Nouvelle extension : percer et poser une porte dans un mur de pignon

Extension Maison Mur De Pignon
Vous avez des envies de rénovation. Pour passer d’une maison bicentaire à une extension nouvellement construite, il faut pratiquer une ouverture dans un mur de pignon et y installer une porte de communication.

Un chantier qui n'est certes pas pharaonique, mais nécessite de creuser une maçonnerie de 60 cm d'épaisseur, et surtout d’apprendre les rudiments pour poser une porte sur un mur bien solide !

Le traçage

L'ouverture doit être située avec soin, en tenant compte d’éléments comme par exemple de l'encombrement des éléments de cuisine qui prendront place sur le mur.

Pour éviter que la poussière ne s'infiltre partout dans la maison, on peut d'effectuer le percement depuis l'extension, donc d'abattre les briques au dernier moment.

  • L'ouverture est tracée au stylo feutre sur la paroi. Ses dimensions sont égales à celles de l'huisserie, augmentées d'une quinzaine de centimètres de part et d'autre. L'écart est important mais, une fois la porte en place, les côtés de l'encadrement seront recouverts de parpaings de 10 cm d'épaisseur. Le tracé inclut également le linteau d'une hauteur de 1 5 cm et qui déborde de 30 cm de chaque côté. À l'aide d'une longue mèche montée sur perceuse, plusieurs trous sont ensuite percés sur son contour afin de le reporter sur la face opposée.

Une démolition méthodique

L'étayage en place, on peut abattre le pisé tout autour en se servant d'un long burin et d'une massette, puis d'une pioche.

La destruction du soubassement ne pose pas de problème, il s'agit de moellons assemblés avec le même liant : la terre.

  • Le tracé est reporté sur le doublage de briques, que l'on découpe ensuite à la meuleuse 230 mm équipée d'un disque à matériaux. Le maniement de cette lourde et puissante machine exige de la poigne ainsi qu'une bonne stabilité. II suffit de pousser ensuite le panneau de briques pour le détacher.

La pose de la porte

Après repérage, les briques sont encochées au niveau des pattes de scellement de l'huisserie et le sol est creusé de part et d'autre pour y encastrer la base des montants, plus longs de quelques centimètres. La porte est alors calée dans l'ouverture, bien de niveau, puis les scellements sont réalisés au ciment prompt.

Les finitions

De chaque côté de l'ouverture, les parpaings sont appareillés à joints croisés : ils arrivent au niveau de la traverse supérieure du dormant. Après séchage, le coffrage du linteau est confectionné à partir d'une planche de contreplaqué extérieur de 15 mm : sa longueur correspond à la distance entre les deux parois de parpaings, et sa largeur à la profondeur du passage.

  • Destiné à rester en place pour y visser ultérieurement une plaque de plâtre, le contre-plaqué est supporté par des planches étayées en deux points. En façade, la saignée du linteau est fermée par une autre planche de 20 cm de hauteur (ép. 27 mm) clouée dans les précédentes et maintenue par des chevillettes enfoncées dans le mur. Au dessus de cette planche, un évidement est creusé dans la paroi de pisé pour y verser le béton (dosé à 350 kg de ciment/m3). Avant remplissage, on dispose une armature en fer torsadé a 10.
  • Pour vibrer le béton, il suffit de tapoter les planches au marteau. Le linteau doit sécher au moins dix jours avant de décoffrer. Côté maison, le joint entre l'huisserie et la maçonnerie sera comblé au plâtre. Sur la face opposée, le pisé sera doublé de carreaux de plâtre, puis l'ensemble enduit et peint.

L’importance de bien étayer

À l'emplacement de la porte, deux saignées sont creusées pour former un «T» l'une horizontale, à l'emplacement du linteau, l'autre verticale, qui démarre à mi-longueur et descend jusqu'au sol. Cette dernière reçoit un étai qui, bien calé au sol par une planche, supporte un bastaing logé dans la saignée du haut.

Tous les moyens sont bons pour venir à bout du Pisé ! Sous les coups du burin ou de la pointerolle, la terre extrêmement compacte se détache quelquefois par gros morceaux, On a donc intérêt â employer des outils bien affûtés.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.