Comment bien épandre le fumier ?

Fumier Istock
Le fumier est un amendement efficace pour améliorer la structure du sol. Il s’avère essentiel aussi bien au potager qu’au jardin. Une fois que celui-ci a été composté ou décomposé, c’est grâce à sa teneur en matières organiques que vous revitalisez la terre et que votre sol est plus fertile. Vous pouvez employer différents fumiers suivant la nature du sol. Il faut savoir comment l’épandre et à quel moment. Explications !

Comment épandre le fumier ?

Le fumier est un amendement qui est particulièrement intéressant pour le sol. Même si ce dernier est riche en éléments fertilisants, il n’est cependant pas utilisé comme un engrais. Il est constitué de paille ou de litière, mais également de déjections animales. Il contient du carbone, des minéraux et des oligo-éléments, qui sont précieux pour les sols. Le carbone est le composant principal de l’humus.

Une fois que le fumier est bien décomposé, c’est son rendement humique qui est privilégié. Son compostage et son vieillissement sont essentiels pour le sol, c’est surtout la décomposition qui évite au fumier de brûler le sol, ce qui se passerait si celui-ci était trop frais. Le but est de décomposer les matières organiques en détruisant les éléments pathogènes. Cela peut se dérouler de différentes manières :

  • Vous le mettez sur le compost avec les autres matières végétales, une fois parfaitement composté, il sera très bien équilibré.
  • Vous le déposez en tas sur des planches pour que les liquides s’évacuent, il peut y rester alors durant plusieurs mois.

Quelle que soit la méthode choisie, vous obtenez le même résultat : un fertilisant organique, parfait pour les végétaux. Il faut juste l’intégrer de manière légère et superficielle à la terre avant de réaliser vos semis. Il est possible également de l’épandre autour des pieds des plantes ou dans le trou des plantations.

Si vous l’épandez sur un sol que vous avez légèrement travaillé avant en automne, il faut savoir que l’air et le froid suppriment alors les agents pathogènes. La faune contenue dans le sol se chargera de décomposer la matière. L’épandage se réalise alors à raison de 100 à 300 kilos de fumier pour 100 m².

Une fois bien décomposé, il est intégré au sol par griffage léger en hiver ou vous le laissez tel quel pour couvrir le sol. Au moment des plantations et semis au printemps, il sera suffisamment décomposé.

À lire également : Le facteur sols de culture et éléments nutritifs de complément  

Comment procéder à l’amendement du sol avec du fumier ?

L’épandage se fait généralement en automne et en début d’hiver, mais il faut aussi choisir le bon fumier par rapport à la nature de votre sol.

Le fumier de vache : il est parfait si vous avez un sol léger et sableux. Il est particulièrement efficace et il leur donne du corps. Il permet au sil de ne pas se réchauffer trop rapidement. C’est un fumier lourd et froid.

Le fumier de cheval : il est plutôt léger et chaud et il convient particulièrement aux sols compacts, humides, argileux. En effet, il les réchauffe et leur apporte de la légèreté. Le fumier de cheval a les mêmes caractéristiques que les fumiers de caprins et d’ovins.

À lire aussi : Quand mettre du fumier dans son jardin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.