque vous voudrez souscrire une assurance de prêt avec un risque aggravé de santé, plusieurs problèmes vont survenir, dont le plus courant, le refus de vous octroyer un prêt. On vous donne donc quelques conseils pour vous aider :

  • Demandez aux bonnes personnes : tournez-vous vers un assureur spécialisé en risque aggravé, vous pourrez bénéficier d’un prix correct vis-à-vis de votre situation et aucune « compensation » pour les autres ne vous sera demandée. Ne perdez pas votre temps avec des assureurs qui n’ont pas d’offres pour les profils à risque.
  • Ne négligez pas les législations en votre faveur : pensez à la convention AERAS, qui oblige les assureurs à un examen selon 3 niveaux de votre questionnaire de santé. Tournez-vous également vers la loi Hamon, précieuse, car elle vous permettra de changer de prêt après la première année si vous rencontrez un problème, tel qu’une trop forte demande en argent. Sachez que vous pouvez faire des économies en changeant d’assurance de prêt ou en utilisant un courtier
  • Faites jouer la concurrence : utilisez un comparateur de prêt afin de trouver la meilleure offre financière adaptée à votre profil. C’est un des meilleurs moyens pour comparer efficacement les assurances et choisir la plus adaptée.

Enfin, renseignez-vous sur le « droit à l’oubli » si vous êtes considéré à risque à cause d’une pathologie. Une loi existe depuis 2016 pour certaines maladies et la situation évolue, certes lentement, mais évolue tout de même. Consultez également les termes de la loi Lemoine si vous avez été atteint spécifiquement d’un cancer, la loi est récente et vous a peut-être échappé.

Partagez votre avis