Semer de la roquette : quand et comment la planter ?

Semer de la salade Roquette
La roquette est une salade dont les feuilles se dégustent lorsqu’elles sont tendres. Bien que la roquette se suffise à elle-même, on la mélange fréquemment à d’autres salades, dont elle relève le goût. Avec sa saveur prononcée, elle remplace aussi avantageusement le basilic, en particulier pour préparer le pesto. Bref ! La roquette fait frémir les papilles des gourmets… Et elle se sème et se cultive aisément au potager.

Quand semer de la roquette ?

La roquette a la réputation de se semer 2 fois par an, au printemps et en automne. Dans la pratique, on procède à des semis échelonnés, de mars à septembre, en respectant un intervalle de 15 jours. Cette organisation permet une meilleure gestion des récoltes, car la roquette a la particularité de produire un feuillage abondant, et il serait donc aisé de se laisser dépasser !

Il est tout de même bon de garder à l'esprit qu'une chaleur très intense accélère la montée en graine. La roquette semée au cœur de l'été aura donc une saveur poivrée bien plus prononcée.

Quelles variétés choisir ?

On distingue deux types de roquette :

  • La roquette cultivée (Eruca sativa) : le découpage de son feuillage, d'un beau vert foncé, n'est pas sans rappeler le pissenlit. Cette variété à feuilles larges croît rapidement. On la déguste seule ou en mesclun ;
  • La roquette sauvage (Diplotaxis tenuifolia) : son feuillage est plus fin que celui de la roquette cultivée. Si elle se développe plus lentement, elle a aussi une saveur bien plus poivrée.

Le choix dépendra principalement de vos goûts et de la consommation que vous envisagez – salade ou condiment.

Bon à savoir : si on cultive principalement la roquette pour son feuillage, ses fleurs se consomment également.

Que faire avant de semer de la roquette (préparation, etc.) ?

La roquette aime les sols meubles, frais et riches. Travaillez donc la terre à l'aide d'une fourche-bêche, pour l'ameublir sur 30 cm. Veillez à éliminer les racines et petits cailloux. N'hésitez pas à ajouter du compost (de préférence bien mûr), en particulier si cette parcelle a précédemment été cultivée.

Comment la semer ?

La roquette se sème en place, autrement dit : directement dans le potager. On évite généralement le semis à la volée, qui cause trop de pertes. Préférez donc un semis en ligne :

  1. Tracez des sillons peu profonds (1 cm environ), espacés de 30 cm ;
  2. Semez uniformément à l'aide d'un semoir ;
  3. Recouvrez de terre et tassez légèrement à l'aide du râteau ;
  4. Arrosez en pluie fine pour ne pas déplacer les graines.

La levée est rapide (5 à 7 jours). Éclaircissez en conservant un plant tous les 8 à 10 cm.

Où planter la roquette ?

Au printemps et en automne, on choisira un emplacement ensoleillé. Pour les semis estivaux, en revanche, on préfèrera un emplacement mi-ombragé. Elle appréciera un sol riche et humide. On la cultivera volontiers près du chou ou du radis.

Attention à la rotation des cultures ! Gourmande, la roquette aurait tôt fait d'épuiser le sol. On veillera donc à respecter une rotation de culture de 3 ans. On la sèmera de préférence après une culture capable de fixer l'azote dans le sol (haricot, pois ou fève). L'année suivante, misez sur les cultures s'accommodant d'un sol pauvre ou capables d'aller se nourrir en profondeur : oignon ou carotte, notamment.

Comment l'entretenir ?

La roquette n'est pas très exigeante. Appréciant peu la concurrence, elle n'appréciera guère la présence de mauvaises herbes. Assurez-vous donc de biner et de désherber régulièrement vos plates-bandes : c'est tout ce dont elle a besoin pour se développer correctement.

Comment arroser la roquette ?

La roquette a besoin d'un arrosage régulier et d'un sol humide en permanence. Un paillage est donc le bienvenu, en particulier en été.

Si la roquette peut résister à la soif – dans la mesure du raisonnable – le manque d'eau impactera directement sa saveur. En cas stress hydraulique, les feuilles durcissent rapidement et la roquette prend un goût vraiment très poivré, ce qui altère considérablement ses qualités gustatives. Par ailleurs, la montée en graines sera beaucoup plus rapide.

Récolter la roquette : quand et comment faire ?

Recolter la Salade Roquette

La roquette est très délicate : une fois récoltée, elle se conserve mal. On la cueillera donc au fur et à mesure des besoins, afin de la consommer bien fraîche. Pour cela, munissez-vous d'un couteau propre et bien aiguisé et coupez les pousses à ras.

Un plant de roquette produit 2 à 3 repousses, suivies de la montée à graines. Attention à la levée en graines : la roquette peut se révéler très invasive ! Il est donc indispensable d'éliminer les plants !

Les feuilles tendres se consomment volontiers crues, en salade. Les feuilles plus dures se cuisineront plutôt en soupe ou seront utilisées en guise de condiments.

Les maladies de la roquette et que faire ?

Les gastéropodes

Comme toute salade, la roquette attire les limaces et les escargots, en particulier lorsqu'elle est jeune. Vous pouvez opter pour des pièges ou installez une barrière autour de vos jeunes plants. Pour cela, n'hésitez pas à miser sur les coquilles d'œufs émiettées : une solution saine et efficace !

L'altise

Le principal parasite de la roquette est l'altise. La présence de ce petit coléoptère noir se repère aisément aux trous, sur le feuillage. Vous pouvez envisager la pause d'un voile de protection. Cependant, ce parasite a une sainte horreur de l'humidité : un arrosage régulier de la roquette et un paillage suffit généralement à s'en débarrasser. En cas d'invasion massive, pulvérisez un purin d'ortie. Prévoyez au moins deux pulvérisations, à une semaine d'intervalle.

Les maladies

La roquette est principalement vulnérable au mildiou et à la pourriture grise. On agit donc en premier lieu à titre préventif, en espaçant bien les plants et en stimulant leurs défenses en les traitant au purin – ortie, consoudes ou fougères – et de bouillie bordelaise.

Préparer le purin d'orties

Altise ou maladie : le purin d'orties est idéal pour renforcer la défense de la roquette. La préparation est simple, puisqu'il suffit de faire macérer les orties dans de l'eau. Comptez 1kg d'orties pour 10L d'eau. Remuez bien chaque jour. Lorsque le mélange ne produit plus de bulles, la fermentation est terminée. Filtrez afin d'éliminer les restes d'orties, puis mélanger 10 à 20% de purin dans de l'eau, et pulvérisez. Attention, toutefois : le purin d'orties à la particularité de sentir très fort !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.