Quelles aides et subventions pour l’isolation des planchers bas ?

Isolation Planchers Bas
Les travaux d’isolation concernant les planchers bas vous permettent de bénéficier de nombreuses aides. Il faut penser notamment aux aides des collectivités locales, qui bien souvent, ne sont pas sollicitées. Il faut également savoir que les entreprises du secteur de l’énergie vous encouragent si vous souhaitez améliorer l’efficacité énergétique de votre logement. Panorama des aides auxquelles vous pouvez prétendre !

Isolation des planchers bas : le crédit d’impôt

Le crédit d’impôt transition énergétique ou CITE est l’aide la plus populaire, mais surtout la plus accessible. Vous pouvez déduire jusqu’à 30 % du montant de la facture liée aux travaux d’isolation du plancher bas, de votre impôt sur le revenu. Si vous n’avez pas à payer d’impôt, vous récupérez cette somme par un chèque que vous envoie l’administration fiscale. Il vous suffit d’indiquer le montant de vos travaux dans la case prévue à cet effet. Il faut savoir que le CITE est valable également sur le coût de la main-d’œuvre.

La prime énergie

Elle vous sera versée par un opérateur agréé, une fois les travaux d’isolation des planchers bas terminés. Il faut en revanche faire sa demande avant de signer les devis avec les entreprises. C’est la nature des travaux qui détermine le montant de cette aide. Cette prime qui vous est accordée peut être majorée selon la localisation géographique de votre logement et selon vos revenus.

Il existe des conditions qui doivent être respectées : il faut que votre logement ait été achevé depuis plus de deux ans et les travaux doivent être effectués par un professionnel certifié RGE. Elle est applicable pour tous ces travaux sans obligation d’utiliser tel ou tel matériau et sans prise en compte du mode de pose. En revanche cette prime ne peut pas être cumulée avec celle qui est versée par l’ANAH et qui s’appelle Prime Habiter Mieux. La raison est simple : elles sont toutes les deux financées par les certificats d’économies d’énergie.

Isolation Plancher
© istock

Les subventions de l’ANAH

Les aides que propose l’ANAH sont en fait des subventions. Elle vous est versée en une seule fois, après que les travaux ont été terminés et sur présentation des factures. La condition principale à respecter est la suivante : vous devez occuper le logement pendant au moins 6 ans après au titre de votre habitation principale. Elle est également conditionnée par le montant de vos revenus et de plus ces dernières varient d’une ville à l’autre. Elle sera calculée sur un montant maximal de travaux de 20 000 euros.

Elle peut représenter entre 35 et 50 % du montant global de la facture. Vous pouvez prétendre à la Prime Habiter Mieux en complément si la performance énergétique de l’habitation est améliorée au moins de 25 %. Il faut savoir que la nature de l’isolation peut être thermique ou phonique. Il faut aussi que les plafonds bas donnent directement sur un local qui n’est pas chauffé.

La TVA réduite

Dans le cadre de ces travaux, vous pouvez profiter d’un taux de TVA réduit de 5.5 % au lieu de 10 %. Pratiquement tous les travaux destinés à l’amélioration des performances énergétique sont éligibles. Il faut cependant qu’ils soient réalisés par des professionnels et ils s’appliquent sur les fournitures et la pose.

Il existe cependant une condition : il faut que le plancher bas donne sur une cave ou un local non chauffé comme un vide sanitaire ou un passage ouvert. La résistance thermique obtenue grâce à ces travaux doit être supérieure ou égale à R 3.0 m². K/W.

L’éco-prêt à taux zéro

Il représente un coup de pouce pour financer ces travaux. Il concerne aussi bien les propriétaires, bailleurs ou occupants. Il peut aller jusqu’à 30 000 euros et il sera remboursé sur 15 ans. Vous devez faire deux types de travaux différents et votre habitation doit dater d’avant 1990.

En résumé : avant le début des travaux, renseignez-vous sur les aides existantes en n’omettant pas de vous adresser aux collectivités locales département, commune et région). Si vous parvenez à cumuler les aides auxquelles vous pouvez prétendre, vous n’aurez à payer que 20 % de la facture globale liée à ces travaux. Il est donc important d’effectuer ces démarches en temps voulu.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.