Financer l’achat de sa maison : les différentes solutions

Credit Immobilier Financer Achat Maison
Vous désirez acquérir une maison ? Avant de commencer vos recherches, pensez déjà au financement de votre bien. Il est en effet préférable d’avoir une idée précise du budget que vous pouvez consacrer à cette acquisition. Cela vous permet de gagner un temps précieux et vous évite de vous disperser dans des visites inutiles si la maison ne correspond pas à votre budget.

Financer soi-même l'acquisition

Si vous le pouvez, vous financerez vous-même votre maison sans passer par un prêt immobilier. Cette manière de procéder vous permet d’éviter les frais supplémentaires s’ajoutant au crédit. Vous pouvez disposer de cette somme à la suite de la vente de votre ancien bien, parce que vous avez économisé ou épargné la somme nécessaire, ou à la suite d’un héritage par exemple.

C’est certainement la solution idéale pour vous, mais également pour les acheteurs. Cela peut vous permettre parfois de faire baisser le prix puisque le propriétaire du bien est certain que la vente ne sera pas subordonnée à l’obtention d’un prêt. Cette solution ne concerne que peu de personnes. La majeure partie des acheteurs préfèrent souscrire un prêt dès le début de leur carrière afin de ne pas payer de loyers à perte. De plus, il peut être intéressant d’emprunter et de placer judicieusement ses économies, quand les taux d’intérêt sont très bas. Cela vous permet de faire fructifier cette somme et au bout du compte, vous êtes gagnant à long terme.

Le crédit immobilier

La situation la plus courante reste le crédit immobilier qui permet de financer l‘achat de votre habitation. L’établissement bancaire avance une certaine somme d’argent nécessaire à cette acquisition que vous rembourserez sur 10, 15, 20 ou même 25 ans, contre la perception d’intérêt. Vous remboursez alors votre crédit mensuellement en lieu et place de votre loyer. Les mensualités fixées par la banque comprennent en partie le capital et en partie les intérêts dus à la banque. Tant que le capital global n’est pas remboursé, vous continuez à payer des mensualités. Il faut savoir que plus vous prenez votre crédit sur une durée longue, plus le montant des intérêts est conséquent. En revanche, si vous optez pour une courte durée, les mensualités à rembourser seront très lourdes.

Vous aurez le choix entre un taux fixe ou un taux variable au niveau des intérêts. Le taux fixe est un taux qui reste le même durant toute la durée de l’emprunt et qui est fixé une fois pour toutes par votre banque à la signature du prêt. Ainsi, vous savez très exactement quel est le montant de la mensualité que vous verserez chaque mois pendant la durée entière du prêt.

Le taux variable : il suit l’évolution des taux au fil des années durant votre crédit, que celui-ci soit plus bas ou au contraire plus haut. Vous prenez le risque d’être soumis à des variations importantes et vous ne savez jamais combien vous allez devoir verser. C’est une solution à éviter quand les taux sont bas, car vous risquez de ne pas bien évaluer les hausses possibles les années suivantes. C’est un risque qui est limité par le prêt révisable capé. Mais dans tous les cas, c’est à vous de choisir en fonction de votre évolution professionnelle possible et de vos envies de prendre des risques ou pas.

Le Viager

Dessin Viager
© Le Parisien

Il est également possible d’acquérir un bien en viager, mais cette option induit également une certaine prise de risque. Si on peut l’assimiler à une vente immobilière classique, mais les modalités de paiement sont différentes. Au moment de l’acquisition, les acheteurs versent, une somme d’argent tout de suite, appelée le bouquet. Le reste est ensuite versé mensuellement sous la forme d’une rente. Les versements sont faits jusqu’au décès de la personne. Cette solution est une option qui permet de constituer une sorte d’épargne, chacun y trouve son compte, l’acheteur comme le vendeur qui bénéficie ainsi d’une rente supplémentaire lui permettant d’améliorer son quotidien. C’est parfois aussi une manière de faire une bonne affaire, même si le but n’est pas celui-ci et que ce n’est pas sans risque.

La SCI

La SCI, Société civile Immobilière, est une solution qui vous permet d’acheter un bien à plusieurs tout en évitant l’écueil principal de l’indivision, l’unanimité. Elle permet aussi aux personnes qui exercent une activité indépendante : entrepreneurs, artisans, professions libérales, industriels, commerçants de dissocier leur patrimoine personnel de celui de la société. Au niveau de l’imposition, c’est également une bonne opération puisque ce dispositif offre la possibilité de réduire sensiblement l’imposition. Cette option s’adresse aux couples qui ne sont ni pacsés ni mariés et qui souhaitent acquérir un  bien immobilier en étant protégés.

Avant de se lancer dans ce type d’opération, il faut tout de même avoir conscience qu’elle ne présente pas que des atouts et qu’elle a également des inconvénients. Parmi eux, il y a les formalités administratives qui s’avèrent assez lourdes, qui représentent un coût et un investissement en temps, consacré à la gestion que l’on ne peut pas ignorer. Il existe aussi un autre point faible, c’est la responsabilité que vous engagez sur vos biens personnels des dettes de la SCI.

Les aides financières

Pour accéder plus facilement à votre projet immobilier et à son financement, il existe des aides financières accordées à des taux préférentiels ou nuls. C’est une manière d’aider les ménages qui ne pourraient pas emprunter et acheter à le faire. Vous remboursez ainsi une partie du capital emprunté.  L’aide la plus populaire actuellement est sans doute le PTZ +, Prêt à Taux Zéro. Il est possible de faire appel à ce prêt pour l’achat d’un bien ancien rénové, d’un logement neuf ou encore d’un bien que vous avez eu l’opportunité d’acheter par l’intermédiaire du Prêt Social Location-accession et si vous remplissez les conditions qui vous donnent droit à ce type de prêt.

La Caisse d’Allocation Familiale, CAF, propose également un certain nombre de crédits comme le Prêt d’Accession Sociale (PAS), le Prêt Aidé d’Accession à la propriété (PAP) ou le Prêt Conventionné (PC). Enfin , l’emprunteur peut également souscrire au prêt 1% logement qui offre l’opportunité d’acquérir ou de construire sa résidence principale si on est salarié ou épargnant. Il est également possible d’ouvrir un Plan d’Épargne Logement (PEL).

Les plateformes de crowdfunding immobilier

Le crowdfunding immobilier peut permettre de booster votre apport personnel. Il est difficile parfois d’avoir la somme nécessaire pour obtenir un prêt immobilier. Tout le monde n’a pas suffisamment d’argent de côté pour cet apport demandé par les banques. En France, il existe des plateformes de crowdfunding immobilier qui vous offrent la possibilité de constituer une cagnotte qui peut financer cet apport en partie. Vous pouvez ainsi obtenir jusqu’à 2% du montant total dont vous avez besoin pour financer votre achat immobilier. Cette somme est obtenue par le biais de dons de particuliers, souvent des amis, la famille ou des collègues de travail. Il faut essayer de convaincre suffisamment de personnes qui acceptent de participer. Ensuite, la somme que vous avez récoltée sera versée au notaire au moment de la signature de la vente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.