5 critères pour bien choisir votre assurance habitation

Afficher Masquer le sommaire

Votre logement peut subir un dégât des eaux, un incendie et bien d’autres désagréments. La seule solution, pour être indemnisé dans de telles situations, est de souscrire une assurance habitation. Mais sur quels critères vous baser pour choisir celle qui réponde vraiment à vos attentes ?

Soyez attentif au montant de la prime

Si elle est une obligation pour le locataire, la souscription d’une assurance habitation est vivement conseillée à tout propriétaire. Pour choisir la bonne formule, il faut d’abord veiller au montant de la prime d’assurance.

C’est son paiement annuel qui vous garantit une indemnisation en cas de sinistre. Il convient donc de trouver une formule d’assurance habitation dont la prime ne soit pas excessive tout en vous procurant un niveau de couverture suffisant.

Il faut rappeler, à cet égard, que le montant de la prime d’assurance dépend en partie de la valeur des biens que vous souhaitez assurer. En plus du logement lui-même, l’assureur peut prendre en charge le mobilier, les appareils électroménagers ou encore la vaisselle.

Il évaluera alors la valeur actuelle de ces biens, en utilisant un coefficient spécifique, dit de vétusté. Si vous les avez conservées, vous pouvez vous servir des factures pour évaluer la valeur de ces biens. Quant aux objets de valeur, il vaut mieux les faire estimer par un spécialiste.

Le montant de la prime sera donc en partie conditionné par la déclaration de ces biens. S’ils sont surestimés, elle sera plus élevée. Dans le cas contraire, elle sera plus faible, mais le niveau de couverture sera peut-être insuffisant.

Vérifiez les garanties

Vous devez ensuite vérifier les garanties incluses dans votre assurance habitation. Le mieux, pour vous, est de souscrire un contrat multirisques habitation, qui couvre les risques auxquels sont exposés le logement, mais aussi les personnes qui l’habitent.

Quels sont, dans un contrat de ce type, les sinistres dont les conséquences vous valent une indemnisation de la part de l’assurance ? En principe, tous les contrats prévoient les risques d’incendie ou ceux provoqués par la foudre. Le dégât des eaux fait également partie des sinistres pris en charge par l’assurance habitation.

De même, une garantie bris de glace est également mentionnée au contrat. Ce sera aussi le cas de la garantie contre les tempêtes ou la grêle dans certaines circonstances.

Quant à la couverture des conséquences d’un cambriolage par votre assurance, elle sera fonction des mesures que vous aurez prises pour protéger votre logement d’une intrusion. Il faut donc étudier cette garantie avec soin.

Par ailleurs, le contrat doit prévoir une garantie responsabilité civile, qui couvre le souscripteur et sa famille en cas de dommages causés à autrui.

Mais vous pouvez également choisir :

  • des garanties optionnelles, comme la couverture des frais d’expertise ;
  • des garanties d’assistance, comme la prise en charge des enfants en cas d’hospitalisation ou les frais d’hôtel si, à la suite d’un cambriolage, le logement n’est plus habitable.
Choisir Assurance Habitation
© istock

Quelle franchise est prévue?

Pour bien choisir votre assurance habitation, il convient également de vérifier le montant de la franchise. Il faut rappeler que celle-ci représente la somme qui, en cas de sinistre, reste à la charge de l’assuré.

A lire aussi  Comment louer un bien immobilier à ses enfants ?

Le contrat peut prévoir une franchise relative. L’assuré n’est alors indemnisé que si le montant du sinistre dépasse celui de la franchise prévue. Si c’est le cas, il sera indemnisé intégralement.

La franchise absolue obéit à un principe différent. Là encore, l’indemnisation n’est due que si le montant du sinistre excède celui de la franchise. Mais, contrairement à la franchise relative, l’assuré ne perçoit alors que la différence entre le montant du sinistre et celui de la franchise.

Par ailleurs, la franchise peut se présenter sous la forme d’une somme fixe ou d’un pourcentage de l’indemnisation prévue. Ce peut être aussi une combinaison des deux.

Vous avez donc tout intérêt à vérifier ces points. Et ne manquez pas non plus de vous renseigner sur le niveau du plafond d’indemnisation prévu.

N’oubliez pas le délai de carence

Un autre point très important concerne le délai de carence prévu par votre contrat d’assurance habitation. Il désigne une période durant laquelle l’assuré n’a droit à aucune indemnisation.

La durée de cette période de latence est à la discrétion des assureurs. Elle est donc très variable selon les contrats. Dans certains cas, il ne faut attendre qu’un mois avant de prétendre à une indemnisation, dans d’autres, il convient de patienter plus longtemps, jusqu’à une année entière parfois.

Là encore, il est donc essentiel de lire votre contrat avec attention, de manière à connaître l’étendue du délai de carence. Même un contrat d’assurance habitation pas cher peut prévoir un délai de carence raisonnable.

Il faut bien connaître les exclusions de garanties

Ce dernier point est lui aussi d’une grande importance. Ne souscrivez pas votre contrat d’assurance habitation avant de l’avoir dûment vérifié.

Dans certains cas particuliers, en effet, l’assurance ne prévoit aucune indemnisation. Là encore, c’est l’assureur qui choisit d’exclure de sa prise en charge telle ou telle garantie.

Si, par exemple, vous avez souscrit un contrat d’assurance multirisques habitation, il est très probable que vous n’ayez droit à aucune indemnisation si les dommages subis par votre logement sont dus à une guerre ou à un accident nucléaire.

Ce sera également le cas si ces dommages sont intervenus à une date antérieure à la signature du contrat.

Par ailleurs, un dégât des eaux ne sera pris en charge que si les installations concernées sont entretenues de façon régulière. Dans le cas d’un incendie, les dommages causés au mobilier extérieur, par exemple, ne sont pas forcément pris en compte. De même, si un vol est commis par un employé ou un membre de la famille, ses conséquences ne sont pas, la plupart du temps, couvertes par l’assurance.

Des exclusions de garantie peuvent également concerner la partie responsabilité civile du contrat d’assurance. En effet, il est très fréquent que, dans ce cadre, l’assurance ne prenne pas en charge les dommages corporels causés dans l’exercice d’une profession ou infligés volontairement à autrui.

Partagez votre avis