Créer un jardin zen : nos conseils

Jardin zen accueil

Aménager son jardin ou une partie de celui-ci en jardin zen est une très bonne idée pour profiter d’un petit coin très apaisant. Depuis le XIVe siècle, le Japon se pare de jardins zen qui étaient principalement destinés à faciliter la méditation. Craquez pour ce type d’aménagement reposant et relaxant, on vous explique comment faire pour obtenir un résultat appréciable. Il peut se trouver aux abords d’une maison à l’architecture très contemporaine, ou sur une parcelle nichée dans un espace au milieu d’un jardin classique.

Jardin zen : qu’est-ce que c’est ?

Jardin zen avec plan d’eau

Le jardin zen est également appelé jardin sec ou karesansui. Parmi ses caractéristiques principales, on retrouve le sable, les rochers ou les graviers qui le composent. Ils sont parfois recouverts de mousse, tous ces composants minéraux ont une symbolique forte. Il est minimaliste et c’est là une partie de son secret, c’est pourquoi il encourage l’introspection. Généralement, on y trouve de l’eau, mais s’il n’y en a pas, elle est représentée par les graviers ou le sable. Dans ce cas, des ondes et des vagues sont dessinées au râteau. Ces jardins japonais ont fait leur apparition en Europe quelques siècles plus tard, puisque c’est seulement aux XVIIIe et XIXe siècles qu’ils commencent à être copiés. Bien entendu, il n’existe pas de règle unique et définie pour créer un jardin zen, mais celui-ci doit tout de même respecter quelques fondamentaux pour être parfaitement réussi.

Créer un jardin zen : comment faire ?

Jardin zen avec végétaux
© Fabrice Leo

Commencez par chercher le meilleur emplacement. Dans un patio qui relie deux bâtiments de votre maison, c’est parfait. Sinon, essayez de délimiter une parcelle de votre jardin avec une haie de bambous. C’est une idée pour créer un vrai petit coin très reposant.

Comment le mettre en place ?

jardin zen bois

  • La première étape consiste à nettoyer la parcelle que vous avez choisie en supprimant les végétaux s’il y en a et en enlevant les mauvaises herbes avec soin.
  • Aplanissez le sol ensuite, vous pouvez utiliser un rouleau pour que la surface soit parfaitement plane et lisse.
  • Posez un feutre géotextile sur la terre, et petite astuce, faites-le dépasser de quelques centimètres de chaque côté (une vingtaine) afin d’éviter que les mauvaises herbes envahissent à nouveau votre jardin zen.
  • Si vous n’avez pas délimité la parcelle avec du bambou, placez de gros galets, des lambourdes de bois exotique, des ardoises plantées à la verticale ou des traverses de chemin de fer. Ces éléments vous permettent de maintenir le géotextile parfaitement en place.
  • Maintenant, placez vos pierres en en mettant une partie à la verticale et les plus plates à l’horizontale. De cette façon, le paysage sera plus naturel et vous cassez un peu la monotonie en donnant du relief. Vous pouvez les regrouper par 3, 5 ou 7, le but étant de rappeler la symbolique du cosmos entourée par les 9 montagnes sacrées, évocation bien présente dans le jardin zen.
  • Si vous souhaitez apporter réellement une touche végétale à ce jardin, plantez au centre de celui-ci à côté de quelques roches, un bambou, un pin, un érable du Japon ou une fougère, le tout de préférence dans un pot en terre de manière à ne pas trouer le revêtement géotextile. Vous pouvez aussi mettre des mousses sur certaines pierres, mais pour cela il faut que votre jardin soit ombragé et humide.
  • Recouvrez ensuite toute la parcelle d’une épaisse couche de graviers blancs ou de sable, à condition de choisir une granulométrie moyenne.
  • Avec un râteau, ratissez soigneusement la surface du sol en partant d’un angle vers vous pour ne pas que vos pas ne fassent de marques.
  • Autour des roches, vous créez un mouvement d’ondes et partout ailleurs des lignes droites. Une autre option pour donner du relief est de jouer avec l’épaisseur en réalisant des petites collines. Cette option convient particulièrement aux jardins zen minimalistes sans végétaux ni pierres.

Pour être certain de ne pas faire d’erreur, vous pouvez faire un plan avant de commencer la réalisation de ce jardin. Il sera de préférence conçu à base de lignes géométriques de manière à conserver une belle harmonie.  Il n’est pas nécessaire de délimiter une grande parcelle pour le réaliser en contrepartie si votre jardin est trop ensoleillé, optez pour une haie de bambous qui permet de structurer l’espace que vous y consacrer, de cette manière, il sera ombragé.

Décorer un jardin zen : les accessoires indispensables

Le but de ce jardin étant d’être zen, il doit être dépouillé, inutile donc de l’encombrer avec de nombreux objets qui seraient susceptibles de rappeler la culture japonaise. Le but étant de donner une image minimaliste et reposante, le surcharger n'est pas nécessaire. Comme on l’a déjà évoqué, il est possible d’ajouter quelques végétaux dans des pots vernissés, les érables du Japon sont d’ailleurs plébiscités par les amateurs de feng shui qui apprécient les couleurs écarlates dont ils se parent, le printemps venu.

Jardin sec végétalisé
© Catherine Delvaux

Vous pouvez ajouter des rochers, des boules de grès qui symbolisent la montagne. Il est également possible de placer une fontaine en bambou de style shishi odoshi qui donne du mouvement et un fond sonore agréable. Craquez pour un joli salon de jardin en matière naturelle posé sur une terrasse en caillebotis et vous vous offrez des moments de paix et de repos en dégustant un délicieux thé vert ! Si cela vous tente, réalisez un chemin de sable entouré de quelques galets pour évoquer l’image du fleuve qui descend de la montagne.

Fontaine shishi odoshi
© Pinterest

Bien entendu, si vous y tenez vraiment, vous pourrez toujours ajouter un bouddha que vous placerez à l’entrée de ce jardin sec. La lampe typiquement japonaise est aussi un accessoire qui peut se dissimuler dans ce type de jardin. Quelques lanternes éclairent plus ou moins certaines zones de cette parcelle, elles sont visibles ou plutôt cachées par les végétaux si vous en avez mis.

Vous pouvez creuser un bassin ou un petit étang pour apporter l’eau, élément essentiel dans le jardin japonais. Vous y glisserez quelques poissons et éventuellement quelques plantes aquatiques comme les nénuphars. La maison de thé est également une idée si vous souhaitez pousser votre projet jusqu’au bout. Vous y accéderez par un chemin figuré par des pas japonais !

Lampe japonaise
© La baie d’Halong

La lampe japonaise en pierre est un accessoire représentatif et utile, vous pouvez en disposer quelques-unes plus ou moins visibles pour éclairer discrètement votre jardin.

L’entretien du jardin zen

Jardin sec ratissage
© Sébastien Bertrand - flickr.com

Le jardin zen ne demande que peu d’entretien par rapport à un jardin classique. Toutefois, il faut être régulier pour qu’il reste beau. :

  • La part la plus pénible est le nettoyage de feuilles mortes, surtout si vous avez des arbres à proximité ce qui est souvent le cas. La présence de sable ou de graviers complique un peu cette tâche.
  • Il est également recommandé de ratisser une fois par semaine pour que ressortent bien les dessins qui font tout son charme et sa personnalité et pour garder sa belle apparence.
  • En cas de pluie, redoublez de vigilance et ôtez les feuilles mouillées dès que possible afin qu’elles ne tachent pas les graviers avec leur tanin. Il vous faudra ensuite ratisser pour enlever toutes les traces laissées en marchant.
  • Formez les vagues dès que celles-ci se sont abimées, vous en conservez ainsi toute sa beauté.
  • Si vous avez disposé quelques végétaux, n’oubliez pas de les tailler afin de bien garder les formes que vous aviez données au départ.
  • Arrosez-les et surtout en été, prenez un arrosoir et un râteau afin de dessiner à nouveau les décorations du sol.

Maintenant que vous savez tout sur le jardin zen, il ne vous reste plus qu’à choisir l’endroit idéal pour vous y reposer en toute tranquillité dès les premiers rayons de soleil.

Créer un jardin zen : nos conseils
4.8 (96.77%) 31 vote[s]
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires