La location meublée : les avantages en tant que propriétaire

Studio Meublé
Vous vous demandez quels avantages vous pouvez tirer d’une location meublée par rapport à une location vide ? Voici un petit panorama des atouts de ce type de location ! En gros, vous bénéficiez d’une fiscalité avantageuse, les loyers perçus offrent un montant supérieur et vous disposez de certaines libertés au niveau du contrat signé. Zoom sur la location meublée et ses atouts !

La location meublée : une solution séduisante !

La location meublée entraine le plus souvent des changements fréquents de locataire. Elle demande en plus un investissement mobilier conséquent, en revanche, elle présente des atouts certains qui la rendent plus attractive pour un propriétaire comme pour certains locataires.

Les obligations du propriétaire

La location meublée doit respecter certains critères. Ces derniers concernent notamment, l’ameublement tel qu’il est défini par la loi et notamment précisé, depuis septembre 2015 par la loi Alur. Il faut que la vie du locataire soit anticipée notamment dans certains actes quotidiens comme la prise des repas, le sommeil et éventuellement le travail, dans le cas des étudiants par exemple. Il existe une liste des équipements et des éléments qui sont obligatoires dans tous les logements.

Vous disposez en revanche d’une certaine liberté au niveau contractuelle, même si elle a été un peu restreinte par la loi Alur de mars 2014 et la loi Macron d’août 2015. Il faut toutefois respecter certains points :

  • Le bail est signé au minimum pour un an de reconduit de manière tacite pour la même durée si aucune des parties ne résilie la location. Il existe cependant une exception, elle concerne les étudiants. Dans cette situation, la durée du bail est de 9 mois et il n’y a pas de possibilité de reconduction tacite.
  • Le délai de préavis est fixé à un mois pour ce type de location au lieu des trois mois dans la location nue. Cela est valable quand c’est le locataire qui souhaite partir. Si le propriétaire veut donner congé au locataire, il doit respecter le délai de trois mois. Ce congé doit être motivé par l’une de ces trois raisons : un motif légitime tel que le non-paiement du loyer, si vous souhaitez revendre ou si vous avez décidé d’habiter dans le logement.
  • Le dépôt de garantie est équivalent à deux mois de loyer hors charges, au maximum. Le propriétaire doit le restituer dans le mois suivant le départ du locataire.
Appartement Meublé
© istock

Les avantages de la location meublée

Un loyer plus important :

Vous pouvez parfaitement augmenter le loyer de la location meublée, il sera généralement de 10 à 30 % plus élevé que dans le cadre de la location vide ou nue, pour une superficie, une qualité et un emplacement équivalents. Vous bénéficiez de ce fait d’une rentabilité brute plus conséquente.

Une fiscalité avantageuse :

Il faut savoir que l’administration fiscale considère que les revenus tirés de la location meublée ne sont pas des revenus fonciers, mais bien des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), dont ils relèvent. Cela signifie, si vous optez pour le régime réel BIC, que vous avez le droit de déduire des loyers que vous encaissez, la plupart des charges qui vous reviennent, comme les coûts d’acquisition d’immeuble par exemple.

Il vous permet également d’amortir les meubles et les immeubles, cela représente un  véritable atout pour le propriétaire.

À noter : il faut bien entendu déclarer votre location meublée au fisc.

En tant que propriétaire, vous pouvez dans certains cas bénéficier d’une exonération fiscale sur la location meublée, il faut respecter certains critères :

  • Les pièces louées doivent faire partie de la résidence principale du bailleur : c’est le cas de la chambre de bonne par exemple.
  • Le prix du loyer doit rester raisonnable. À titre indicatif, les plafonds des loyers concernant la location meublée sont fixés en 2018, à 185 euros du m² en Île-de-France et à 136 euros du m², dans les autres régions de France.

Attention : pour ce qui concerne la location meublée saisonnière, les caractéristiques ne sont pas tout à fait les mêmes. En effet, les loyers et les charges perçus relèvent des bénéfices industriels et commerciaux, c’est donc une spécificité de la location meublée.

Il faut distinguer les loueurs en meublé professionnels (LMP) des loueurs en meublé non professionnels (LMNP). Pour devenir un loueur en meublé professionnel, il existe trois conditions à remplir :

  • Les recettes annuelles doivent représenter la moitié des ressources du foyer fiscal étant soumis à l’impôt sur le revenu.
  • Les recettes annuelles doivent être supérieures à 23 000 euros.
  • Le bailleur doit être inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) en tant que bailleur en meublé professionnel.

Il faut savoir que cette différence de statut ne change rien aux charges et aux loyers que vous pouvez déduire des impôts. Dans les deux cas, les amortissements doivent figurer clairement dans la comptabilité du loueur. Ils sont inscrits à l’actif de son bilan.

L’amortissement est limité, il ne doit pas dépasser la différence entre le montant total des loyers et charges que vous percevez pour la location meublée.

La seule différence entre le loueur en meublé professionnel et le loueur en meublé non professionnel réside dans la gestion des déficits, le non professionnel bénéficie du report des déficits durant 10 ans sur les revenus générés. Le loueur en meublé professionnel peut imputer le déficit sur le revenu global.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.