Vous avez besoin d’espace supplémentaire, mais vous aimez votre maison et ne souhaitez pas la quitter ? L’extension de maison en bois répond parfaitement à votre agrandissement de maison. C’est la solution idéale pour obtenir une vraie pièce en plus : bureau, chambre d’amis, salle de jeux, tout est possible. Parmi les différentes modalités d’agrandissement proposées, l’extension en ossature bois est celle qui a le plus de succès. Et c’est bien compréhensible, tant elle présente d’avantages : économique, esthétique, légère, durable, facile et rapide, elle se prête à toutes vos envies. Voici quelques conseils pour la réussir parfaitement !

Surélévation bois

© Picasa

Qu’est-ce qu’une extension en ossature bois ?

Comme son nom l’indique quand on parle d’extension d’habitation ossature bois, on évoque une structure en bois qui contient un isolant. Ensuite, vous devez sélectionner la finition : bardage bois, pierre, brique, enduit, ciment composite, PVC ou mur végétal… à vous de choisir !

 >> A lire aussi :  Surélévation maison : les étapes pour surélever sa maison

Le bois est un matériau noble et naturel qui est parfaitement adapté aux nouvelles normes de construction. Plus léger que le béton (5 fois plus), il peut être utilisé sous différentes formes : lamellé-collé, parpaing ou dans sa version brute. Il suffit de le traiter pour qu’il soit plus résistant, il est aussi efficace dans la lutte contre les intempéries que contre les attaques de nuisibles.

Extension bois

© Drop Travaux

Du fait que ce matériau est vivant, il contribue très largement au confort de la maison et à son isolation puisqu’il évacue naturellement l’humidité. Enfin c’est un matériau durable puisque pour les extensions et la construction, il est issu d’une exploitation équitable des forêts.

L’extension peut se faire aussi bien sous la forme d’une surélévation que d’une extension latérale. On retrouve de plus en plus souvent ces extensions dans les milieux urbains. Côté esthétique, elle s’intègre parfaitement ou elle offre un joli contraste, apportant une touche contemporaine à une maison un peu banale. Elle constitue un recours si vous ne pouvez pas avoir recours à l’aménagement des combles.

>> À lire aussi : Extension de maison : le guide complet pour réussir son extension

Les avantages

Surélévation et extension

© lzzy.co

L’extension ossature bois présente de nombreux avantages :

  • Elle participe au confort de la maison en vivant dans un milieu où le taux d’hygrométrie est parfaitement contrôlé par le matériau lui-même.
  • Un chantier plus rapide et des délais de livraison largement diminués. Une fois que l’étude des besoins, les plans sont terminés, l’étape de fabrication peut démarrer. L’ensemble de la structure est alors préparé, découpé et assemblé, il ne reste plus alors qu’à la livrer. Prête à monter, elle offre un réel gain de temps dans la réalisation du chantier. C’est ce qui la différencie principalement des constructions classiques qui ne bénéficient pas de ce processus et qui demandent du temps. Trois ou quatre jours sont nécessaires pour mettre en place la structure.
  • Un chantier plus propre et sec : ce type de chantier n’a pas besoin d’eau. Il ne requiert qu’un savoir-faire des artisans qui y travaillent et l’intervention d’une grue de levage dans certains cas. Pas de gravats à évacuer à la fin de la construction ni de détérioration de l’environnement, dans la rue ou le jardin. Et quand il y a des déchets, la plupart du temps ces derniers sont récupérés et recyclés.
  • L’adaptabilité : ce type de travaux est adapté à toutes les configurations, maison de ville, difficile à atteindre, puisque la structure peut parfaitement être amenée sur le chantier en la portant. Si la présence d’une grue est impossible, cela ne pose pas de problème irréversible.
  • Un matériau léger : le bois en raison de sa légèreté est parfait dans le cadre des extensions par surélévation (création d’un étage supplémentaire) car il ne met pas en danger les fondations. Si l’extension se fait de manière latérale ou sur l’arrière de la maison, nul besoin de couler une dalle de béton épaisse pour l’accueillir. Cela présente un avantage certain en termes de coût et de gain de temps dans la réalisation du chantier.
  • La résistance du bois : est une qualité qui autorise de nombreuses constructions même sur des terrains accidentés ou en pente. Le bois étant plus léger que les autres matériaux classiques, il présente une meilleure résistance, c’est pourquoi il est utilisé en zone sismique, il plie, mais ne rompt pas.
  • Économie d’énergie :  le bois est un matériau à inertie contrairement aux maçonneries qui emmagasinent l’énergie. Vous chauffez l’air ambiant sans avoir besoin de chauffer les murs avant. Il offre un air sain et une absence de condensation puisqu’il a la capacité de réguler l’humidité et la chaleur. Ses qualités naturelles présentent également des qualités en matière d’isolation thermique.
  • Isolant acoustique et résistance au feu : le bois contrairement aux croyances offre une excellente résistance au feu. De plus, c’est un isolant phonique efficace.
  • Avantage au niveau esthétique : l’extension en bois répond à tous les souhaits, elle peut apporter un côté très moderne à votre maison, mais également plus traditionnel et elle donne une touche chaleureuse. Elle ne s’abime pas durant de nombreuses années, car elle résiste très bien aux aléas climatiques et aux agressions par les UV. Quelles que soient les perturbations climatiques, tempête, etc., elle reste parfaitement en place. Elle vous offre plusieurs options : bardage bois ou autres finitions plus classiques. Le bois sur mesure autorise toutes les fantaisies. Il faut savoir que la plupart du temps les extensions latérales sont surmontées d’un toit plat.
  • Plus-value à la revente : agrandir sa maison permet de gagner des m² habitables, vous êtes alors pratiquement certain de revendre votre maison au-dessus de sa valeur actuelle, ce qui présente toujours un intérêt appréciable.

La législation et les démarches

Les règles de construction de l’extension ossature bois sont strictes et bien définies. Celles-ci dépendent essentiellement du nombre de m² de l’extension, différentes étapes doivent être respectées :

Première étape : consultez le PLU

Avant même de décider de votre projet de construction, il est nécessaire de vous rendre en mairie pour consulter le Plan d’Urbanisme Local (PLU). Il est disponible au service urbanisme. C’est lui qui définit les règles qui sont propres à chaque commune en matière de règles d’urbanisme. Il érige certaines clauses spécifiques comme les matériaux de menuiserie, les couleurs d’enduits ou la distance entre le terrain voisin et votre extension. Elle peut également simplement vous interdire l’extension d’un étage.

Elle peut aussi vous imposer que votre extension ne soit pas visible depuis la rue de manière à conserver l’harmonie du quartier d’un pont de vue architectural. C’est le cas en particulier quand vous vivez dans un quartier à l’architecture sauvegardée et que vous souhaitez une extension moderne et très vitrée.

Deuxième étape : permis de construire ou simple déclaration de travaux ?

Si la superficie de votre extension ne dépasse pas 20 m², vous devez simplement déposer une déclaration préalable de travaux auprès de la mairie. Celle-ci dispose alors d’un mois pour vous apporter une réponse.

Attention

Si votre commune est soumise à un POS, plan d’occupation des sols, ou au PLU, grâce au décret du 5 décembre 2011, vous n’avez plus besoin de permis de construire si votre extension ne fait pas plus de 40 m². Renseignez-vous auprès de la mairie afin de vérifier cette condition.

Si votre extension fait plus de 20 m² ou 40 m² dans certains cas évoqués ci-dessus, vous êtes dans l’obligation de déposer un permis de construire auprès de votre mairie. Si celui-ci est accepté, elle vous envoie l’arrêté municipal qu’elle a pris par lettre recommandée, dans un délai de deux mois. Si cette autorisation vous est refusée, vous pouvez faire une demande afin que le permis de construire soit examiné à nouveau. Vous devez le faire par lettre recommandée avec accusé de réception au maximum deux mois après avoir été informé du refus.

Faire appel à un architecte

Le recours à un architecte est obligatoire si la superficie du plancher de l’extension est supérieure à 150 m². Cette démarche s’ajoute au dépôt du permis de construire. Son intervention peut être utile car il prend en charge toutes les études techniques (étude faisabilité, cohérence du projet et budget) et les formalités administratives (PLU, vérification des conditions d’implantation, etc.).

Petites précisions : vous pouvez trouver les documents relatifs au permis de construire ou à l’autorisation préalable de travaux en téléchargement, sur Internet.

Vous devez déclarer l’extension habitable dans un délai de 90 jours après la fin des travaux, aux services fiscaux.

Le prix d’un agrandissement en ossature bois

extension de maison en ossature bois

© Homesweetrose.com

Le prix de cet agrandissement dépend de quelques critères : surélévation ou extension latérale, difficultés du chantier, des matériaux que vous choisissez, de sa superficie, des matériaux d’isolation et de la nature de la finition et de la zone géographique.

Voici quelques exemples de tarifs pratiqués :

  • L’extension en ossature bois en kit est comprise entre 600 euros et 900 euros TTC du m²
  • L’extension en ossature bois comprenant gros œuvre et isolation est facturée entre 1 100 euros et 1 500 euros du m² en TTC
  • L’extension en bois traditionnelle se situe entre 1 100 euros et 2 000 euros TTC du m²
  • L’extension en ossature bois comprenant gros œuvre, isolation et aménagement présente une fourchette entre 1 400 euros et 2 000 euros TTC du m²

Il est recommandé de demander plusieurs devis afin d’avoir une idée plus précise des prix et de plus de bien les analyser. Il faut savoir également que les différences entre les essences jouent ainsi un rôle dans ce qui vous est facturé.

Les étapes de la mise en place de l’extension

Surélévation et agrandissement en ossature bois

© Avoctech.com

Une extension en ossature bois est très rapide à mettre en place. Les différents éléments qui composent la structure sont déjà montés en usine. Durant ce temps, les préparatifs sur le chantier sont réalisés. Ils comprennent différentes étapes :

  • Le raccordement des réseaux est effectué
  • Réalisation de la dalle de béton ou mise en place des pilotis, travaux pour un soubassement bois
  • Dépose de la charpente en bois
  • Élévation des murs et de la charpente, soit à la main soit par grue si c’est possible.
  • Pose de la couverture et des menuiseries
  • Pose de la finition (enduit, bardage…)
  • Réalisation de l’isolation
  • Menuiserie intérieure, cloisonnement et réalisation des réseaux de fluides
  • Créer l’accès vers l’extension, ouverture ou escalier
  • Finitions et revêtements de sols: parquet, carrelage, vinyle, béton ciré…

Une fois toutes ces étapes effectuées, vous n’avez plus qu’à réceptionner votre superficie supplémentaire.

Nécessité ou pas d’isoler son extension ?

Si le bois est un très bon isolant naturellement, il ne se suffit pas à lui-même pour vous protéger des bruits ou des températures élevées ou basses. Il est donc préférable de l’isoler efficacement de l’intérieur, de l’extérieur ou même de mettre en œuvre les deux techniques.

L’isolation intégrée intérieure est parfaite et c’est la procédure la plus courante et elle présente un très haut niveau de confort thermique. Le plus souvent elle est placée directement dans l’ossature entre les deux montants de la structure porteuse. On l’appelle alors isolation intégrée, parce que ce procédé peut être mis en place au cours de la fabrication de la structure. Il est possible de placer ainsi une couche d’isolant allant jusqu’à 20 à 25 cm d’épaisseur. Ce qui a pour effet d’améliorer considérablement les performances thermiques notamment. Elles sont dans ce cas équivalentes à celles d’une maison BBC et même d’une maison passive dans certains cas. Autre avantage, vous ne perdez rien en superficie.

Un pare-vapeur sera également posé entre les deux couches d’isolant (s’il y en a deux) ou entre le parement intérieur et l’isolant. L’isolant peut prendre différentes formes ouate de cellulose, fibre de bois, chanvre, laine de roche, laine de verre ou chanvre. Il suffit qu’il corresponde au certificat Acermi ou qu’il bénéficie d’un avis technique quand il s’agit d’un isolant nommé bio-sourcé.

Il est possible aussi d’isoler par l’extérieur, elle renforce encore l’isolation déjà existante et permet une parfaite étanchéité à l’air, elle a l’avantage de supprimer les ponts thermiques, de lutter plus efficacement contre la chaleur en été et d’augmenter l’isolation phonique.

L’extension en ossature bois : principe, avantages et tarif
4.3 (85.45%) 22 votes