Blog décoration et maison Ctendance

Jardin

Permaculture : la méthode révolutionnaire pour un jardin autosuffisant et résistant aux changements climatiques !

Les préoccupations pour l’environnement ne doivent pas uniquement se faire sur les comportements liés à la consommation. Le jardinage et les méthodes de culture employées demandent à subir également quelques changements.

Dorine Alanoix

Publié le

Permaculture : la méthode révolutionnaire pour un jardin autosuffisant et résistant aux changements climatiques !

Les changements climatiques incitent les particuliers à revoir leur manière de culture et d’entretien de leur jardin. S’attacher à planter des massifs de fleurs, des plants végétaux dans un potager ou un verger, demande de pouvoir y passer un certain temps afin de procurer aux plantations tous les éléments nécessaires à leur développement. Et si la solution au manque de temps existait déjà ? On vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur la permaculture et comment un jardin autosuffisant permet de contrer les bouleversements climatiques. 

La permaculture : qu’est-ce que c’est ?

La permaculture est un système d’exploitation en extérieur dérivant de l’horticulture conventionnelle. Elle suppose de laisser un environnement se convenir à lui-même ou d’attirer et de posséder toutes les caractéristiques nécessaires à son développement sans que l’être humain ait à intervenir quotidiennement.

La permaculture cumule ainsi plusieurs principes relatifs : 

À lire Permaculture : une solution écologique pour un jardin productif et respectueux de l’environnement

  •  à l’écologie, 
  •  à la durabilité environnementale
  •  à l’aménagement paysager.

Le développement de cette technique date des années 1970. Elle permet de mettre en place un jardin durable contribuant à ne pas nuire au maintien d’une planète saine par le non-usage de pesticides sur les cultures, par exemple.

Analyser le terrain de l’habitation

L’observation de l’environnement dont vous disposez pour y planter vos végétaux et créer un jardin est la première étape afin de concocter un jardin écoresponsable et autosuffisant. Toutes les espèces végétales ne survivent pas sous les mêmes conditions. 

Prévoir des espèces compatibles avec l’environnement local

Il est important de planter des variétés qui s’adaptent parfaitement aux conditions naturelles qu’il est possible de leur offrir de manière naturelle et sans la création d’un environnement artificiel. Le type de sol, la météo, la topographie et les ressources disponibles sur votre terrain aideront à optimiser les aménagements extérieurs futurs.

Déterminer les zones fonctionnelles à cultiver 

Les zones fonctionnelles du terrain supposent de savoir qu’elle sera l’usage et la fréquence d’utilisation de la zone cultivée. La permaculture ne suppose pas de ne pas pouvoir disposer librement des denrées produites par un potager par exemple. Si vous souhaitez bénéficier d’une facilité d’accès pour entretenir des légumes frais au quotidien, une zone potagère à proximité de la maison conviendra davantage qu’à une culture à l’autre bout de votre terrain.

À lire Et si vous vous lanciez dans la permaculture dans votre jardin ?

  • Save

Agencer les cultures selon un schéma précis

Les cultures ne sont pas à aménager de n’importe quelle manière. La disposition peut se faire selon un design en spirale ou circulaire. La manière d’agencer vos végétaux doit permettre de maximiser l’espace tout en regroupant les variétés qui nécessitent les mêmes besoins (nutriments, exposition au soleil ou fréquence d’arrosage).

Penser aux ressources naturelles disponibles sur place 

Les ressources naturelles disponibles dans la nature sont un des piliers indispensables à la prolifération des espèces végétales et à leur épanouissement en extérieur. Vous pouvez installer certains équipements afin de favoriser la présence de ressources naturelles sur votre parcelle de terrain.

Pour arroser vos plantes, installer un collecteur d’eau de pluie évitera d’avoir recours au tuyau d’arrosage et d’utiliser de l’eau traitée pour une consommation domestique. Certains systèmes, comme la mise en place d’éléments permettant un arrosage goutte à goutte, peuvent faciliter l’acheminement de l’eau au pied d’une plantation. D’autre part, les bacs à compost ou lombricomposteurs sont idéaux pour recycler les déchets organiques. Après décomposition, le substrat pourra servir d’engrais naturel aux plantes.

Il faudra éviter au maximum d’utiliser des substances chimiques sur les végétaux. Les végétaux ne sont pas les seuls êtres en cause dans la permaculture. Les insectes et autres espèces animales qui favorisent un équilibre de la biodiversité peuvent être victimes des méfaits de la diffusion de substances toxiques comme les fongicides.

La faune est prise en compte dans un environnement qui s’autosuffit à lui-même. En addition aux installations qui permettent de récolter des ressources naturelles, vous pouvez penser à mettre en place dans votre jardin des installations attirant et contribuant à la survie de certaines espèces animales. Les mangeoires pour oiseaux sont fortement appréciées. Pour attirer les abeilles et autres insectes pollinisateurs, vous pouvez opter pour le montage d’hôtels à insectes. 

La permaculture permet, non seulement de cultiver des végétaux, mais aussi de contribuer fortement au maintien d’un équilibre environnemental. C’est une solution écologique pour un jardin productif.

La permaculture est une révolution. Mais c’est le genre de révolution que personne ne remarquera.” – Bill Mollison

À lire Jardin connecté : les indispensables de la domotique pour transformer votre espace extérieur

Notez le contenu
  • Save

Partagez votre avis