Immobilier et cryptomonnaies : que faut-il savoir ?

Cryptomonnaies Immobilier
Créé à la fin des années 2000, le bitcoin est devenu la première cryptomonnaie. Beaucoup d’autres ont pris le relais depuis. Fondées sur une technologie informatique de conservation et de transmission des données, elles remportent un succès croissant. Elles sont utilisées dans de nombreux secteurs, y compris l’immobilier, où les premières transactions au moyen de cryptomonnaies ont été enregistrées. De telles opérations comportent des avantages notables, mais aussi quelques inconvénients.

Immobilier : les atouts des cryptomonnaies

Une valeur universelle

Investir dans le bitcoin, ou dans une autre cryptomonnaie, comporte un premier avantage : sa valeur universelle. En effet, les cryptomonnaies, dont la valeur s'exprime habituellement en dollars, sont les mêmes partout.

Si au Royaume-Uni, en France ou aux États-unis, le bitcoin a la même valeur, les opérations immobilières internationales s'en trouveront facilitées. En effet, il ne sera plus nécessaire de tenir compte des taux de change, qui expriment les différences de valeur entre les devises classiques.

Par ailleurs, cette valeur universelle des cryptomonnaies permet d'éviter certaines formalités, auprès des banques notamment, ainsi que le recours à des intermédiaires. C'est autant d'économies réalisées par les investisseurs.

Des monnaies sûres

Pour saisir à quel point il s'agit d'un mécanisme sécurisé, il faut d'abord comprendre les cryptomonnaies. En effet, leur fonctionnement est fondé sur ce qu'on appelle la "blockchain".

Il s'agit d'une sorte de registre numérique, partagé par tous les utilisateurs connectés en réseau. Chacun y inscrit des données, qui sont sécurisées au moyen d'un système cryptographique très sûr.

Par ailleurs, les opérations sont validées par l'ensemble des utilisateurs, qui ne se connaissent pas. Il s'agit donc d'un système décentralisé, dans lequel cette surveillance mutuelle assure un haut degré de sécurité.

Une plus grande rapidité

L'usage de cryptomonnaies, c'est encore l'assurance de transaction immobilières plus rapides. En effet, la validation de la transaction ne demande que quelques confirmations de la part du réseau.

De ce fait, celle-ci ne prend, en principe, que quelques minutes. Cependant, la croissance du volume de transactions, due à la popularité de certaines cryptomonnaies, comme le bitcoin, tend à augmenter ce délai de transaction.

Ce temps de validation dépend aussi de la somme que l'utilisateur consent à verser pour assurer le succès de la transaction. Il faut enfin noter qu'elle peut avoir lieu à tout moment.

Immobilier Cryptomonnaie
© istock

Quelques inconvénients cependant

Une valeur très variable

Le bitcoin, comme les autres cryptomonnaies, se signale par sa grande volatilité. En 2020, il est passé d'un peu plus de 7.000 dollars en janvier à plus de 28.000 dollars fin décembre. En avril 2021, il affichait même une valeur record de 62.000 dollars.

De telles fluctuations, à la hausse mais aussi à la baisse, ne rendent pas ces cryptomonnaies très appropriées pour des transactions portant sur des biens durables, comme le sont les actifs immobiliers.

Une offre trop dispersée

Autre inconvénient des cryptomonnaies : leur très grande variété. Si le bitcoin est la plus répandue, il en existe des milliers d'autres.

Cette très grande dilution de l'offre ne favorise pas, chez les investisseurs, le choix du bitcoin ou de ses concurrents pour mener à bien une transaction immobilière.

D'ailleurs, une petite minorité de Français en possède, moins de 7 %. Ce qui signifie que, pour l'instant du moins, la grande majorité de nos compatriotes préfère s'en remettre à des moyens plus traditionnels pour ses opérations immobilières.

Un cadre légal embryonnaire

En 2019, la loi Pacte est venue apporter un premier cadre légal aux cryptomonnaies. Pour leur donner un statut juridique jusque là inexistant, elle les classe dans la catégorie des actifs numériques.

Ils désignent alors un instrument financier qui ne dépend pas d'une banque centrale et dont la valeur n'est pas forcément rattachée à une monnaie légale.

En bref, un actif numérique n'est pas une monnaie au sens juridique du terme, mais un moyen d'échange accepté pour certaines transactions. Les cryptomonnaies sont par ailleurs soumises à certains impôts.

Malgré ce début d'encadrement légal, nombre de commerces et d'entreprises continuent de refuser les cryptomonnaies comme moyens de paiement. Quant aux acteurs de l'immobilier ils manifestent souvent le même scepticisme à leur égard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.